Pourquoi les malades français devraient-ils redouter l’arrivée des infirmières polonaises ?

Bonjour

La peur de l’étranger. C’est un document signé par Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé : un décret relatif à la reconnaissance des qualifications professionnelles dans le domaine de la santé qui vient d’être publié au Journal Officiel. C’est aussi un document qui suscite l’ire de l’Ordre français des infirmiers.

Des professionnels de santé issus d’un autre Etat membre de l’Union Européenne, peuvent désormais exercer avec leur titre en France. L’Ordre dénonce « une déréglementation dangereuse de l’accès aux professions de santé ». Il explique qu’en application de ce décret, une professionnelle qui serait dénommée « infirmière » dans un autre Etat membre de l’Union Européenne pourrait venir exercer en France comme « infirmière » alors même qu’elle n’aurait potentiellement pas la formation requise pour réaliser certains des actes infirmiers reconnus en France dans le cadre réglementaire de compétences. « Cela portera atteinte à la qualité et la sécurité des soins » ajoute-t-il sans fournir plus d’éléments de preuve

 Didier Borniche, président du Conseil national français de l’Ordre des infirmiers :

« Nous savons Madame la Ministre de la Santé attachée à la reconnaissance et la valorisation des professions de santé. Pourquoi cautionner une telle mesure ? Nous nous opposons à ce qui constitue une déréglementation scandaleuse et irresponsable de l’accès aux professions de santé dans une logique de nivellement par le bas et de dépréciation de la qualité des soins. La qualité des soins exige que soit préservée la logique de professions de santé réglementées. C’est un devoir vis-à-vis des patients et de la santé publique avec laquelle il ne saurait être question de transiger. »

Abaisser la qualité des soins

Une vieille histoire, déjà. Le décret publié au Journal Officiel du 3 novembre 2017 vient en application de l’ordonnance du 19 janvier 2017 relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles dans le domaine de la santé. Cette ordonnance transpose la directive 2013/55/UE du 20 novembre 2013. L’Ordre français des infirmiers avait déjà déposé un recours contre l’ordonnance du 19 janvier devant le Conseil d’Etat. Ce dernier n’a pas encore été jugé. « Plusieurs professions de santé s’opposent également à cette mesure » ajoute-t-il. Sans toutefois préciser lesquelles, en dépit de notre demande.

« Rien ne justifie d’inclure les professions de santé dans la transposition de la directive européenne, estime-t-il encore. Pourquoi un tel excès de zèle ? Le Gouvernement publie un décret moins d’un an après l’ordonnance, alors que celle-ci n’a pas encore été ratifiée par le Parlement. Pourquoi un tel empressement? (…) Cherche-t-on à reléguer notre rôle de garant de la cohésion et des compétences de l’ensemble de la profession infirmière ? Le décret sur la pratique infirmière avancée, qui vient en application de la loi du 26 janvier 2016, n’a toujours pas été publié, et ce, malgré les demandes répétées de l’Ordre des infirmiers. Le Gouvernement préfère-t-il abaisser la qualité des soins plutôt qu’augmenter les compétences des professionnels ? »

A demain

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s