D’où Roselyne Bachelot parlait-elle pour oser accuser Rafael Nadal de s’être dopé ?

Bonjour

Jeu, set et triste match. Elle fut une femme politique de droite, puis devint ministre de la Santé (de 2007 à 2010) avant de tourner casaque et d’animer de tristes émissions de variétés. Roselyne Bachelot a, jeudi 16 novembre, été condamnée à verser 10 000 euros de dommages et intérêts à Rafael Nadal pour avoir tenu à son égard des propos jugés diffamatoires.

En mars 2016 elle avait insinué que le grand tennisman espagnol avait eu recours au dopage. C’était au cours de l’émission de D8, « Le Grand Huit », dont elle était l’une des animatrices et réagissait sur le cas de la joueuse de tennis, Maria Sharapova, contrôlée positivement peu auparavant :

« On ne révèle pas les contrôles positifs […]. Simplement, on apprend curieusement qu’un joueur a une blessure qui le maintient des mois en dehors des courts. On sait à peu près que la fameuse blessure de Rafael Nadal qui a entraîné sept mois d’arrêt de compétition est très certainement due à un contrôle positif.»

Savoir rester dans sa catégorie

Reprenons : l’ancienne ministre savait « à peu près » que la « fameuse blessure » du champion était « très certainement » due à un contrôle posifif. Des  allusions fqui firent bondir Rafael Nadal :

« J’ai entendu plusieurs accusations de dopage me concernant, et cela commence un peu à me fatiguer. […] Je suis un joueur complètement propre. J’ai travaillé si dur pendant ma carrière que je ne prendrai jamais rien pour revenir plus vite si je suis blessé. »

L’abcès grossit mais l’ex-ministre s’entêta, refusant de revenir sur ses insinuations. Le mois suivant Nadal porte alors plainte pour diffamation :

« Par cet acte, je prétends non seulement défendre mon intégrité et mon image en tant que sportif mais aussi les valeurs que j’ai défendues tout au long de ma carrière. Je souhaite également éviter qu’une personne publique puisse lancer, par voie médiatique, des accusations injurieuses contre un athlète sans preuves ni fondements sans que cela reste impuni. »

Le procès s’est tenu en octobre 2017 devant le tribunal correctionnel de Paris. L’avocat de Roselyne Bachelot y plaida la bonne foi de sa cliente. Elle fut, dit-il, amenée à « réagir à chaud sur l’actualité » – et ce en tant que polémiste (sic) et non pas en tant qu’ancienne ministre des de la Santé et des Sports. Où nous apprenons que les politiques ne devraient pas, même pour de l’argent, chercher à changer de division.

A demain

 

Une réflexion sur “D’où Roselyne Bachelot parlait-elle pour oser accuser Rafael Nadal de s’être dopé ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s