Optique politique : Agnès Buzyn confirme ne pas être ministre pour offrir des montures Chanel

 

Bonjour

Guy Debord : «Le spectacle est le moment où la marchandise est parvenue à l’occupation totale de la vie sociale ». Serions-nous, ici, à l’aube du « placement de produit » dans la sphère politique ? C’est une petite information en or du Quotidien du Médecin. Elle nous éclaire sur l’avenir et les modalités d’une promesse phare du candidat Emmanuel Macron : le célèbre « reste à charge zéro » sur l’optique et les prothèses dentaires et auditives.

Le cadre : une rencontre organisée par l’Association des journalistes de l’information sociale (AJIS). Le Quotidien était heureusement là. Il nous explique qu’Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé a repris, à cette occasion, la récente formule du Dr Olivier Véran, député (LREM, Isère) sur l’objectif de ce « reste à charge zéro » : « Nous ne sommes pas là pour offrir des montures Chanel à tout le monde ! ». (Le modèle « Blue Vendôme » est à 659 euros). Plus précisément :

« Emmanuel Macron a toujours dit qu’on ne transigerait pas sur la qualité du produit sur la partie ‘’soin’’. Mais si on prend l’exemple de l’optique, ce n’est pas à la solidarité nationale de payer des montures Chanel ! Que des montures solides soient prises en charge oui, mais l’effort devra porter d’abord sur les verres, par exemple des verres progressifs. On ne rognera pas sur la qualité de la partie santé. » 

Embauchoir

Et la ministre des Solidarités de faire la clarté : « Il s’agit de définir les trois paniers de soins nécessaires sur l’optique, le dentaire et l’audioprothèse. Nous nous engageons à ce que tout le monde y ait accès. »

Où l’on voit l’usage qui continue d’être fait du concept – désastreux-  des « paniers de soins ». Chanel ? Agnès Buzyn a par ailleurs admis ne pas connaître, à ce stade, le budget nécessaire au financement de cet « énorme dossier ». « Ce n’est pas le sujet. Je n’ai pas en ma possession une enveloppe dans laquelle j’essaye de faire rentrer des soins au chausse-pied. » Où l’on observe, Chanel ou pas, le maniement politique des formules parlantes au plus grand nombre. De l’usage politique, en somme, du placement démocratique de produit de luxe et de l’embauchoir.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s