Les médecins fument moins. Contrairement aux aides-soignants et à leurs patients

 

Bonjour

Le temps n’est plus où certains praticiens consultaient la cigarette aux lèvres. Où des mandarins s’affichaient ouvertement tabagiques. « Contrairement à ce qui est observé en population générale, la prévalence du tabagisme est en forte baisse parmi les médecins généralistes, passant de 29 % en 2003 à 16 % en 2015 » rapporte Santé publique France qui publie sur son site les chiffres clés du tabagisme des professionnels de santé en France. Cette tendance est observée aussi bien parmi les hommes que les femmes.

Si, dans son ensemble, le secteur de la santé est moins touché par le tabagisme il existe toutefois des disparités très fortes au sein de ce secteur. « Nos analyses  portent sur un nombre restreint de professions et révèlent que la prévalence du tabagisme varie de 16 % à 43 % selon les professions » précisent les auteurs de ce travail. Ainsi,en 2010, parmi l’ensemble des infirmiers, sages-femmes et professions assimilées, 23 % déclaraient fumer du tabac quotidiennement ; cette proportion était de 40% parmi l’ensemble des aides-soignants et professions assimilées.

Sans protection

« Cependant, les analyses multivariées révèlent que ces deux groupes de professionnels ne diffèrent pas des autres actifs occupés en ce qui concerne le tabagisme lorsque les structures sociodémographiques sont prises en compte » précisent le auteurs. Où l’on voit a contrario que le fait d’exercer ces professions de soignants ne protège nullement contre l’addiction au tabac.

Pourquoi les médecins d’aujourd’hui fument-ils moins que leurs anciens ? Les auteurs ne nous le disent pas. Ils rappellent qu’en 2016, 34,5  % des 15-75 ans fumaient du tabac – et 28,7 % quotidiennement. Des pourcentages qui ne varient pas depuis 2010. Quand ils n’augmentent pas, les pouvoirs exécutif et législatif semblant dramatiquement incapables de réduire ces chiffres. Incapables ou ne le souhaitant pas. Tabac : 75 000 morts prématurées chaque année.

A demain

1 Raphaël Andler, Romain Guignard, Anne Pasquereau, Viêt Nguyen-Thanh (Santé publique France, Direction de la prévention et de la promotion de la santé, Saint-Maurice).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s