Médicaments : petit voyage dans les sombres couloirs de nos étranges « listes noires » 

Bonjour

Longtemps les «listes noires» des médicaments n’eurent pas droit de cité en France. Big Pharma et le gros dictionnaire Vidal régnaient. On l’a oublié: il était interdit aux journaux de citer les noms de marque des spécialités. Puis les temps changèrent. La découverte, fort tardive, des premiers grands scandales (celui de la thalidomide, suivi de celui du distilbène) changea lentement la donne. Nouvelle liberté: le médicament officiel commençait à être désacralisé –possiblement attaqué.

Un premier contre-pouvoir émergea au début des années 1980. Ce fut la naissance du mensuel Prescrire, revue indépendante de l’industrie pharmaceutique. Une véritable révolution. Dix ans plus tard les affaires du sang contaminé précipitèrent la nécessaire scission entre le ministère de la Santé et la gestion de la sécurité sanitaire des médicaments. Ce processus eut notamment pour effet de libérer la parole, amplifiant soudain le discours prémonitoire, l’entreprise pionnière du Dr Henri Pradal. Tous les freins allaient bientôt être levés.

Lire la suite sur Slate.fr

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s