Alcool, tabac, cannabis ou benzodiazépines sur votre lieu de travail ? Voici votre nouveau portail !

 

Bonjour

Les addictions seront-elles un jour solubles dans la numérisation ? Peut-on soigner des addicts via la publicité ? Pour l’heure voici www.addictaide.fr/travail : « nouveau portail pour prévenir et gérer les conduites addictives dans le monde du travail ».

Les portails ont-ils une âme ? Celui est porté sur les fonts baptismaux de la dépendance par un parrain et une marraine 1 : la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA) et le ministère du travail. Sur leurs bras : une initiative du Fonds Actions Addictions (F2A). Discours et bénédiction officiel.e.s :
« Après avoir été un sujet tabou en France, les conduites addictives dans le monde du travail constituent désormais une préoccupation de plus en plus croissante. Les partenaires sociaux ont récemment pris en compte, au niveau national, les enjeux de cette réalité. De ce fait,  la prévention des conduites addictives a été introduite dans le 3ème plan santé au travail 2016-2020. Les pouvoirs publics ont pour rôle d’inciter les milieux professionnels à renforcer le rôle protecteur du travail, en tant que facteur de santé, d’épanouissement et de valorisation des compétences. »

Le paysage est connu : la population en activité est aujourd’hui largement addict : pour le tabac et les médicaments psychotropes les taux sont largement supérieurs à ceux de la population générale. Concernant l’alcool, 18,6% des actifs occupés ont eu un épisode d’alcoolisation ponctuelle importante (sic) dans le mois.
Idem pour le cannabis et la cocaïne. On imagine sans mal les conséquences sur les accidents du travail, les dommages individuels et collectifs – sans parler de la performance des ouvriers que l’on pourrait aisément présenter comme doublement esclaves.

Le manche et la relance

Publicité officielle : ce nouveau site bénéficie de la dynamique et du succès du portail généraliste “Addict’Aide, le village des addictions”. Mais encore ? Que disent les spécialistes du soin sur le terrain ? « Cela  reste totalement à côté de la plaque… du bla bla bien intentionné… le monde entrepreneurial ne se sent pas ‘’ toxico’’ et ne veut pas se mélanger… » dit l’un d’eux. Quant à Jean-Pierre Couteron, président de la Fédération Addictions  il ajoute :

« Cela  risque de réduire la réflexion à la seule approche addicto, pour le moins nécessaire, mais pas forcément suffisante : une partie des problèmes d’usage dans l’entreprise vient de l’organisation même du travail et aux conditions de travail, relevant donc de compétences autres, ergonomes, spécialistes du travail, etc. On n’en prend conscience que lors des événements médiatiques (séries de suicides, accidents) et on se dépêche de l’oublier après, il est plus rassurant de dire que telle ou telle personne avait un problème d’addiction que l’on va traiter avec compétence et humanisté… Mais c’est dans l’air du temps : priorité à l’économie et à la relance. »

« Pas de grande sympathie pour la ‘’Salle des Pas Perdus des addictions’’, commente Patrick Favrel spécialiste référent réputé en ‘’réduction des risques’’.  A noter en premier dans ce portail, l’absence d’espace pour l’usager salarié : comment je peux freiner mes consommations ;concilier mon travail & mes pratiques ; quels sont mes droits ? Bref, on sait de quel côté du manche on est placé sur ce site. »

Où l’on retrouve, dans l’ombre de la relance, le concept, finalement assez structurant, du manche.

A demain

1 Le parrain se présente ainsi : créé en 2014 le « Fonds de dotation Actions Addictions » est présidé par Michel Reynaud, professeur émérite de psychiatrie et d’addictologie. Le fonds est indépendant et apolitique. Pionnier dans son secteur, il fédère des associations de patients, des structures de soins et d’accompagnement, et des unités de recherche afin d’aider à mieux comprendre les mécanismes, les effets, les traitements, les stratégies de prévention, d’accompagnement et de réduction des dommages.

Quant à la marraine : placée auprès du Premier ministre, la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives anime et coordonne l’action du gouvernement en matière de lutte contre les drogues et les conduites addictives et élabore à ce titre la stratégie gouvernementale dans les domaines suivants : recherche et observation ; prévention ; santé ; application de la loi ; lutte contre les trafics ; coopération internationale. La MILDECA accompagne les partenaires publics, institutionnels et associatifs de la politique publique dans la mise en œuvre des orientations, en leur apportant un soutien méthodologique ou financier.

 

2 réflexions sur “Alcool, tabac, cannabis ou benzodiazépines sur votre lieu de travail ? Voici votre nouveau portail !

  1. Bonjour,
    J’aimerais savoir si un jour les Pouvoirs Publics se pencheront sur la nuisance dans le domaine privé (lieux d’habitation notamment dans les logements gérés par des bailleurs sociaux Paris & province) occasionnée par les fumées de cigarettes sur les balcons ou via les VMC ?
    A priori je serais la seule en France a avoir osé engager une procédure judiciaire dans ce sens !
    Au fil des années, j’ai pu constater que nous sommes, en France, des centaines à subir cette nuisance au quotidien à laquelle s’ajoute une situation de conflit avec pour leitmotiv de la part du fumeur revendiquant « sa liberté »… mais la liberté de chacun ne s’arrête t’elle pas à celle des autres en l’occurrence de celles et ceux qui ne fument pas ! Nous représentons environ 2/3 de la population française qui devont régulièrement… changer de trottoir, changer d’appartement, changer de terrasse de café,…
    Je vous remercie de votre attention.
    Je garde espoir ☺

  2. si l’alcoolisme au travail est depuis longtemps une préoccupation majeure de sécurité, d’autres addictions, les drogues et les médicaments psychotropes, sont venues s’ajouter aux facteurs importants qui menacent la sécurité des travailleurs, et les consommateurs excessifs de drogues occupant un emploi ne représentent plus un phénomène marginal : les addictions sont devenues un problème de sécurité au travail d’importance croissante : http://www.officiel-prevention.com/sante-hygiene-medecine-du-travail-sst/service-de-sante-au-travail-reglementations/detail_dossier_CHSCT.php?rub=37&ssrub=151&dossid=342

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s