Le flacon de Keytruda® ne vaut plus que 1314 €. Les troublants regrets de MSD-France  

Bonjour

Il faudra bien un jour prochain, rapprocher le prix et la morale. Chiffrer l’espérance de vie. Dire ce qu’il peut ou non en être de la solidarité citoyenne. Et pouvoir connaître les comptes des géants de Big Pharma.

C’était, hier, un scoop des Echos : un accord avait été trouvé, le 23 novembre entre la filiale française du géant pharmaceutique américain MSD et le gouvernement français – accord sur le prix  du plus qu’onéreux médicament anticancéreux Keytruda®. Semi- scoop car le montant du prix n’a pas été révélé. Scoop plus qu’opportun : une conférence de presse était organisée ce 28 novembre 2017 – conférence de presse qui se tenait (on ne se refait pas) Hôtel de Sers – Salon du Marquis, 41 Avenue Pierre 1er de Serbie, 75008 Paris.

Cela donne notamment ceci – destiné à la presse  :

« Innovation de rupture de MSD dans le cancer du poumon : Keytruda® (pembrolizumab), 1ère et seule immunothérapie mise à disposition des patients en  1ère ligne de traitement Environ 6000 patients français vont désormais pouvoir bénéficier de Keytruda® avec une médiane de survie globale plus que doublée. Keytruda® bouleverse la prise en charge en monothérapie en 1ère et 2ème lignes des patients atteints d’un cancer du poumon dans une approche de médecine de précision. »

Survie doublée

Depuis Courbevoie, MSD se félicite d’avoir trouvé un accord avec le Comité Economique des Produits de Santé (entendre le gouvernement français) permettant la prise en charge de son traitement d’immunothérapie Keytruda®  en 1ère ligne en monothérapie pour les patients souffrant de cancer bronchique non à petites cellules métastatique (CBNPC). Après des années d’attente, tout, désormais, doit aller très vite :

« Dès publication de ces éléments, les patients éligibles au traitement pourront donc bénéficier de Keytruda®. (…) Keytruda® constitue une innovation de rupture sans précédent dans l’histoire de la prise en charge de ce cancer. ‘’Pour les patients ayant un cancer du poumon au stade métastatique, la forme la plus grave, les plus susceptibles de répondre à l’immunothérapie et encore naïfs de tout traitement, Keytruda® double la survie par rapport à la chimiothérapie, avec une tolérance et une qualité de vie bien meilleures que la chimiothérapie classique. C’est une innovation majeure, qui va bouleverser la prise en charge d’un grand nombre de patients atteints de cancer du poumon. Depuis la présentation scientifique des résultats cliniques et l’obtention de l’AMM, depuis plus d’un an donc, nous attendions de pouvoir traiter nos patients avec cette immunothérapie. Dans le cancer du poumon – qui reste un des cancers les plus fréquents et les plus graves, il n’y avait pas eu d’innovation de cette ampleur depuis des années’’ a déclaré le Pr Christos Chouaid, pneumologue en oncologie thoracique au CHI de Créteil.

Réjouissance et regrets

L’argent ? Nous y voilà : « Dans un double esprit de responsabilité clinique et économique, MSD a proposé une baisse de tarif de 17 % de Keytruda®  (…) Keytruda® va baisser alors que la Commission de la Transparence a reconnu l’apport thérapeutique de Keytruda® en monothérapie avec l’octroi d’une ASMR de niveau III dans le CBNPC 1ère ligne (AMM en janvier 2017) et qu’il s’agit du seul médicament bénéficiant d’une telle reconnaissance de progrès thérapeutique dans cette indication. Le nouveau tarif du flacon de 50mg de Keytruda sera de 1314,305€ HT [contre 1583,50 € HT] et sera applicable à l’ensemble des indications de Keytruda prises en charge : CBNPC 1ère ligne et 2e ligne ainsi que le mélanome métastatique.

« L’accord négocié avec le Comité pour Keytruda® , incluant une baisse de prix et en complément du ciblage des patients, permet de répondre à l’enjeu de soutenabilité des dépenses de santé liées aux innovations de rupture (sic). Notre approche responsable s’inscrit dans la continuité de celle que nous avions déjà adoptée pour permettre l’accès universel à Zepatier®, notre traitement contre l’hépatite C », a déclaré Cyril Schiever, président de MSD France.

Applaudir ? M. Schiever a étrangement ajouté ceci : « Si nous nous réjouissons de l’accord trouvé pour Keytruda®, nous regrettons que dans le cas de cette extension d’indication thérapeutique, le cadre réglementaire français n’ait pas offert la possibilité d’un accès précoce des patients à cette innovation de rupture. Rappelons que jusque-là, avant Keytruda® , la médiane de survie des patients souffrant de cancer bronchique non à petites cellules métastatique était d’environ un an. Nous appelons de nos vœux une évolution de la réglementation pour qu’à l’avenir, les patients puissent bénéficier de ce type de traitement multi-indications dans les meilleurs délais. Nous espérons que le travail accompli ces derniers mois avec les autorités permettra d’accélérer l’accès à Keytruda® pour les patients dans les indications à venir ».

Les extensions d’indication dans le lymphome de Hodgkin (AMM en mai 2017) et dans le cancer de la vessie en 2ème ligne (AMM en août 2017) sont en cours d’évaluation par la HAS. Les spécialistes apprécieront.

A demain

4 réflexions sur “Le flacon de Keytruda® ne vaut plus que 1314 €. Les troublants regrets de MSD-France  

  1. Les regrets ne sont pas sur le prix mais sur le délai entre l’obtention de l’amm et la mise à disposition dans les pharmacies hospitalières pour un accès plus rapide pour les patients / relisez ! La mise à niveau du prix est classique en cas d’obtention d’une nouvelle indication

    D’autre part il n’y avait pas d’ATU disponible dans cette molécule car une AMM existait déjà pour le mélanome

    • Erreur
      Dans le mélanome des patients stade 4 ont dépassé les 5 années de survie après le diagnostic et à distance de l’arrêt Du tt
      De même pour le Cancer bronchique
      Lisez les résultats actualisés de la survie à long terme des essais Keynote avant de dire des contre vérités
      Et surtout ayez le courage de ne pas demander de l’immunotherapie quand vous ou un de vos proches serez atteints d’un cancer métastatique
      Cette semaine j’ai signé deux reprises de travail a temps plein a des patients primitif poumon stade 4 meta cérébrales et cutanées a plus de 2 ans du diagnostic en réponse complète …

      • Bonjour, suite à notre échange sur Twitter https://twitter.com/DesperateMDoc/status/937553745734488064 je reconnais que j’ai peut-être négligé les données les plus récentes qui montrent une durée de survie sans traitement compatibles avec un guérison. L’avenir le confirmera (ou non).

        Pour ce qui me concerne, je ne sais pas quel serait mon choix. Cela dépendra de la réalité de ces guérisons. Vivre plus longtemps avec mon cancer ne me tente pas trop. J’ai eu quelques patients qui ont repris leur travail en effet après ce type de traitement, mais ça n’a pas duré.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s