Johnny Hallyday – Champs-Elysées : comment faire le deuil d’une idole devenue icône ?

 

Bonjour

Suite de la série. Où l’on ne joue pas médiatiquement sans risque, dans des espaces démocratiques désacralisés, avec des concepts comme ceux d’idole ou d’icône. Suite avec un papier original de Slate.fr : « Pour les fans de Johnny, le deuil commence. Et il sera douloureux ». Il est signé de Clément Guillet, médecin psychiatre et journaliste.

« Des affiches collées aux murs d’une chambre d’adolescent jusqu’aux derniers concerts des Vieilles Canailles, en passant par les disques et photos collectionnées au fil des années: pour certains, la passion durait depuis plus d’un demi-siècle, écrit-il  Comment vit-on le deuil de la star lorsqu’on est fan ? Mais s’il est un repère temporel, ce n’est pas seulement pour les fans. Sa longévité et son succès ont fait que beaucoup –jeunes et moins jeunes– lui associaient une partie de leur propre histoire. »

L’affaire est d’autant plus vaste qu’elle s’incarne désormais dans l’histoire nationale. De ce point de vue le tweet nocturne, déjà historique, du président de la République (« On a tous en nous quelque chose de Johnny ») fait sens et fera date. Sans parler, en écho fidèle, des applaudissements de l’Assemblée nationale. Ainsi que la suite, voulue par le président. Le Palais de l’Elysée a ainsi annoncé, jeudi 7 décembre, qu’un « hommage populaire » à Johnny Hallyday serait organisé samedi à Paris :

« Le Président de la République et son épouse, Mme Brigitte Macron, participeront à l’hommage populaire organisé en mémoire de Johnny Hallyday, le samedi 9 décembre 2017. Il a été convenu entre la famille, les proches de Johnny Hallyday et la Présidence de la République, que dans le cadre de cet hommage populaire, le convoi funéraire partira de l’Arc de Triomphe, puis descendra les Champs Elysées jusqu’à la place de la Concorde avant de se rendre à l’église de la Madeleine pour un office religieux. Les musiciens de Johnny Hallyday l’accompagneront musicalement. Le Président de la République prendra brièvement la parole pendant la cérémonie. »

Tour Eiffel, football et livres d’or

Pour l’heure la dépouille du chanteur a été transférée au funérarium du Mont-Valérien à Nanterre, non loin de sa demeure de Marnes-la-Coquette. Les fans du rockeur sont conviés jeudi soir à une veillée de prières en l’église Saint-Roch, la paroisse parisienne des artistes.  La maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé sur Twitter que la ville rendrait hommage à « l’Idole des jeunes » en projetant le message « Merci Johnny » sur la tour Eiffel de vendredi soir à dimanche soir –  ainsi que sur la façade du Palais omnisports de Paris-Bercy, où des livres d’or seront mis à la disposition du public.

Par ailleurs, une chanson de Johnny Hallyday sera diffusée avant chaque match de foot de Ligue 1 et de Ligue 2 ce week-end. Depuis l’annonce de la mort de la rock star, l’écoute et les téléchargements des chansons et des albums de Johnny Hallyday se sont envolés sur les plates-formes musicales.

« Les hommages suite à sa mort tiennent en partie de la nostalgie: c’est un peu de la jeunesse de millions de Français qui part avec lui, peut-on lire sur Slate.fr. Pour certains fans, Johnny était parfois considéré comme un proche. Son décès revêt alors l’aspect de véritable deuil. ‘Nous nouons avec la célébrité médiatique des relations socio-affectives parfois très intenses’’expliquent Didier Courbet et Marie-Pierre Fourquet-Courbet. Ces professeurs en sciences de la communication se sont intéressés aux réactions des fans à la mort de Michael Jackson. ‘De nombreux individus établissent avec les célébrités des relations identiques à celles qu’ils établissent dans leur vie “réelle”: la célébrité peut être un simple copain, un véritable ami, ou quelqu’un que l’on déteste.’’ »

Les interactions répétées –via les médias, puis aujourd’hui les réseaux sociaux– entraînent une proximité du fan avec la star et suscitent parfois les sentiments les plus forts. Des liens d’amitié voire d’amour peuvent se mêler à la passion du fan. Ce qui, raisonnablement, peut ne pas rassurer. Et ce d’autant que Slate.fr nous incite à relire  L’«effet Werther», ou quand les médias poussent au suicide.

Star malade et sociologues

« La mort de Johnny, était attendue –on savait la star malade–; le deuil a ainsi pu être préparé en amont. Qu’on se rassure donc: on ne devrait pas assister à des suicides de fans. En revanche, le deuil sera sincère pour des milliers d’entre eux qui auront perdu un repère, une référence dans leur vie, rassure le psychiatre-journaliste. Comment alors faire le deuil d’une idole? Comme l’expliquent Marie-Pierre Fourquet-Courbet et Didier Courbet, ‘’dans les premières phases de deuil, les personnes surinvestissent l’objet perdu, s’identifient à lui et ont des comportements d’imitation’’. À l’image de ces fans qui se sont réunis spontanément pour chanter devant la maison du chanteur.»

Attention néanmoins, nous dit-il,  à ce que le travail de deuil se fasse convenablement. Lors du décès d’une célébrité, les réseaux sociaux, qui sont d’abord un refuge pour les fans, peuvent ensuite entretenir le deuil: «Les fans utilisant le plus fréquemment et le plus longuement les médias sociaux sont ceux qui ont le processus de deuil le plus complexe et le plus long», estiment les sociologues. On n’écoute jamais assez les sociologues.

Comment la France réinvente-t-elle les antiques rituels des deuils nationaux ? Johnny Hallyday, « idole des jeunes » a-t-il atteint le stade de l’icône ? Le spectacle et sa société sont-ils compatibles avec la mort ? Longtemps après Victor Hugo suite de la série, (devenue apolitique),  sur les Champs-Elysées.

A demain

2 réflexions sur “Johnny Hallyday – Champs-Elysées : comment faire le deuil d’une idole devenue icône ?

  1. « «Les fans utilisant le plus fréquemment et le plus longuement les médias sociaux sont ceux qui ont le processus de deuil le plus complexe et le plus long», estiment les sociologues. On n’écoute jamais assez les sociologues. »

    Comment le savent-ils ?
    Quelle expérience de quel deuil et notamment de deuil de défunt comparable de qui permet de l’affirmer et comment compare-t-on avec les deuils de ceux qui n’utilisent pas lesdits réseaux, pour dire « plus complexes et longs » ?

  2. Je ne suis certainement pas en deuil malgré la proximité générationnelle.

    Cette déification des stars en général me paraît particulièrement dangereuse. Qui adorer ensuite ? Un dictateur ?

    Et faire un exemple, un héros populaire de quelqu’un qui a usé et abusé d’alcools et de drogues, c’est un comble

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s