Chanel, Essilor et politique : la ministre de la Santé confrontée à la réalité de l’optique  

 

Bonjour

Vigilance citoyenne face aux fausses nouvelles. Quelques lignes acidulées disponibles sur le site du Quotidien du Médecin (Stéphane Long).

« Un quart des jeunes à la recherche d’un emploi ont-ils des problèmes de vue ? C’est ce que pensait Agnès Buzyn. À tort, semble-t-il. La ministre de la Santé s’est fait reprendre par Europe 1 le 8 décembre pour ses propos sur le sujet. Cette semaine, elle avait déclaré que, selon Pôle Emploi, ‘’25 % des jeunes qui cherchent un emploi ont un trouble de la vision et ne sont pas corrigés par des lunettes. Vous vous rendez compte, c’est énorme ! Et ça explique le décrochage scolaire pour certains.’’ »

Vigilance, donc. Dans « le vrai-faux de l’info », Géraldine Woessner est remontée à la source de cette information. En réalité, explique la journaliste, « c’est Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, qui lui a glissé ce chiffre de 25 % en sortant d’un forum pour l’emploi », où elle venait de croiser des employés… d’Essilor. Le fabricant de verre optique avance cette statistique en se basant sur « une poignée de jeunes qui visitent ses stands sur certains salons », révèle Europe 1.

« Autant dire que ce chiffre a peu de valeur » ajoute Le Quotidien du Médecin. Valeur ? Où l’on observe, après le faux-pas de la distribution des montures Chanel, qu’Agnès Buzyn apparaît, d’un strict point de vue politique, assez éloignée de la réalité des correctifs optiques.

A demain

3 réflexions sur “Chanel, Essilor et politique : la ministre de la Santé confrontée à la réalité de l’optique  

  1. Cette information montre à quel point madame le professeur Agnes BUZYN ministre de la santé ne vérifie pas ses sources et fait confiance à elles.
    Il en est de même pour ce qui est des vaccins et de la vaccination.
    Mais là il n’y a personne pas même d’Europe 1 pour la reprendre sur ses affirmations erronées comme sur la variole par exemple.

  2. Cela laisse rêveur sur le niveau scientifique d’une professeure des universités.

    Une étude prétend ceci ? Voyons: matériel, méthodes résultats …les conclusions sont elles permises au vu des résultats (souvent non, les auteurs s’adonnant au « spinning » alias « faire briller les chromes »)?

    Et pire il faut trouver le protocole de l’étude et vérifier qu’il a été suivi c’est à dire que l’étude n’est pas falsifiée ce qui est fréquent (voir « compare.org ») dans les meilleurs journaux.

  3. En même temps si chaque ministère doit vérifier les informations venant d’un autre ministère, c’est inquiétant aussi.

    Malgré tout, on devrait quand même ce soucier de savoir si les gamins voient bien et même entendent bien.
    Pour cela, il faudrait qu’il reste suffisamment de médecins scolaires.
    Mais cela n’intéresse ni l’Etat qui ne sait faire que de mauvaises économies, ni les médecins qui ne sont pas tentés par un salaire de fonctionnaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s