Dans les coulisses du Durogesic® : croustillante affaire de grands fauves et de génériques

Bonjour

On peut certes maudire le concept de concurrence, cet alibi du capitalisme. Il  peut aussi être à l’origine de belles histoires. On peut ainsi, grâce à lui et gratuitement, lire celle-ci « L’Autorité de la concurrence sanctionne le laboratoire Janssen-Cilag et sa maison-mère Johnson & Johnson à hauteur de 25 millions d’euros pour avoir empêché puis limité le développement des médicaments génériques de Durogesic®, son médicament princeps ».

Tout est dit dans le titre, mais la lecture réserve bien des surprises. Où l’on apprend que l’Autorité de la concurrence sanctionne « l’intervention répétée et juridiquement non fondée auprès de l’Afssaps pour faire obstacle à l’inscription du générique » et « une campagne massive de dénigrement des génériques de Durogesic auprès des médecins et des pharmaciens », qui ont « empêché puis limité le développement des médicaments génériques de Durogésic® ».

 Chaque paragraphe du texte vaut son pesant d’euros et de dollars. Un histoire de géants pharmaceutiques et de grands fauves. En octobre 2007, la Commission européenne avait approuvé la demande de « reconnaissance mutuelle » engagée par Ratiopharm et obligeant les pays européens à délivrer une autorisation de mise sur le marché nationale du générique dans les trente jours.

Janssen-Cilag était alors intervenu auprès de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (alors l’Afssaps) afin de la convaincre de « refuser l’octroi au niveau national du statut de génériques aux spécialités concurrentes de Durogésic® « . Cette action a abouti à retarder l’autorisation d’un an. Puis la filiale de Johnson and Johnson a ensuite (Autorité de la concurrence dixit) organisé une action de « dénigrement de taille massive » afin d’encourager les professionnels de santé à prescrire ou à dispenser le Durogésic® au détriment de ses génériques.

Instillation des doutes

 Comment peut-on peser sur les prescriptions des médecins ? En utilisant « un discours trompeur de nature à instiller le doute » – par exemple « en déformant » la portée d’une mise en garde que l’Afssaps avait énoncée vis-à-vis des génériques. Extraits :

« Ce discours trompeur a eu pour effet de susciter de fortes inquiétudes chez les professionnels de la santé, rencontrant un écho d’autant plus important qu’il subsiste chez ces derniers une certaine réticence vis-à-vis des médicaments génériques, laquelle s’explique notamment par leur méconnaissance des procédures d’autorisation de mise sur le marché, par leur mauvaise appréhension du cadre réglementaire relatif à la substitution et par leur volonté de se prémunir contre tout risque de voir leur responsabilité civile ou pénale engagée.

« Les pratiques mises en place par Janssen-Cilag sont graves. Elles ont retardé l’arrivée des génériques sur les marchés et empêché leur développement. Par ses interventions répétées auprès de l’AFSSAPS, Janssen-Cilag est parvenu à retarder de plusieurs mois la procédure de délivrance des autorisations de mise sur le marché aux spécialités génériques concurrentes de Durogesic® et la reconnaissance de leur statut de générique. Le laboratoire princeps a ainsi pu bénéficier, de manière indue, de la prolongation de son monopole sur les marchés concernés.

« Pendant cette période, l’effet d’éviction des concurrents de Durogesic a été quasiment absolu, en rendant impossible la commercialisation des spécialités concurrentes génériques de Durogesic induisant un manque à gagner pour les laboratoires génériques et un surprix à payer pour les consommateurs, dans un contexte marqué par les déficits chroniques des comptes sociaux. »

On ne parle pas, ici, de détails. Le Durogésic® est un antalgique opioïde puissant prescrit pour le traitement des douleurs sévères – principe actif : le fentanyl. C’est un médicament efficace, cher et pris en charge, en France, par la collectivité. Un surprix à payer par la collectivué. Et au final une amende de 25 millions d’euros. Qui est le gagnant, qui est le perdant ?

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s