Une première : petit trafic de « Buddha blues » (THC e-liquide) démantelé dans le Finistère

Bonjour

Un vrai symptôme ou un simple fait divers ? « Une première à Brest ! » tonne France TV Info Bretagne.  Quatre jeunes mineurs inconnus des services de police ont été appréhendés jeudi 21 et vendredi 22 décembre après avoir revendu trois kilos de résine de cannabis, un classique, mais aussi des fioles de « Buddha blues », liquide pour cigarette électronique à base de tétrahydrocannabinol (THC). Chaque fiole de 10 ml était, dit-on, revendue une vingtaine d’euros. Ce « buddha blues » brestois contiendrait « 95% de THC de synthèse et serait donc hautement dangereux », a expliqué à la presse Gilbert Cadiou, chef de la brigade des stupéfiants du Finistère.

Comment le produit arrivait-il ? Les jeunes de 17 ans trouvaient leur marchandise sur le darknet, internet et les revendaient dans un établissement scolaire de la ville. La police avait été alertée mi-décembre. « Le directeur d’un centre de formation qui gère des jeunes de 16-25 ans était intrigué des effets produits par la vaporisation de la cigarette électronique » explique Gilbert Cadiou. En effet, d’après les témoignages, des jeunes surtout âgés de 16-17 ans ont été pris de « crises de paranoïa ». « Certains étaient incapables de descendre des escaliers et d’autres ont fini à l’infirmerie, précise M. Cadiou. Ces « e-liquides » provoquent des hallucinations si fortes que certains adolescents pensaient faire un arrêt cardiaque ou un coma. »

« Les témoignages recueillis auprès des victimes ont permis de remonter la trace d’un jeune Brestois de 17 ans, qui avait acheté 50 fioles de 10 ml de ce « Buddha blues » sur le darknet, pour environ 40 €. Il les écoulait ensuite à d’autres jeunes de Plouguerneau et Lannilis, en prenant sa commission au passage, précise Le Télégramme. Ce sont ces derniers qui auraient ensuite décidé d’en revendre aux élèves de l’établissement scolaire. Pour les enquêteurs, de l’acheteur initial aux revendeurs, tous connaissaient les effets car ils avaient relayé la même consigne de ne pas inhaler plus de trois lattes d’affilée. L’effet est instantané. Rien à voir avec le joint classique. On est dans autre chose. »

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s