Vaccins : Agnès Buzyn laissera-t-elle Isabelle Adjani dénoncer un «crime contre l’immunité» ?

Bonjour

Une actrice, un sociologue peuvent-ils.elles se tromper ? Jocelyn Raude est sociologue à l’Ecole des hautes études en santé publique de Rennes (EHESP) où il travaille sur les « controverses sanitaires ». Dans Libération de ce jour il dit constater qu’en dépit du nouveau régime français d’obligations « la mobilisation antivaccinale n’a pas vraiment pris ». Du moins pour l’heure.

« Dans la blogosphère, depuis les annonces de la ministre de la Santé, il y a eu beaucoup de mobilisation pour défendre la liberté vaccinale et donc contre l’obligation. Cela a été bien relayé dans la nébuleuse vaccinosceptique. Pour autant, publiquement, ça ne s’est pas traduit par une mobilisation forte, à l’image de l’échec de la manifestation pour la liberté vaccinale, le 9 septembre devant le ministère de la Santé, qui a réuni à peine 300 personnes. Cet échec peut surprendre quand on regarde ce qui s’est passé pour le Levothyrox, avec des manifestations alors importantes. »

Sensibilité politicosceptique

Plus que le journaliste le sociologue est prudent, reconnaît volontiers ses erreurs. « Cela marque-t-il un revers sévère pour les antivaccins ? » lui demande notre confrère Eric Favereau. Réponse de Jocelyn Raude :

« C’est très difficile de l’affirmer. D’autant que nous nous sommes tous beaucoup trompés. Je pensais que la mobilisation antivaccinale allait fléchir vu le peu d’affaires autour des vaccins ces dernières années, or cela n’a pas été le cas. En juillet, un sondage du Figaro interrogeait les Français sur les 11 vaccins obligatoires : 50 % des sondés s’y sont dits hostiles, et 50 % favorables. Bref, difficile de prévoir. Cela étant, un des éléments qui s’est révélé très apaisant a été l’annonce de la dépénalisation de la non-vaccination. Certes, l’enfant ne pourra pas aller en crèche ou à l’école s’il n’est pas vacciné, il y a donc une sanction sociale, mais pas de sanction pénale. » 1

 Agnès Buzyn aurait donc ainsi imposé la contrainte et, en même temps, détendu le débat ?

« Dans le monde de la santé publique, personne ne s’attendait à une position aussi ferme : c’était une grande surprise. C’était même courageux, allant à l’encontre de l’attentisme ambiant. Mais même si ce changement de ton est important, la suite reste incertaine. La sensibilité politicosceptique à l’égard des vaccins s’est beaucoup étendue. On va vite voir si cette obligation se passe bien. On peut aller vers une situation apaisée, ou au contraire nous sommes dans le creux d’une vague et les tensions réapparaîtront. »

Un sociologue peut-il être surpris ? Jocelyn Raude l’a été. Et ce parce qu’il nomme la «pipolisation» de la lutte antivaccinale. « En France, il n’y avait aucune figure publique forte qui avait pris position contre le vaccin, à la différence des Etats-Unis, observe-t-il. Or en septembre dernier, il y a eu les déclarations d’Isabelle Adjani. Des propos durs, étonnants de la part d’une personnalité aussi connue. Il n’y avait jamais eu de phénomène similaire auparavant. »

« En finir avec Pasteur » ?

Nous avions oublié les propos de la célèbrissime artiste. Nous les avons retrouvés dans le magazine papier glacé du Monde : « Isabelle Adjani, nouvelle icône des ‘’antivax’’. Sur l’antenne de France Inter, début septembre, la comédienne a profité d’une carte blanche pour développer son argumentaire antivaccin. » . C’était  le 3 septembre 2017, dans « Le Grand Atelier » de France Inter. Isabelle Adjani ayant carte blanche, elle avait exprimé son souhait de parler des vaccins. A la seconde où elle prend la parole sur le sujet, elle condamne la vaccination, cette « façon de détériorer, pour ne pas dire détruire, l’éclat biologique d’un être dès sa naissance ». Pendant de longues minutes, elle évoque ses enfants, tenus à l’écart des vaccins et des antibiotiques, et « en excellente santé » ; cite chiffres et études sur des épidémies d’oreillons et de rougeole qui auraient touché des populations vaccinées ; utilise l’expression « en finir avec Pasteur », etc. Puis conclut :

« C’est un crime contre l’immunité qui, probablement, dans les vingt, trente, quarante, cinquante prochaines années sera appelé un crime contre l’humanité. »

Agnès Buzyn, ministre des Somidarités et de la Santé tiendra, le 5 janvier une conférence de presse «sur l’extension de l’obligation vaccinale». La ministre y tentera un tour de force démocratique: parvenir à démontrer qu’il faut contraindre pour convaincre. Elle qui avait souhaité faire disparaître le tabac des écrans de cinéma rétablira-t-elle une vérité scientifique bafouée sur les ondes de la radio publique ?

A demain

1 Sur ce thème : « Onze vaccins obligatoires depuis le 1er janvier 2017: une loi en trompe-l’œil ? » Slate.fr, 2 janvier 2018.

 

5 réflexions sur “Vaccins : Agnès Buzyn laissera-t-elle Isabelle Adjani dénoncer un «crime contre l’immunité» ?

  1. Bonjour,

    Je suis médecin-infectiologue et viens de lire avec intérêt, comme souvent, votre article du jour sur l’obligation vaccinale paru sur Slate.fr.
    J’ai eu la grande surprise de constater que la lecture de 2 livres ouvertement anti-vaccinaux figurait à la fin de votre article:
    – Vaccins. Un génocide planétaire ? de Christian Tal Schaller
    – Vaccinations. Les vérités indésirables. de Michel Georget

    S’agit-il d’un encart publicitaire (« Lire via Amazon ») sur lequel vous n’avez aucun contrôle ? Si oui, on comprend pourquoi les taux de converture vaccinale demeurent aussi faible en France et j’espère que vous apprécierez comme moi la cocasserie de la chose…
    Ou bien avez-vous vous-même sélectionné ces ouvrages ? Si tel est le cas, j’aimerais mieux comprendre.

    Merci pour vos éclaircissements.

      • Je ne suis donc rassuré concernant la cohérence de vos articles…
        … mais absolument pas concernant l’audience dont bénéficient ces ouvrages qui désinforment le public !
        C’est véritablement consternant. Je viens de vérifier à nouveau et cette publicité n’a pas changé. Slate.fr n’a-t-il pas la main sur les publicités qu’il relaie ?

        Dans une ébauche de travail jamais publié, j’ai il y a quelques années fourni un effort conséquent pour disséquer et déconstruire chacun des arguments de Michel Georget concernant la vaccination anti-rougeoleuse. L’auteur propose dans cet ouvrage une sorte de « contre-histoire » de cette vaccination manipulant avantageusement doutes et incertitudes, et distillant quelques vérités effectivement « indésirables » au sein d’une mise en cause globale de la vaccination très largement biaisée.
        On comprend que les parents – et de nombreux médecins – soient complètement perdus…

  2. Les « vérités scientifiques » ….
    Il y en a tellement qui se sont révélées fausses.
    Il y en a tellement dont on nous a caché la dangerosité.
    Il y en a tellement qui se sont révélées fabriquées par et pour des intérêts financiers.

    Le grand public finit par avoir davantage l’indispensable scepticisme scientifique que les « scientifiques » eux-mêmes.

    • « Le grand public finit par avoir davantage l’indispensable scepticisme scientifique que les «scientifiques » eux-mêmes. »
      ===========================

      Voire .

      Il ne faut pas confondre médecins et scientifiques. L’esprit et la rigueur scientifiques ne sont as très répandus chez les médecins. En médecine, à la fac et lors de diplômes « supplémentaires, j’ai pu constater que l’on nous donne un résumé de l’état présumé de la science. Pas une démonstration ou les moyens de comprendre. J’ai vu 2 exceptions, le fait d’immunologistes et d’un physiologiste peu renommés les deux premiers en 2ème en 3ème année d’une petite fac de province , qui présentaient les expériences de labo (historiques ou importantes) puis les conclusion et la physiologie de l’immunité ou de différents organes, en fonction de ces découvertes. Certes pas tout en détail sur tout, le temps aurait manqué, mais la démarche était originale et je ne l’ai retrouvée que dans le bouquin (un pavé) d’immunologie de JF Bach un immunologiste français où il fallait comprendre toutes les expériences, dont celles concernant le redoutable répertoire des immunoglobulines.

      Je m’égare.

      Je voulais surtout dire que les gens qui, non préparés , ni qualifiés ou trop biaisés et déjà contre ou pour avant de réfléchir, n’ont pas forcément le scepticisme SCIENTIFIQUE infus.
      Le scepticisme est une condition sine qua non de la Science, mais l’épithète scientifique le régit.
      Je vois plus de délire sceptique et d’affirmations péremptoires tant des pros que des cons (c’est de l’anglais pour rire, pas une insulte, lisez « pour » et « contre » que de rigueur scientifique informée , sur divers blogs qui se présentent comme détenant la vérité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s