Cannabis : euphorie en Californie, exportations en Australie, un livre pour les plus petits

 

Bonjour

L’Australie a annoncé jeudi 4 janvier sa volonté de devenir le quatrième pays dans le monde à autoriser les exportations de cannabis à usage médical et volens nolens de s’octroyer ainsi une part d’un marché estimé à 55 milliards de dollars. Aujourd’hui cultiver du cannabis en Australie n’est pas chose aisée, le pays interdisant son usage à but récréatif. Pour autant le gouvernement australien espère que l’usage médical (qui vient d’être légalisé) sera de nature à augmenter la production et au développement des exportations.

« Notre objectif est très clair : donner aux agriculteurs et aux producteurs les meilleures conditions pour devenir le premier exportateur mondial de cannabis médical », a déclaré à la presse Greg Hunt, ministre australien de la santé. Et l’Agence France Presse rapporte que les sociétés du secteur (Cann Group, AusCann Group, BOD Australia et Hydroponics Company) ont aussitôt vu leurs cours bondir d’environ 20 % à la Bourse australienne.

L’autorisation des exportations de cannabis médical devra toutefois être votée par le Parlement fédéral australien. L’opposition travailliste a d’ores et déjà annoncé qu’elle soutiendra cette mesure. Malgré la hausse de la demande mondiale, seuls trois pays (Uruguay, Canada et Pays-Bas) ont pour le moment légalisé les exportations de cannabis médical. Israël a également annoncé son intention de le faire dans les prochains mois.

Plus gros marché mondial

Depuis le 1er janvier la vente et consommation de marijuana récréative sont devenues légales  en Californie. L’Etat le plus peuplé du pays devient ainsi le plus gros marché mondial légal de cannabis – après avoir été pionnier de son usage thérapeutique il y a vingt ans. Faut-il voir là une illustration de la théorie de la « pente glissante » ? Pour l’heure huit Etats américains, dont le Colorado et l’Etat de Washington ont déjà légalisé le cannabis, qui reste illégal au niveau fédéral.

Cette nouvelle activité industrielle devrait rapporter 5,8 milliards de dollars d’ici 2021 en Californie selon une étude du cabinet d’études Arcview. Pour acheter du cannabis en Californie il faut avoir plus de 21 ans et montrer un permis de conduire ou des papiers d’identité. La vente est acquise même si on est originaire d’un Etat où la substance reste interdite. « Les clients repartent avec un sac blanc opaque scellé » observe l’Agence France Presse. Qui rapporte ce témoignage :

 « Beaucoup de gens pensent que prendre de la marijuana c’est rester assis sur un canapé à regarder la télé mais selon la variété et l’intensité que vous consommez cela peut en réalité augmenter votre concentration, affirme un barbu souriant en short accompagné de sa petite amie professeure de yoga, qui dit aimer faire du vélo dans la nature lorsqu’il plane. Je comprends que certains [pensent que c’est dangereux] mais si on vend de l’alcool dans ce pays alors on doit pouvoir vendre légalement de la marijuana. Cela rapporte des recettes fiscales, et nous on peut consommer de la très bonne herbe qui a été contrôlée, tout le monde est gagnant. »

Adolescences en France

Retour en France et aux questions que se posent les parents face à leurs jeunes enfants. Paniquer ? S’inquiéter ? Quand et comment en parler ? Comment, le cas échéant, gérer au mieux ? A 17 ans près d’un adolescent sur deux a déjà expérimenté et 9 % sont des fumeurs réguliers. Pour eux, pour leurs parents et pour toutes celles et ceux qui sont directement ou non concernés « Adolescents et cannabis. Que faire ? », une œuvre pédagogique indispensable signée de trois psychologues spécialistes des addictions, Jean-Pierre Couteron (par ailleurs président de la Fédération Addiction), Muriel Lascaux et Aude Stehelin 1.

« A l’adolescence, pour que cette parole soit un minimum entendue et éventuellement suivie, elle devra perdre sa tonalité anxio-répressive (interdit, ­tabou, chantage) pour une formulation plus éducativo-compréhensive (accompagner à l’autonomie). Soyons attentifs à ne pas tomber dans un échange de slogans et phrases pièges, particulièrement contre-productif. »

« L’usage de cannabis est souvent un objet de tension entre l’adolescent et sa famille inquiète des conséquences. L’expérience acquise par les auteurs auprès des familles ayant vécu ces situations montre l’intérêt de les aider à mieux se mobiliser pour accompagner l’adolescent dans la construction de sa motivation au changement, souligne l’éditeur.  L’objectif de ce manuel est de permettre aux parents de comprendre leur rôle et les outiller pour interagir avec leur adolescent. Il s’agit de les renforcer dans leurs compétences parentales, expliquer les particularités de l’accompagnement d’un adolescent usager et identifier des structures d’aide. »

Aider, en somme, à comprendre. Aider à se parler. Aider, au-delà des interdits, à se trouver.

A demain

 1 « Adolescents et cannabis. Que faire ? » de Jean-Pierre Couteron, Muriel Lascaux et Aude Stehelin (Dunod, 240 p., 19,50 €).

2 réflexions sur “Cannabis : euphorie en Californie, exportations en Australie, un livre pour les plus petits

  1. Aucun ecolo pour condamner la banalisation de ce produit chimique tres toxique pour le cerveau. Par contre tres offensif contre le glyphosate produit tres secure.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s