Gestation pour autrui,  autorisée ou condamnée : Emmanuel Macron changera-t-il d’opinion ?

Bonjour

A chaque jour son sujet bioéthique médiatique. Hier relance de la polémique sur le secret des origines paternelles après insémination artificielle. Aujourd’hui nouvelle tribune, dans Le Monde, visant à entrouvrir la porte légale à la pratique de la gestation pour autrui (GPA) : « On ne peut plus ignorer les enfants nés par GPA ». Les cent-dix signataires 1 demandent que le débat qui va s’ouvrir à l’occasion de la révision des lois de bioéthique soit … « un véritable débat ». Entendre : que l’on y aborde la question de la GPA définie comme « une des techniques d’assistance médicale à la procréation ».

Cette demande part d’un constat : « les enfants nés par le recours à la GPA sont là » :

« Ils ont des parents, hétérosexuels ou homosexuels. Ils sont des milliers, de plus en plus visibles, on ne peut plus les ignorer comme des fantômes et faire comme s’ils n’existaient pas. On ne peut pas continuer à bafouer leurs droits en ignorant les jugements de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) qui ne cesse de condamner la France. »

Mais dans le même temps les signataires estiment qu’il faut « lutter efficacement et avec détermination contre les dérives de la GPA et les mafias qui en profitent » :

« Nombreux sont ceux, en France, qui s’alarment à juste titre de la marchandisation et de la réification dont peuvent être victimes des femmes pauvres dans certains pays, mais aussi des parents d’intention qui se font maltraiter et les enfants qui peuvent se retrouver dans des tourments dramatiques. Eh bien, combattons ces situations odieuses !

 « A l’image de la convention de La Haye encadrant l’adoption internationale et luttant contre les trafics d’enfants, nous prônons une convention internationale sur la GPA, condamnant de façon efficace toutes les atteintes aux droits fondamentaux des personnes, seul moyen de lutter contre les situations où la dignité des femmes et la sécurité des enfants ne sont pas respectées. »

 Ne pas en rester là

Les signataires estiment encore que le moment est venu, en France, « d’ouvrir sur la GPA en général un débat serein, argumenté et informé » :

 « Un tel débat existe dans de grandes démocraties des protocoles de GPA pensés et aménagés de façon parfaitement éthique, et dont les pratiques sont étayées par des études validées. Plusieurs pays voisins, comme le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Portugal, la Grèce, ont déjà débattu et même légalisé la GPA sur leur sol. Aujourd’hui, la réalité des nombreux témoignages vient contredire les fantasmes brandis par certains. »

Premier objectif : « obtenir la transcription intégrale à l’état civil français de la filiation de l’enfant né par GPA lorsqu’elle a été établie légalement à l’étranger à l’égard de ses parents ».

On aurait pu en rester là. Mais les signataires vont plus loin dans leur propos et, du même coup, fragilisent leur démarche. C’est ainsi qu’ils écrivent que les adversaires les plus acharnés à la GPA « sont souvent ceux qui se sont opposés naguère à la contraception, à l’interruption volontaire de grossesse, à la procréation médicalement assistée (PMA) ». « Nombre d’entre eux n’acceptent toujours pas l’homoparentalité, alors que la loi de 2013 a tranché » croient-ils nécessaire d’ajouter tout en demandant que l’on débatte « de manière apaisée ».

Femmes exploitées

Ils oublient de rappeler l’opposition exprimée par Emmanuel Macron ainsi que les arguments développés par le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) qui, dans son dernier avis, s’est une nouvelle fois opposé à cette pratique :

« En conclusion, le CCNE reste attaché aux principes qui justifient la prohibition de la GPA, principes invoqués par le législateur : respect de la personne humaine, refus de l’exploitation de la femme, refus de la réification de l’enfant, indisponibilité du corps humain et de la personne humaine. Estimant qu’il ne peut donc y avoir de GPA éthique, le CCNE souhaite le maintien et le renforcement de sa prohibition, quelles que soient les motivations, médicales ou sociétales, des demandeurs. »

 «Je suis pour reconnaître des droits égaux à nos concitoyens, je suis très sensible au respect de la filiation, à la vraie conception de la famille, c’est aussi pour cela que je suis contre la gestation pour autrui » avait pour sa part déclaré le président de la République en octobre dernier, motivant son propos par le respect de «la dignité du corps de la femme». Il avait ajouté : « et je souhaite qu’on ne puisse pas passer de la PMA à la GPA subrepticement ».

 A demain

 1 Les premiers signataires de ce texte sont : Michèle André (sénatrice honoraire, ancienne secrétaire d’Etat), Elisabeth Badinter (philosophe), Laurence Brunet (juriste), Geneviève Delaisi de Parseval (psychanalyste), Annie Ernaux (écrivaine), Anne Fagot-Largeault (professeure émerite au Collège de France), Maurice Godelier (anthropologue), Martine Gross (sociologue), Michael Grynberg (gynécologue obstétricien), Christophe Honoré (cinéaste), Dominique et Sylvie Mennesson (coprésidents de l’association Clara), Jacques Milliez (membre de l’Académie nationale de médecine), Alain Milon (sénateur LR du Vaucluse), Israël Nisand (gynécologue obstétricien), François Olivennes (gynécologue obstétricien), Michelle Perrot (historienne), Laëtitia Poisson-Deleglise (présidente de l’association MAIA), Muriel Robin (humoriste et comédienne), Pierre Rosanvallon (professeur au Collège de France), Elisabeth Roudinesco (historienne de la psychanalyse), Alfred Spira (membre de l’Académie nationale de médecine), Irène Théry (sociologue) et Alexandre Urwicz (président de l’Association des familles homoparentales).

Une réflexion sur “Gestation pour autrui,  autorisée ou condamnée : Emmanuel Macron changera-t-il d’opinion ?

  1. Cette manière de déligitimer les opinions des autres devient insupportable;

    Ils condamnent la politique israélienne donc ils sont antisémites,
    Ils sont athées donc immoraux
    Ils sont musulmans donc antirépublicains.
    .Ils condamnent la GPA donc ils étaient contre la contraception et sont même homophobes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s