Cannabis-contravention : quand Emmanuel Macron osera-t-il, enfin, traiter des addictions ?

Bonjour

La vie comme elle va, dans les quartiers, chez les dealers, les drogués et dans les médias. « Ce serait une petite révolution : un rapport parlementaire propose d’assouplir les peines — amendes plutôt que prison — à l’encontre des fumeurs de joints » révèle Le Parisien dominical. . C’était une semi-promesse de campagne du candidat Macron et le quotidien a raison de soulever ainsi, politiquement, la question.

« Emmanuel Macron, qui se targue de faire tomber les totems, de l’ISF à Notre-Dame-des-Landes, osera-t-il rouvrir la « boîte à baffes » sur la question hypersensible du cannabis ? Face à l’explosion de la consommation, notamment chez les jeunes, politiques et experts s’accordent sur la nécessité de revoir à la baisse les sanctions pénales, exorbitantes pour les simples usagers. Une idée semble désormais faire consensus, y compris chez les syndicats de police qui y étaient hostiles lorsque la garde des Sceaux s’appelait Christiane Taubira : une amende de 150 à 200 €, plutôt que la prison. Une petite révolution, jugée plus efficace car plus rapide et systématique. »

C’est la conclusion du rapport de la mission d’information parlementaire qui rendra publics ses travaux cette semaine et dont Le Parisien a obtenu une copie – qui n’est pas allée cette fois (pourquoi?) au Journal du Dimanche.

Rédigé par les députés Eric Pouillat (LREM, Gironde) et Robin Reda (LR, Essonne), ce rapport invite le politique et le législatif à réviser l’échelle des peines de la loi de 1970. Où l’on retrouve la même équation « contravention-dépénalisation-légalisation » à de multiples inconnues – soulevée dernièrement après les propos ambigus de Gérard Collomb en août dernier.

Cigarette électronique

« Faut-il aller jusqu’à supprimer toute notion de délit pour confier aux seules forces de l’ordre le soin de verbaliser la consommation de shit ? Et ce, au risque d’envoyer un message apparemment laxiste à l’opinion publique, prompte à se crisper dès lors qu’on prononce le mot ‘’dépénalisation’’.».

 « Durant la campagne, c’est ce vers quoi semblait s’orienter le pragmatique candidat Macron, partisan d’une «contraventionnalisation». Nicolas Sarkozy aussi en a rêvé, qui s’était prononcé pour la suppression de la case prison pour les fumeurs de joints en 2003 lorsqu’il était ministre de l’Intérieur, au nom de l’efficacité, puis en 2007 quand il était candidat… avant de se raviser en 2012. François Hollande, peut-être sous la pression de Manuel Valls, n’a jamais osé ouvrir ce débat. Véritable arlésienne, ce sujet, qui transcende gauche et droite, empoisonnait déjà le gouvernement Jospin. C’est dire… »

 Le Parisien croit savoir que « l’exécutif macroniste » semble aujourd’hui « saisi par un vertige » et pourrait s’orienter vers une solution médiane : «  l’amende forfaitaire délictuelle ». Pour la plupart des addictologues tout cela n’est que regarder par le petit bout de la lorgnette le vaste paysage des addictions, qu’elles se situent de part ou d’autre de la loi. Emmanuel Macron et Edouard Philippe verront-il plus loin que le doigt-cannabis quand il faut regarder la lune-santé publique ?

Une demande est en cours auprès de l’exécutif macroniste pour que le Premier ministre confère le label « grande cause nationale » 2018 à la lutte contre l’ensemble des addictions. Celle de 2016 concernait « les comportements qui sauvent » et celle de 2017 « le sauvetage en mer ». Ce serait, en somme, une continuité thérapeutique amplifiée. Et un beau symptôme pour une affaire essentielle, républicaine, de santé publique et de réduction des risques.

A demain

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s