Vices et vertus de la cigarette électronique : vérité en deçà de l’Atlantique, erreur au-delà ?

 

Bonjour

Nouvelles tempêtes sur les volutes : commandé par le Congrès en 2016 et financé par la FDA, un rapport des Académies américaines des sciences et de médecine daté du 23 janvier laisse entendre que le cigarette électronique pourrait favoriser l’entrée des jeunes dans le tabagisme – et qu’elle aiderait les fumeurs adultes à cesser la consommation de tabac.

L’affaire trouve un large écho dans les médias. On la retrouvera depuis les colonnes du New York Times : « Vaping Can Be Addictive and May Lure Teenagers to Smoking, Science Panel Concludes » jusqu’à celles du Figaro : « Cigarette électronique : une porte d’entrée dans le tabagisme pour les jeunes ».

Après avoir analysé « plus de 800 études scientifiques », le panel d’experts conclut que la nicotine contenue dans les cigarettes électroniques pouvait créer une accoutumance chez les jeunes – ce qui pourrait les prédisposer à fumer du tabac. Une donnée par ailleurs très largement contestée et souvent démentie dans les faits. Les mêmes experts soulignent toutefois que la e-cigarette est bien moins nocive que la cigarette de tabac et qu’elle constitue un outil efficace de sevrage tabagique. Un forme de Janus moderne en somme.

Inquiétudes justifiées ?

 Face à ce paradoxe, le panel américain se refuse à trancher :« à ce stade, on ignore si la cigarette électronique a un impact positif ou négatif sur la santé publique». «La cigarette électronique ne peut pas simplement être jugée bénéfique ou nocive, a déclaré David Eaton, doyen de l’université de Washington et président du comité de rédaction du rapport commandé en 2016 par le Congrès. Dans certaines circonstances, les effets néfastes des cigarettes électroniques sur la santé des adolescents et des jeunes adultes ne fumant pas de tabac justifient sans aucun doute des inquiétudes».

Pour les experts, de nouvelles études sont nécessaires pour évaluer la balance bénéfices/risques de la cigarette électronique, mais aussi définir les effets à plus ou moins long terme de son usage. Ils estiment que certains effets néfastes pourraient être observés dans plus de vingt ans. Où l’on en revient, face au tabac, à l’équation de la réduction des risques et au choix pragmatique effectué par les autorités sanitaires britanniques pro-cigarette électronique.

Les experts américains considèrent aujourd’hui qu’il faudrait décourager l’usage de l’e-cigarette chez les jeunes et mettre en place des restrictions plus fortes. Faut-il rappeler qu’en France un adolescent sur trois est déjà entré, directement, dans le monde du tabac ?

A demain

 

 

Une réflexion sur “Vices et vertus de la cigarette électronique : vérité en deçà de l’Atlantique, erreur au-delà ?

  1. En attendant, une étude un brin refroidissante
    Association of E-Cigarette Use With Smoking Cessation Among Smokers Who Plan to Quit After a Hospitalization: A Prospective Study
    Published: Ann Intern Med. 2018;168(9):613-620.
    DOI: 10.7326/M17-2048

    Conclusion:
    During 3 months after hospital discharge, more than a quarter of smokers attempting to quit used e-cigarettes, mostly to aid cessation, but few used them regularly. This pattern of use was associated with less tobacco abstinence at 6 months than among smokers who did not use e-cigarettes. Additional study is needed to determine whether regular use of e-cigarettes aids or hinders smoking cessation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s