La colère monte dans les EHPAD, Agnès Buzyn accuse la presse d’inquiéter les familles

Bonjour

Une anecdote politique et médiatique signifiante, rapportée par l’AFP : Agnès Buzyn visitait vendredi 26 janvier un EHPAD « relativement bien doté » au sein de l’hôpital gérontologique de Chevreuse (Yvelines). Et soudain la ministre des Solidarités et de la Santé de s’élever contre « Ehpad bashing » : « « Les familles sont inquiètes, je veux les rassurer, il y a une forme d’Ehpad bashing dans la presse, qui pointe des dysfonctionnements ». « Je ne veux pas les nier, ce sont des réalités, mais ce ne sont pas non plus des généralités » a-t-elle cru pouvoir ajouter.

Combien la ministre, ancienne hospitalo-universitaire, a-t-elle visité de ces « Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes » pour être aussi certaine de son fait ?  Que lui a-t-on rapporté, au juste, sur le sujet ? Et comment, journalistes ou pas, les familles pourraient-elles ne pas s’inquiéter ?

La ministre peut d’ailleurs elle aussi être inquiète. Et tout laisse penser qu’elle l’est. Mardi 30 janvier, les personnels des EHPAD  sont appelés à la grève par sept syndicats (CGT, CFDT, FO, UNSA, CFTC, CFE-CGC et SUD) – et ce avec le soutien de l’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA). Des débrayages dans les établissements et des rassemblements sont prévus dans toute la France, dont un devant le ministère de la santé, à Paris. Pour l’heure il n’est pas prévu que les représentants syndicaux y soient reçus, précise Le Monde qui fait sa Une sur le sujet.

Inadmissible

« Il est inadmissible de ne pas prendre en compte la souffrance au quotidien que subissent professionnel, et par là même personnes âgées et familles » commentent les organisations syndicales dans un communiqué publié dimanche 28  janvier et repris avec énergie par SUD. « Nous devons effectuer douze à quinze toilettes par matinée, a témoigné Sandrine Ossart, aide-soignante dans un Ehpad de Nantes et militante CGT, le premier syndicat du secteur lors d’une conférence de presse. Pour le lever, l’habillage et la mise au fauteuil, nous avons dix minutes. A l’école, il nous en fallait quarante.  On sert les aliments mixés parce que ça va plus vite. Les résidents ne sortent plus. Ils font leurs besoins dans leurs protections parce qu’on n’a pas le temps de les accompagner aux toilettes. »

Libé a précédé Le Monde avec, à sa Une : « EHPAD : qui va s’occuper des parents ? ». Et un éditorial :

« Non, la vieillesse n’est pas forcément un naufrage. Tout dépend de la façon dont elle est gérée et surtout accompagnée. Dans une société dite développée, où les moyens ne manquent pas, l’accompagnement des personnes âgées devrait être un impératif non négociable. Une règle de vie. A lire les témoignages publiés dans ces pages, la France n’assume pas le minimum acceptable. Personnel insuffisant et épuisé, structures parfois inadaptées, familles culpabilisées… tout est réuni pour faire imploser le système. Et le vieillissement de la population n’arrange rien à l’affaire.

« Soleil vert » de Richard Fleischer

« C’est d’ailleurs le comble de l’incohérence : on vit dans une société qui ne cesse de repousser la mort, tant mieux ou tant pis, mais qui ne fait rien pour adoucir les dernières années. Ce n’est pas un hasard si l’expression «maison de retraite» a été remplacée par l’acronyme «Ehpad», aussi froid et impersonnel qu’une porte de prison ou un décor du film Soleil vert de Richard Fleischer qui, en 1973, anticipait une société (2022, on n’est pas loin) où les vieux finiraient dans des antichambres de la mort.

Symboliquement, il est d’ailleurs troublant que le personnel des Ehpad se mette en grève au même moment, ou presque, que le personnel pénitentiaire. Même si les contraintes diffèrent, il s’agit dans les deux cas de gérer des lieux où la liberté est entravée. Un travail difficile, plombant, stressant, qui nécessite, pour être vécu correctement, de pouvoir aspirer à intervalles réguliers de grandes goulées d’air libre. Et donc des moyens suffisants. Mais l’idéal reste de finir ses jours chez soi, dans son environnement familier. C’est dans l’aide à domicile qu’il faut aussi mettre des moyens. Les Italiens l’ont compris, eux qui font massivement appel aux immigrés pour prendre soin des plus âgés. Voilà au moins une raison de pousser nos sociétés vieillissantes à se montrer plus accueillantes qu’elles ne le sont aujourd’hui. »

Et Libé, comme Le Monde et divers titres de la presse régionale de multiplier des témoignages de l’insoutenable au quotidien. Cela avait déjà été le cas en novembre 2016 avec des symptômes remarquablement rapportés par La Nouvelle République du Centre Ouest (Mariella Esvant) :  « En Touraine, les Ehpad au bord de la rupture ». Ou en  février 2013 : « L’urine par terre et le reste au mur, façon Lascaux … ».

Usine d’abattage

EHPAD-bashing quand Libé rapporte des témoignages poignants ? Comme celui de cette infirmière :

«Je bâcle. Je bâcle et agis comme un robot en omettant volontairement les transmissions de mes collègues que je considère comme les moins prioritaires pour aller à l’essentiel auprès des 99 vies dont j’ai la responsabilité. J’adore le soin, la relation de confiance avec mes patients, mais je ne travaille pas dans un lieu de vie médicalisé. Je suis dans une usine d’abattage qui broie l’humanité des vies qu’elle abrite, en pyjama ou en blouse blanche.» 

EHPAD-bashing quand la presse de gauche cite le «baromètre de l’absentéisme» ? Un baromètre réalisé par le cabinet de conseil Alma CG et qui précise qu’il atteint dans ces établissements un taux «1,3 fois plus important que la moyenne constatée dans le secteur de la santé» ? Avec un indice de fréquence des accidents du travail «deux fois supérieur à la moyenne nationale toutes activités confondues, supérieur même au monde du bâtiment et des travaux publics». Sans parler des fins de vie, de la mort et des agressivités périphériques.

Agnès Buzyn ? Percevant la fronde elle a obtenu, à l’arraché, de débloquer 50 millions d’euros supplémentaires. «En plus des 100 millions inscrits au budget 2018 de la Sécurité sociale, nous ajoutons 50 millions d’euros qui vont être donnés aux agences régionales de santé pour qu’elles puissent accompagner au cas par cas, en fonction des difficultés, les EHPAD qui souffrent aujourd’hui d’un manque de moyens», a-t-elle claironné sur les ondes. Pour les syndicats : des broutilles. Des syndicats qu’elle ne recevra pas.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s