Ségolène Royal désavouée : les dauphins français sont autorisés à procréer en captivité

Bonjour

La vie comme elle va, dans l’océan, place du Palais-Royal et dans les médias. Avec cette petite merveille procréatrice du Conseil d’Etat : « Reproduction des dauphins en captivité ». Les exploitants de parcs aquatiques viennent de remporter une bataille juridique, résume l’AFP. La plus haute juridiction administrative française a annulé, lundi 29 janvier, un arrêté interministériel interdisant la reproduction des Tursiops truncatus (« grands dauphins ») en captivité.

Cet arrêté daté du 3 mai 2017 avait été pris par la ministre de l’Environnement de François Hollande : Ségolène Royal. Il interdisait la reproduction des dauphins et des orques en captivité dans les delphinariums français. Ce texte était notamment demandé par certaines associations de défense des animaux. Un recours avait alors été déposé par les trois établissements du pays : le Marineland d’Antibes (Alpes-Maritimes), le Parc Astérix (Oise) et Planète sauvage (Loire-Atlantique), pour qui l’arrêté signifiait à terme la fermeture des delphinariums.

L’ambassadrice des deux pôles

L’affaire avait fait grand bruit sur terre est dans les eaux. Les associations « Alliance of Marine Mammal Parks » et « European Association for Aquatic Mammals » étaient intervenues au soutien de ce recours, tandis que les associations « One Voice », « Sea Sheperd », « C’est assez ! », « Réseau Cétacés », l’association pour la protection des animaux sauvages et la fondation droit animal, éthique et sciences intervenaient pour demander le maintien de l’arrêté attaqué.

Aujourd’hui l’affaire est close. Dans sa décision, le Conseil d’Etat a estimé que l’arrêté présenté par Mme Royal « a été pris au terme d’une procédure irrégulière ». Il rappelle ainsi que cet arrêté avait été pris après consultation de plusieurs organismes, mais qu’il avait aussi subi des modifications après ces consultations. Le texte prévoyait initialement un « contrôle étroit de la reproduction des dauphins » – avant d’être modifié au dernier moment en faveur d’une interdiction totale. Et ce alors qu’au vu du risque de fermeture des parcs aquatiques une vaste consultation aurait été nécessaire. La plus haute juridiction administrative a ainsi estimé que les organismes qui avaient donné leur avis sur la précédente version de l’arrêté auraient dû être recontactés.

Ségolène Royal s’intéresse-t-elle encore aux dauphins des deux sexes et à leur bien-être ? C’est fort possible : elle a été nommée par Emmanuel Macron ambassadrice chargée de la négociation internationale pour les deux pôles du globe terrestre.

A demain

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s