Néo-journalisme, gauchisme et burn out : hémorragie de soutien au nouveau Média citoyen

Bonjour

Retour sur LeMedia un tout nouveau site d’information politique très proche de La France insoumise – et donc accusé d’être inféodé à Jean-Luc Mélenchon. Un site déjà dans les turbulences après  la publication par le site spécialisé Electron libre, samedi 24 février, d’un mail d’Aude Rossigneux, annonçant son éviction du poste de rédactrice en chef du jeune pure player. Elle brossait alors un portrait au vitriol de cette nouvelle « webtélé ».

Moins d’une semaine plus tard rien ne va plus comme nous l’apprend Le Monde (Ariane Chemin): « Une dizaine de soutiens du Média se désolidarisent de la webtélé proche des ‘’insoumis’’». A savoir : l’ancienne ministre de la culture Aurélie Filippetti, proche de Benoît Hamon, l’avocat Antoine Comte, l’écrivain Gérard Mordillat, le médecin urgentiste Patrick Pelloux, les comédien et comédienne François Morel et Judith Chemla, les journalistes Cécile Amar, de L’Obs, et Edouard Perrin, de Cash investigation, les musiciens Giovanni Mirabassi et Médéric Collignon. Sans oublier Noël l’une des « vedettes » de l’antenne qui a fait savoir qu’il n’y remettrait plus jamais les pieds.

 C’est, une nouvelle fois, l’évanouissement d’un doux rêve, la fins de nouvelles illusions quant à l’usage révolutionnaire que l’on pourrait faire d’un média qui serait nouveau avec des outils qui ne le sont pas. Tous les partants avaient, il y a quelques mois, applaudi de la naissance d’un « nouveau média citoyen », à la fois « humaniste et antiraciste, féministe, écologiste et progressiste ». Las, ils se mordent aujourd’hui les doigts d’avoir, avec quelques dizaines d’autres personnalités de la politique et du spectacle, , apposé leur nom en bas du « manifeste » publié dans Le Monde en septembre.

Journalisme fondamentalement alternatif

 L’Eldorado tout proche, alors, était dans ce « pure player » « fondamentalement alternatif par sa gouvernance, son modèle économique et son fonctionnement » – une affaire dirigée par le psychanalyste Gérard Miller et la communicante chargée des campagnes de Jean-Luc Mélenchon, Sophia Chikirou.

Pourquoi cette prise de distance ? Parce que LeMédia  « ne répond plus, à nos yeux, à la promesse initiale ». Parce qu’il y a eu le limogeage d’Aude Rossigneux mais aussi, nous dit Ariane Chemin, à cause des propos tenus à l’antenne, vendredi 23 février, par Claude El Khal, correspondant (Le Monde met des guillemets à ce terme) au Liban de la chaîne sur la guerre de Syrie. Il avait justifié le choix de ne pas diffuser d’images des massacres perpétrés dans la Ghouta orientale, en banlieue de Damas, au motif qu’elles ne seraient pas « vérifiées de manière indépendante » et par refus du « sensationnalisme ».

« Quand l’information et la culture sont trop souvent traitées comme des marchandises, quel rôle les citoyens peuvent-ils encore jouer pour faire vivre le pluralisme et le débat ? Cette question appelle une réponse qui ne saurait attendre » pouvait-on lire dans la tribune de lancement de LeMédia. C’était en septembre dernier. En mars, la réponse n’est toujours pas trouvée.

A demain

Une réflexion sur “Néo-journalisme, gauchisme et burn out : hémorragie de soutien au nouveau Média citoyen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s