Homéopathie : Roselyne Bachelot, ex-ministre de la Santé, a soigné son chien avec succès

Bonjour

Jusqu’où ira-t-elle ? Roselyne Bachelot, pharmacienne et ancienne ministre de la Santé vient de s’exprimer sur l’homéopathie. « Elle a pris une curieuse position sur le sujet » observe Le Quotidien du Médecin. Un euphémisme. C’était peu après la publication dans Le Figaro d’une tribune dénonçant l’incurie de l’Ordre et des pouvoirs publics. Et  lors de l’émission, La République, qu’elle co-anime avec Julien Arnaud sur LCI. (1h 39’ 20 »).

« Moi, j’ai mieux Alexandre Malafaye ! J’ai soigné mon chien à l’homéopathie. Alors là, l’effet placebo est assez limité […] Peut-être qu’avec mes granules il se disait cette femme-là me veut du bien… Parce que ça marchait très très bien !»  », a-t-elle raconté avec cette voix de gorge qui la caractérise. Rires en cascade sur le plateau.

Conflits d’intérêts

Roselyne Bachelot évoquait cette anecdote alors que le Dr Jérémy Descoux, cardiologue, tentait d’expliquer, longuement pourquoi il avait co-signé, avec plusieurs centaines de confrères une tribune s’attaquant à l’homéopathie, à classer selon lui dans les « fake médecines ».

Pour l’animatrice des doutes subsistent sur l’efficacité de cette pratique thérapeutique, ce qui justifierait  qu’elle « fasse l’objet d’études en double aveugle ». C’est oublier un peu vite que l’on ne compte plus les évaluations ont été publiées, sans démonstration sur la pertinence scientifique de ces traitements rétorque le Dr Descoux. Pour l’ancienne ministre (qui n’a pas manqué de tresser des couronnes de laurier à l’industrie française de l’homéopathie) cela « peut être une médecine d’accompagnement quand elle est pratiquée par des médecins ». « Ça met en cause la médecine classique qui, peut-être, ne fait pas assez d’accompagnement des malades », croit aussi savoir celle qui fut, dans l’ancien monde (mai 2007-novembre 2010) ministre française de la Santé.

A demain

2 réflexions sur “Homéopathie : Roselyne Bachelot, ex-ministre de la Santé, a soigné son chien avec succès

  1. Bonjour Jean-Yves, l’argument des animaux est un lieu commun incroyable. Non seulement les animaux sont sensibles aux efects contextuels (dits placebo), et MacMillian a beaucop travaillé dessus ; mais surtout, qui évalue que l’animal va mieux ? L’intéressé, qui sait déjà le résultat attendu, et peut l’intuiter. Degré zéro de l’épistémologie. Ls étudiants que j’ai en L1 sont mieux formés sur le sujet
    A+

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s