L’homéopathie et les « fake médecines » ? Informations de Matignon et de la Santé

Bonjour

L’affaire des médecines » non basées sur les preuves » fait grand bruit au sein de l’exécutif. Après la parution d’une méchante tribune dans Le Figaro le Premier ministre a décidé de prendre lui-même les choses en main. Matignon vient ainsi, fait rarissime, de publier une fiche explicative destinée aux particuliers et rédigée par Matignon a été publiée sur le portail officiel du service public. Objectif : éclairer le grand public sur les différences entre la médecine « conventionnelle » et les médecines dites « alternatives ».

« Ostéopathie, chiropraxie, méditation, hypnose, acupuncture, homéopathie, phytothérapie, réflexologie, naturopathie, aromathérapie, hypnothérapie, sophrologie, jeûne… Que faut-il comprendre derrière ces termes ? Quelles différences avec la médecine conventionnelle ? »

La médecine conventionnelle ? « Elle est enseignée dans les facultés de médecine pour obtenir le diplôme et le titre de médecin, les études de médecine conduisant à l’obtention de diplômes de niveau national. Cette médecine s’appuie sur des traitements ayant obtenu une validation scientifique soit par des essais cliniques, soit parce que ces traitements bénéficient d’un consensus professionnel fort obtenu après plusieurs années avec l’accord et l’expérience de la majorité des professionnels de la discipline concernée. »

Les pratiques de soins non conventionnelles (PSNC) ? « À l’exception de l’acupuncture, l’enseignement des PSNC ne permet pas la délivrance de diplômes nationaux même si certaines formations font l’objet de diplômes d’université (DU) ou de diplômes interuniversitaires (DIU) placés sous la seule responsabilité des universités qui les délivrent. Et, même dans ce cas-là, ces diplômes complémentaires ne donnent pas droit à eux seuls d’exercer une profession de santé. »

Annihiler

Les PSNC ne s’appuient pas sur des études scientifiques ou cliniques montrant leurs modalités d’action, leurs effets, leur efficacité ou encore leur non dangerosité. Et si certaines de ces pratiques ont effectivement une efficacité sur des symptômes, cette efficacité est insuffisamment ou non démontrée. Par ailleurs, lorsqu’elles sont utilisées pour traiter des maladies graves (cancers par exemple) ou en urgence à la place des traitements conventionnels reconnus, elles peuvent annihiler les chances d’amélioration ou de guérison des personnes malades.

Pour en savoir plus sur les liens entre politique et homéopathie on peut se rapporter au document suivant : « Les médicaments homéopathiques » élaboré par le ministère chargé de la santé. On y lit ceci :

« Quel remboursement pour les médicaments homéopathiques ?

« Les médicaments homéopathiques à nom commun (souches à nom commun, formules de prescriptions courantes ou préparations magistrales homéopathiques) peuvent être remboursés par l’Assurance maladie au taux de 30 %. Ces médicaments sont soumis à la franchise médicale au même titre que les autres médicaments remboursables. Cette franchise correspond à une déduction des montants remboursés par l’Assurance Maladie de 0,50 € par boîte de médicament, dans la limite de 50 € par an. »

Rien n’est dit sur les mécanismes de fixation des prix. Rien, non plus, sur l’amélioration du service médical rendu.

A demain

Une réflexion sur “L’homéopathie et les « fake médecines » ? Informations de Matignon et de la Santé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s