Mort de Philippe Boucher. Journaliste atypique, il marqua l’histoire du Monde de 1970 à 1991

Bonjour

Aucun mouchoir. C’est un bien beau papier que signe, dans Le Monde, notre consœur Pascale Robert-Diard. L’exacte mise en abyme que l’homme méritait. Le papier qu’il eût volontiers corrigé avant la descente au marbre. Philippe Boucher ? Un homme complexe, un homme en avance, un homme que nous eûmes la chance de croiser dans les sombres étages illuminants du 5-7 rue des Italiens. Dans l’ombre éclairante de Jean-Pierre Quélin, autre plume acérée d’un Monde alors puissant, en noir et blanc.  Un Monde tourmenté par Philipe Boucher – et réciproquement. Pascale Robert-Diard :

« Voilà un papier dont on ne redoute pas qu’il soit lu et commenté par Philippe Boucher, soulevant là une approximation, ici une virgule superfétatoire, convoquant Racine, Bossuet ou Stendhal comme témoins et rappelant sur le sujet l’intégralité de la jurisprudence de la Cour de cassation ou du Conseil d’Etat, sans oublier de se citer lui-même.

 « L’ancien journaliste et éditorialiste du Monde est mort à Paris, mardi 3 avril, à l’âge de 76 ans. Après avoir été l’une de ses plumes les plus acérées, Philippe Boucher avait quitté le journal en 1991 pour entrer au Conseil d’Etat. Mais pour tous ceux qui, après lui, ont eu à écrire sur la justice dans ces colonnes, il n’en était jamais parti. Il n’y a qu’une façon de tenir une rubrique, c’est de coucher avec’’ disait celui qui fut l’observateur, ou plus justement dit le contrôleur, de l’institution judiciaire pendant plus de vingt ans. »

On songe, ici, au Dr Claudine Escoffier-Lambiotte.

Pascale Robert-Diard : « Après une licence de droit public et un passage par la banque, Philippe Boucher était entré au Monde en 1970. Il avait 31 ans, des cheveux longs – il se flattait d’être le premier à les avoir imposés dans cette rédaction masculine et austère –, une allure de dandy proustien et s’amusait de la gêne que suscitait son homosexualité chez ses confrères. (..) Sous son impulsion, la rubrique justice du journal occupe une place de plus en plus large dans les colonnes. Il y tient aussi le compte méticuleux des suicides en milieu carcéral, se moquant comme d’une guigne du règlement qui, à l’époque, interdisait de les évoquer. »

 Rue des Italiens, siège du Monde, Philippe Boucher est cependant loin (euphémisme) de faire l’unanimité. Pascale Robert-Diard,  trente ans plus tard : « On s’inquiète de la fascination de plus en plus grande qu’il exerce sur le directeur, Jacques Fauvet, auquel il fait découvrir dîners mondains et nuits parisiennes et qu’il encourage dans un face-à-face tendu avec le giscardisme finissant. On lui prête même l’ambition, mollement démentie, de lui succéder à la tête du journal ».

Un Monde en noir et blanc qui ose monter en Une un ensemble de cinq papiers non signés, consacrés à l’affaire des diamants de Bokassa révélée par Le Canard enchaîné. Le temps, déjà, commence à passer. Jacques Fauvet doit partir, remplacé par André Laurens, puis André Fontaine. « L’étoile de Boucher décline, écrit Robert-Diard. Il rejoint chaque jour le petit cagibi du deuxième étage qui lui tient désormais lieu de bureau et songe à présenter sa démission, qu’André Fontaine retient en lui proposant une chronique. Chaque semaine, pendant cinq ans, du 29 juin 1985 au 14 juin 1991, Philippe Boucher livre son ‘’ Journal d’un amateur’’. »

Puis l’homme rejoindra le Conseil d’Etat – sur nomination de François Mitterrand. Nous nous croisâmes, il y a peu, gare Montparnasse. Même écharpe, même regard, même curiosité. ‘’Alors, docteur, vous écrivez sur le Slate de Jean-Marie désormais ? Parfait. Continuez ! ‘’»

A demain

 

Une réflexion sur “Mort de Philippe Boucher. Journaliste atypique, il marqua l’histoire du Monde de 1970 à 1991

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s