Affaire Vincent Lambert : soixante dix soignants demandent, d’urgence, son transfert

Bonjour

Nouvelle séquence tragique dans l’affaire Vincent Lambert. Alors que le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne doit rendre une décision ce jeudi 19 avril 2018, soixante dix soignants spécialisés 1 publient une tribune dans Le Figaro pour dénoncer une « euthanasie qui ne dit pas son nom ». Ils demandent, surtout, que Vincent Lambert soit transféré dans une unité spécialisée. Une demande qui, pour d’obscures raisons n’a jusqu’ici jamais pu aboutir. Extraits :

« Nous, médecins et professionnels spécialisés dans la prise en charge de personnes cérébro-lésées en état végétatif ou pauci-relationnel (EVC-EPR), tenons à exprimer, en notre âme et conscience, notre incompréhension et notre extrême inquiétude au sujet de la décision d’arrêt de nutrition et hydratation artificielles concernant M. Vincent Lambert. Un tissu d’incertitudes et d’hypothèses, ainsi que des jugements contradictoires concernant le niveau de conscience, les capacités de relation et de déglutition, le pronostic, fondent une sanction dramatique, incompréhensible. Certains d’entre nous ont une expérience de trente à quarante ans de soins et de réflexion autour de ces personnes. La circulaire du 3 mai 2002, qui a marqué une étape essentielle pour l’organisation et la qualité de la prise en charge des personnes EVC-EPR, constitue une référence toujours d’actualité. (…)

 S’il nous est impossible de nous prononcer sur son niveau exact de conscience et ses capacités relationnelles, en revanche M. Vincent Lambert nous apparaît semblable aux patients relevant de nos unités EVC-EPR, de ceux qui n’ont même pas de trachéotomie. Il est manifeste qu’il n’est pas en fin de vie.

 Sa survie dans les conditions et le contexte qui l’entourent – déchirement familial, procédures juridiques interminables, déchaînement médiatique, absence de projet de vie avec abandon de toute rééducation ou sortie ou mise au fauteuil, isolement sensoriel et relationnel dans sa chambre où il est enfermé à clé depuis quatre ans… – témoigne même, à nos yeux, de sa pulsion tenace de vie. (…) »

 Sur ces bases, les auteurs de cette tribune

1.- « Dénoncent les conditions de vie imposées à M. Vincent Lambert: alitement permanent, absence de mise en fauteuil adapté, absence de sortie, enfermement à clé dans sa chambre, absence de prise en charge rééducative d’entretien, absence de rééducation de la déglutition, limitation des visites, toutes mesures s’opposant au maintien d’une vie sociale et affective, primordiale pour ces personnes. Ces conditions, aussi incompréhensibles qu’inadmissibles, s’apparentent à une incarcération prolongée, indigne de son état, de sa personne, de ses proches. Elles nous apparaissent contraires à toute éthique et déontologie médicales. »

2.– « N’arrivent pas à comprendre qu’à aucun moment de cette terrible histoire l’avis d’une équipe expérimentée n’ait été sollicité devant une décision aussi grave. Grave car n’ayant pas d’autre finalité que de provoquer la mort d’un homme qui n’est pas en fin de vie et dont l’état de handicap paraît stabilisé, même sous couvert d’une procédure collégiale. Ni l’équipe médicale en charge de M. Vincent Lambert, au début de cette situation, ni quelque instance de Justice que ce soit, pour aussi nombreuses qu’elles aient été sollicitées, n’ont fait une telle proposition pourtant de bon sens et usuelle entre collègues. »

3.– « Formulent le vœu que M. Vincent Lambert, qui n’est pas en fin de vie, bénéficie d’une prise en charge conforme à l’esprit de la circulaire du 3 mai 2002. Pour cela, il doit être transféré dans une unité dédiée aux patients EVC-EPR dynamique, proposant un projet de vie de qualité incluant ses proches. »

A Châlons – en-Champagne, les juges du tribunal administratif lisent-ils Le Figaro ?

A demain

1 Hélène Alessandri, psychologue ; Luce Bardagi, médecin ; Djamel Ben Smail, PUPH ; Cécile Bernier, ergothérapeute ; Anne Boissel, maître de conférences ; Marie-Hélène Boucand, médecin ; Patricia Bourgogne, médecin ; Joseph Bou Lahdou, médecin ; Françoise Canny-Vernier, médecin ; Hélène Carriere-Piquard, médecin ; Mathilde Chevignard, praticien ; Emmanuel Chevrillon, médecin ; Pauline Coignard, médecin ; Florence Colle, médecin ; Floriane Cornu, kinésithérapeute ; Hélène Curalluci, médecin ; François Danze, neurologue ; Danielle Darriet, neurologue ; Xavier Debelleix, médecin ; Jacques Delecluse, médecin ; Monique Delwaulle, encadrante ; Philippe Denormandie, chirurgien ; Jean-Pascal Devailly, médecin ; Xavier Ducrocq, neurologue ; Marc Dutkiewicz, neuro-psychanalyste ; Nadine Ellahi, secrétaire médicale ; Michel Enjalbert, médecin ; Alain Faye, chirurgien ; Catherine Fischer, neurologue ; Louis Fromange, médecin ; Jean-Yves Gabet, neurologue ; Laure Gatin, chirurgien ; Christine Greselin, aide-soignante ; Lysiane Hatchikian, psychologue ; Alain Hirschauer, chef de service ; Marie-Hélène Jean, orthophoniste ; Bernard Jeanblanc, médecin ; Catherine Kiefer, médecin ; Isabelle Laffont, PUPH ; Françoise Lagabrielle, psychiatre ; Hervé Lautraite, médecin ; Sonia Lavanant, médecin ; Bernard Lange, neurologue ; Jean-Luc Le Guiet, médecin ; Marc Lestienne, médecin ; Emma Lozay, ergothérapeute ; Pascale Lublin-Morel, médecin ; Marie-Paule Mansour, infirmière ; Jérôme Martin-Moussier, médecin ; Daniel Mellier, professeur émérite ; Samir Mesbahy, docteur ; Sabrina Monet, aide-soignante ; Dominique Norblin, cadre de rééducation ; Dominique Papelard, médecin ; Frédéric Pellas, médecin ; Philippe Petit, médecin ; David Plantier, médecin ; Bruno Pollez, médecin ; Bénédicte Pontier, médecin ; Perrine Quentin, médecin ; Chantal Regnier, gériatre ; Edwige Richer, neurologue ; Dalila Solal, médecin ; Brigitte Soudrie, praticien hospitalier ; Hélène Staquet, neurochirurgien ; François Tasseau, médecin ; Jean-Luc Truelle, professeur ; Hélène Turpin, orthophoniste ; Hervé Vespignani, neurologue ; Yves-André Vimont, médecin ; Jean-Bernard Witas, médecin.

 

4 réflexions sur “Affaire Vincent Lambert : soixante dix soignants demandent, d’urgence, son transfert

  1. Surpenante prise de position tardive de 70 professionnels de santé pour une prise en charge en « urgence » et le transfert de Vincent Lambert dans une unité spécialisée!
    Comme si rien ne s’était passé depuis des années au plan médico-juridique pour évaluer son état de conscience et son handicap. Pour quel espoir de réinsertion et quelle qualité de vie au final; ou plutôt devrais je dire, le priver d’une qualité de fin de vie qu’il souhaitait lui-même.

  2. Depuis la suppression de la
    peine de mort les pires des criminels ne sont pas exécutés. Ce qui pourrait se concevoir comme punition extrême et comme protection pour la société
    car en tant que psychologue je ne crois pas que la plupart de ces criminels puissent changer et reprendre une vie normale. Ou alors de manière exceptionnelle comme ces grands accidentés de la route qui deviennent handicapés. Les uns et les autres ont un coût pour la société mais pourquoi l accepter pour le criminel et pas pour l handicapé? Pourquoi laisser une petite chance au premier et pas au second? Et utiliser l argument de la qualité de vie n est pas sérieux pour
    Vîncent Lambert car je pense qu en prison ce n est pas formidable non plus. Et pourtant…Cette euthanasie de plus n e respecte pas rigoureusement la loi. Elle n est pas adaptée au cas de Vincent à bien des égards. C est un pur scandale. Un crime sociétal

    • Les mots et l’émotion dépassent votre pensée;Vincent n’est ni criminel ni responsable de l’état dans lequel il se trouve aujourd’hui:un état végétatif dont il est la victime.
      Il a dépassé le stade de la souffrance physique et morale mais peut-être a t il aussi le droit au respect de ses dernières volontés,du temps où il était conscient et pouvait décider de ses actes.Un scandale? Certainement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s