Linky® et big data : des chaînes humaines contre un compteur électrique qui communique

Bonjour

5 mai 2018. La chaleur envahit la France. A Paris des dizaines de milliers de personnes réunies pour la « fête à Macron ». Un président de la République et, en même temps, « des riches » qui célébrera demain sa première année d’exercice du pouvoir suprême. Des cheminots affolés du futur qu’on leur promet : grève « perlée ». Des soignants hospitalier usés, ne sachant plus quels saints prier – qu’ils croient au ciel ou qu’ils n’y croient pas. Un pays fracturé qui peine à célébrer – via ses médias – le cinquantenaire d’un mouvement autoproclamé révolutionnaire.

Est-ce là un terreau rêvé pour l’émergence de l’étrange ?

Téléportons-nous, dans le charmant petit village d’Autrans, département de l’Isère, massif du Vercors, ancienne province du Dauphiné. Le bourg, situé dans une grande clairière, et l’ensemble de ses hameaux occupent le val de Méaudre, drainé par un affluent de la Bourne, le Méaudret. Le territoire de la commune est encadré par de nombreuses montagnes de moyenne altitude dont les sommets ne dépassent pas 1 800 m, la Sure, le bec d’Orient, le sommet de Plénouze, la Molière.

« Gilets fluo »

Ce n’est pas tout : du fait de sa situation sur un sol de nature karstique, Autrans dispose d’un important réseau hydrographique souterrain. Est-ce là l’explication du phénomène rapporté par l’AFP ?

« Vêtues de gilets fluo, quelque trois cents personnes de tous âges ont formé, samedi 5 mai, une chaîne humaine samedi pour protester contre les compteurs communicants Linky®. Sous un soleil radieux, les membres de collectifs anti-Linky, venus en famille de la région Auvergne-Rhône-Alpes, ont défilé dans une ambiance festive dans les rues et les champs de ce village du massif du Vercors. « Enedis, touche pas à mon compteur », proclamait une grande banderole, tandis que les pancartes dénonçant le compteur communicant fleurissaient parmi les marcheurs. »

La révolte gronde et, désormais une épidémie pointe. Le 26 avril, un collectif d’opposants au compteur Linky® a annoncé à Bordeaux avoir saisi en référé une vingtaine de tribunaux de grande instance en France pour demander de « surseoir à l’installation » de ces appareils.

Surseoir ? C’est, très précisément ce qui ne peut être entendu en haut lieu. Enedis, le gestionnaire du réseau de distribution d’électricité en France s’est fixé un objectif : avoir installé, en France, 34 millions de ces compteurs communicants à la fin de 2021. Au rythme de dix mille par jour…

 Pour les opposants le complot est là, la cause entendue : « L’Etat connecte nos foyers à des systèmes communicants centralisés et remplace toute intervention humaine par le pilotage automatique et le big data ». Ce qui n’est pas faux et qui n’est pas pour rassurer. Mais que fera-t-on demain, à Autrans, sans la vieille fée Electricité ?

A demain

 

Une réflexion sur “Linky® et big data : des chaînes humaines contre un compteur électrique qui communique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s