Trop mystérieux Henri Joyeux : l’Ordre des médecins va-t-il se décider à le radier ?

Bonjour

« C’est tout sourire que le Pr Henri Joyeux s’est présenté ce 24 mai au siège national de l’Ordre des médecins, dans le 17arrondissement de Paris, où l’attendait un petit comité de soutien » rapporte Le Quotidien du Médecin (Coline Garré). Un Pr Henri Joyeux dont Le Monde brossait, il y a quelques jours, un portrait que l’on peut tenir pour inquiétant. Un médecin amplement controversé au même titre que le Pr Luc Montagnier 1 avec lequel il vient de signer une peu banale lettre ouverte à Emannuel Macron.

Rappel : Henri Joyeux comparaît devant la chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des médecins – elle doit, en appel, décider si ce médecin a bel et bien manqué à sa déontologie après la radiation prononcée le 8 juillet 2016 en première instance, par la chambre disciplinaire du Languedoc-Roussillon. Le Pr Joyeux – ainsi, phénomène remarquable, que le conseil départemental de l’Hérault –  avaient fait appel de cette radiation. « Cette décision de radiation vient directement du ministère de la Santé et du Conseil de l’Ordre national qui cherche à me faire taire mais ils n’y arriveront pas, avait alors déclaré le radié sur RTL. Il est évident que je vais faire appel et l’appel est suspensif. Je continuerai à consulter, à conseiller. »

« Ce sont deux pétitions lancées par le chirurgien cancérologue qui sont à l’origine de la plaine de l’Ordre » rappelle Le Quotidien du Médecin.  Pétitions chapeautées par « l’Institut pour la protection de la santé naturelle » . La première (septembre 2014) s’oppose à « la vaccination massive des enfants contre les papillomavirus » et aux recommandations du Haut Conseil de la Santé publique en faveur d’un abaissement de l’âge de la vaccination de 11 ans à 9 ans. Le seconde (mai 2015), réclame à la ministre de la Santé la disponibilité du vaccin DTP sans autre valence et fait valoir  que « les Français sont piégés par la loi et les laboratoires ».

Chantre de la prudence

Pour l’Ordre, aucune hésitation : ce médecin manque à plusieurs articles du code de déontologie et de santé publique, notamment le R 4127-12 qui veut que « le médecin apporte son concours à l’action entreprise par les autorités compétentes en vue de la protection de la santé et de l’éducation sanitaire », et le R 4127-13, qui exige que « le médecin qui participe à une action d’information du public (…) doit ne faire état que de données confirmées, faire preuve de prudence et avoir le souci des répercussions de ses propos auprès du public. »

Le Pr Joyeux avait comparu devant la chambre de première instance sans avocat, désinvolte, se souvient Le Quotidien. Cette fois-ci, Me Jean-François Jésus a défendu son client quarante-cinq minutes, en cherchant à démontrer qu’il n’était pas un anti-vaccin, fâcheuse étiquette dont il serait la victime. Me Jésus a in fine appelé l’instance disciplinaire à juger en toute indépendance et à blanchir le Pr Joyeux ; et fait part de son souhait de voir plusieurs médecins, dont le Dr Bouet président du conseil national de l’Ordre, lui présenter ses excuses. »

Et Le Quotidien de nous apprendre que le Pr Joyeux a tenté, dans un discours policé (très loin des références assumées à Andrew Wakefield en compagnie du Pr Luc Montagnier)  de se démarquer de son « personnage médiatique » pour asseoir sa « légitimité scientifique ». « Tout en assurant ne pas ‘’avoir à se mettre à genoux devant des décisions’’ qui ne lui semblent pas justes le Pr Joyeux s’est fait le chantre de la prudence et de l’humilité, écrit Coline Garré. Non, il n’est pas ce médecin rétrograde anti-pilule et anti-IVG qu’a dépeint Marisol Touraine. Mais il est de son devoir d’universitaire de porter un regard critique. »

« J’ai dédié ma vie à la médecine, a-t-il conclu. J’ai prêté serment en 1972 et y resterai fidèle jusqu’à mon dernier souffle. » La chambre disciplinaire de l’Ordre dira, dans trois à six semaines, si ce médecin doit, quarante-six ans plus tard, être rayé de ses listes. Au nom de la déontologie et de la santé publique.

A demain

1 A lire, dans le dernier numéro du Point (24 mai 2018) « Mais qu’arrive-t-il au Pr Montagnier ? » de Thomas Mahler et Violaine de Montclos. Nous reviendrons sous peu sur ce dossier.

 

8 réflexions sur “Trop mystérieux Henri Joyeux : l’Ordre des médecins va-t-il se décider à le radier ?

  1. Il y des données scientifiques sérieuses sur la vaccination des enfants de 9 ans contre le papilloma ? J’aimerais bien un lien.

    Pourquoi une procédure accéléré pour son AMM ? Nous vivons une dictature du mensonge.

    hervé_02

    • La controverse au sujet médical est un peu étrange, soit les études montrent que c’est vraiment efficace, soit elle ne le montre pas. Si elles ne le montre pas, ce n’est pas efficace, et donc inutile.

      • il y a une différence entre efficacité et politique de santé publique. Ce n’est pas parce que c’est efficace (dans ce cas, on ne sait pas car on ne regarde que des critères secondaires de possible survenu vs mortalité) que l’on doit décider de l’employer.
        Par exemple enlever les seins de toutes les femmes est hyper efficace dans la lutte du cancer du sein, pourtant aucun pays n’a envisagé de recourir à cette technique pour gagner la bataille.
        Ce que l’on sait c’est que si ce n’est pas efficace il ne faut pas le faire.Et je cherche toujours une étude sérieuse bénéfice/risque sur l’efficacité du vaccin HPV.

        Le fond du procès cahuzac est de l’argent gagné pour faire du lobbying pour des AMM. WTF. Soit le médicament est efficace et pas besoin de lobbying ou il ne l’est pas et pas d’AMM. A moins que son rôle est de faire accepter des médicaments qui ne sont pas efficaces. Mais si c’est possible, quels médicaments sont efficaces ?

        On fait un procès à joyeux et un curée contre les anti-vaccinalistes, alors qu’il suffirait de montrer les études qui prouvent le bénéfice risque et la polémique s’éteindrait tout de suite. Par exemple pour l’alu, quelles études montrent l’innocuité ? Il suffit de montrer une étude solide, randomisée en double aveugle et poufff plus de polémique.

  2. La question n’est pas une étude sur l’innocuité de l’alu, mais sur le rapport bénéfice risque de tel ou tel vaccin.

  3. Dans le rapport bénéfice-risque, il y a risque. Ainsi savoir si l’alu est dangereux ou pas fait parti du risque. l’occulter est malhonnête. Comme il est malhonnête de décider que le bénéfice est tel qu’il importe peu de se poser la question du risque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s