Guingamp (Côtes d’Armor) : pourquoi cette cité devrait-elle faire le deuil de sa maternité ?

Bonjour

Couperet politique programmé. Après Châteaudun, Guingamp. Dans les deux cas, fin annoncée des accouchements. Plus de 2 000 personnes se sont rassemblées samedi 26 mai dans la cité bretonne des Côtes-d’Armor. Mouvement soudé contre la fermeture de la maternité prévue en janvier 2019 par l’Agence régionale de la santé (ARS), a indiqué la gendarmerie – information illustrée par Ouest-France et relayée par l’AFP. Une vingtaine d’élus ont rejoint le cortège dont Noël Le Graët, 76 ans, ancien maire de Guingamp et aujourd’hui président de la Fédération française de football. »

L’ARS de Bretagne vient d’annoncer la fermeture de la maternité à compter du 31 janvier 2019 – avec la « mise en place d’une filière périnatale au CH de Guingamp ». Pourquoi ? A cause « du manque de renforts médicaux notamment sur ‘’certaines professions médicales telles que la pédiatrie et l’anesthésie’’. « Ces difficultés fragilisent la prise en charge et la capacité de l’établissement à assurer dans l’avenir la sécurité des futures mamans et des nouveau-nés 24 heures sur 24 », indique l’ARS dans son communiqué.

Formules en bois

« Début mai, les Guingampais avaient déjà défilé pour leur maternité, rappelle Le Télégramme. Une manifestation de personnels de santé, d’habitants, d’élus qui redoutaient la fermeture de leur maternité. Malgré cela, cette semaine, le couperet est tombé : l’Agence Régionale de Santé a annoncé la fermeture du service pour la fin janvier 2019 au motif qu’il manque de renforts médicaux sur certaines professions telles que pédiatrie et anesthésie. Un argument qui ne passe pas à Guingamp. « Les élus ont fait un recours pour que le tribunal annule la décision, parce qu’elle est injuste et non fondée, explique Morgane Jaouannet, sage-femme au CH de Guingamp. Et je pense qu’on aura gain de cause, il ne faut pas lâcher l’affaire ! » « Aujourd’hui, on n’accepte cette décision ! explique Philippe Le Goff, maire de Guingamp. Lorsqu’on sait qu’une maternité comme celle de Guingamp fait 500 accouchements par an, on a besoin de ce service à Guingamp. » « Notre attente est que les conseillers régionaux s’opposent à ce plan régional de santé, renchérit Cinderella Bernard, conseillère départementale. C’est primordial pour que l’ARS revienne sur sa décision. »

Fatalité ? Une enquête publiée par Le Monde en février dernier  soulignait que deux tiers des maternités avaient fermé en France en quarante ans, passant de plus de 1 700 en 1972 à près de 500 actuellement. Certes. Mais il s’agissait de fermetures de très petites maternités. Aujourd’hui il s’agit de « manque de renforts médicaux ». Pourquoi ? Et pourquoi ces formules en bois des ARS, bretonnes ou pas ?

A demain

 

2 réflexions sur “Guingamp (Côtes d’Armor) : pourquoi cette cité devrait-elle faire le deuil de sa maternité ?

  1. Faisons l’avocat du diable ….

    Je ne sais pas si l’adage souvent vérifié
    « le mieux est ‘ennemi du bien »
    a fait son chemin jusqu’aux ARS et ministères concernés.

    C’est comme la « Law of unintended consequences » qu’on devrait peut-être appeler péché de courte vue.

    Avez-vous tout bien prévu ?
    Je ne doute pas que l’on comprenne bien qu’un véhicule de secours faisant un long trajet pour conduire une parturiente à la maternité homologuée (où peut-être elle n’arrivera plus enceinte , ayant accouché dans un camion de pompiers non homologué) ce véhicule de secours sera indisponible pour d’autres interventions. Il est surement prévu une ligne de garde de pompiers ou smur et n véhicules pour y remédier.

    A rapprocher d’une pétition concernant les recommandations 2018 sur la prise en charge du choc septique (remplacer dans l’adresse URL ci-dessous le . par un t)

    ht.ps://emcrit.org/pulmcrit/ssc-petition/
    ht.ps://www.thepetitionsite.com/fr-fr/772/830/097/surviving-sepsis-campaign-sccm-esicm/
    On y lit entre autres:

    The 2018 SSC update is actually worse than prior guidelines, requiring the initiation of antibiotics and 30 cc/kg fluid bolus within merely sixty minutes of emergency department triage (16). These recommendations are arbitrary and dangerous. They will likely cause hasty management decisions, inappropriate fluid administration, and indiscriminate use of broad-spectrum antibiotics. We have been down this path before with other guidelines that required antibiotics for pneumonia within four hours, a recommendation that harmed patients and was eventually withdrawn (17).

    No consideration has been made for the downstream effects these guidelines will have on OTHER non-septic patients being cared for simultaneously.

    Le rond de cuir qui n’écoute pas le praticien de terrain est tel celui qui regarde le doigt lorsque le sage montre la lune (proverbe chinois un brin apocryphe)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s