Homéopathique :  mais pourquoi diable Mme Buzyn alimente-t-elle ainsi la polémique ?

Bonjour

Personnalités étranges les politiques peuvent, parfois, souhaiter ne jamais en finir avec une polémique à forte valence médiatique. Agnès Buzyn s’y emploie aujourd’hui à merveille avec l’homéopathie. Un sujet vieux de deux siècles qui, grâce à elle, ne quitte plus le devant de la scène des ondes – l’un des symptômes de la société politique du spectacle.

Retour sur les derniers épisodes.

 Acte I (12 avril) :  « Homéopathie : un banal « placebo » qui restera remboursé par la collectivité (Agnès Buzyn) ». Invitée le jeudi 12 avril 2018 de la matinale RMC/BFM TV, Agnès Buzyn fait le point sur plusieurs chantiers sensibles – dont l’homéopathie. Jean-Jacques Bourdin interroge la ministre des Solidarités et de la Santé sur la question de sa prise en charge par la collectivité. Une affaire financière autant que symbolique quant à la place du rationnel thérapeutique dans notre communauté.

Toile de fond : une tribune publiée par Le Figaro le 19 mars dans laquelle des médecins s’en étaient pris avec virulence à l’homéopathie. D’autres praticiens, plus que favorables à cette pratique, ont répliqué en portant plainte devant l’Ordre des médecins contre leurs confrères signataires.

Continuer à rembourser ou pas ? L’homéopathie continuera à être remboursée a, en souriant, assuré Agnès Buzyn. Et ce même si c’est « probablement un effet placebo » (sic).  « Les Français y sont attachés, si cela peut éviter le recours à des médicaments toxiques (re-sic), je pense nous y gagnons collectivement …. ça ne fait pas de mal ! ».

Acte II (13 avril). « Homéopathie : Agnès Buzyn a créé l’événement avec #demandetonremboursement »

L’information de poids distillée en quelques secondes la veille ruisselle en cascade, grossit les rivières, suscite au choix l’ire ou l’hilarité. Avec cette question : une bourde à coup sûr, mais une bourde volontaire ou pas ? Embrasement sur les réseaux sociaux. Moins sur la question des spécialités homéopathiques (« cette eau diluée dans le l’eau » disent les rationalistes) que sur les prolongements que l’on peut faire à partir de ce raisonnement.

Dans la foulée le hashtag, #demandetonremboursement a été créé dans la foulée par @JeSuisBigPharma, un compte satirique  sur Twitter :

« J’adore ce nouveau jeu. Voici les règles: – Trouve une activité ou un produit qui te fait du bien et qui n’est pas dangereuse. – Explique le à @agnesbuzyn. – Demande comment on procède pour obtenir le remboursement – Ajoute le hashtag #DemandeTonRemboursement »

La lecture en était réjouissante, parfois acidulée, parfois acerbe :

#DemandeTonRemboursement @agnesbuzyn je fais des Pilates chaque semaine afin de rester zen face à mes patients et leur prodiguer la même qualité de soins tt au lg de l’année. ça m’évite aussi d’être violente à votre égard, étant donné le mépris que vs m’opposez. Vous remboursez ? »

parfois florale et politique :

« Chère @agnesbuzyn, j’ai semé des cosmos et des tournesols. Ce n’est pas nocif, ça me fait beaucoup de bien et ce n’est même pas cher. J’en ai eu pour 3€75. J’accepte le remboursement à 35% même si je déplore qu’en Alsace il puisse atteindre 90%. #DemandeTonRemboursement »

Acte III (13 avril). Poursuite de la cascade : « L’homéopathie selon Agnès Buzyn : rires et satires sur #DemandeTonRemboursement »

Acte IV (20 avril) « Agnès Buzyn la scientifique relance la polémique sur les remboursements homéopathiques »

Interrogée le 19 avril Agnès Buzyn, a affirmé sur Europe 1que les médications homéopathiques sont remboursées « comme tous les médicaments qui ont un service médical rendu faible à 15 % ».

« Il y a toute une catégorie de médicaments dont on sait que l’efficacité n’est pas… très…  prouvée. C’est ce qu’on appelle l’effet placebo (rires) En tant que scientifique, je considère que l’homéopathie ne peut pas fonctionner autrement (rires) que par l’effet placebo ! Dans tous les cas, rien n’a été prouvé autrement. Si on doit se poser la question du remboursement, on doit plus généralement se poser la question du remboursement de médicaments très peu efficaces. »

« C’est bien la question que l’on aimerait, en période de maigres vaches, que se pose la ministre des Solidarités et de la Santé. Et c’est précisément la question qu’Agnès Buzyn ne se pose pas, écrivions-nous alors. Pour elle, pour le gouvernement, pour le Premier ministre et le président de la République, ce n’est pas « une priorité ».  

« Ce qu’il faut savoir c’est que ça représente une somme assez réduite pour la Sécurité sociale. C’est quelques dizaines de millions d’euros (sic). Ce n’est pas ça qui va permette de faire des économies importantes par rapport aux enjeux financiers de remboursement des soins. Ce n’est pas une priorité.»

Acte V (28 mai). Tout, brutalement, a changé. « Le statut dérogatoire de l’homéopathie va-t-il disparaître ? s’interroge Le Monde (Pascale Santi)L’homéopathie pourrait rentrer dans le droit commun et être évaluée scientifiquement. Si elle est utile, elle restera remboursée. Si elle est inutile, elle arrêtera de l’être, a indiqué la ministre de la santé, Agnès Buzyn, sur les ondes de France Inter, jeudi 24 mai. Le problème de l’homéopathie est qu’elle n’a jamais été évaluée comme les médicaments. »

Où l’on redécouvre la recette de l’eau chaude, diluée ou pas. Et les incohérences qui lui sont inhérentes, depuis longtemps collectivement assumées. L’homéopathie dispose ainsi d’un statut dérogatoire. L’autorisation sur le marché de ses spécialités ne répond pas au mêmes contraintes  que les médicaments allopathiques. Idem pour leur évaluation par la Haute autorité de santé, qui ne peut se prononcer sur le service médical rendu (SMR) de ces spécialités. « Au ministère de la santé, on indique ne pas avoir de position doctrinaire» assure Le Monde.  Mais de quelle doctrine parle-t-on ?

« Nous remboursons à des taux très faibles des médicaments peu efficaces voire extrêmement peu efficaces. Le débat est ouvert sur l’utilité des médicaments: où met-on l’argent public ? » (Agnès Buzyn, le 24 mai). La question est donc relancée – sans précision sur les échéances et la nature de l’évaluation. Le marché total de l’homéopathie représente environ 620 millions d’euros en 2017, selon les chiffres du Hub d’OpenHealth, qui s’appuie sur les ventes de plus de 10 700 pharmacies en France. De son côté, l’Assurance-maladie dit avoir remboursé 128,5 millions d’euros de médicaments homéopathiques en 2016, soit moins de 1 % du budget médicaments. »  On attend, patiemment, l’acte VI.

A demain

 

 

5 réflexions sur “Homéopathique :  mais pourquoi diable Mme Buzyn alimente-t-elle ainsi la polémique ?

  1. Sur un tube granule à 2 euros 28, 1.02 est un ‘honoraire’ pour le pharmacien, et nous sommes donc remboursé de 30% sur 1 euros 24 ; soit 37 cts – 37 cts sur 2.28. Nous sommes loin des traitements dont l’unité de compte est la dizaine de milliers d’euros par mois.

    Je propose donc que l’on dérembourse l’homéopathie, et comme ce n’est que de l’eau diluée dans l’eau, que cette eau soit vendu en grande surface comme les autres eaux et soit interdite à la vente en pharmacie.

    Et que tout le monde puisse faire un conseil de consommation (gratuit ou payant) sur différents types d’eaux diluées dans de l’eau que l’on nommerai granule homéopathique.

    Je pense que tout le monde sera d’accord sur cette base de réflexion.

    • C’est pas tout de diluer, hips, l’eau dans l’eau ! Il faut de la, hips, succussion !
      Autrement dit secouer l’eau dans l’eau pour la dynamiser.
      Exacerber sa mémoire !

      • ok, disons alors que c’est de l’eau secouée. Cela n’empêche pas de la vendre en grande surface et laisser à l’écart de cette arnaque les pharmacies.

        Nous ne voudrions pas, qu’en laissant les pharmaciens les distribuer, laisser penser que cela à un effet thérapeutique.

        Une fois vendue comme produit de consommation courante en grande surface, les 124 crétins seront satisfaits. Et ceux qui l’utilisent aussi : produits moins chers et suppressions du circuit commercial ceux qui cherchent son déremboursement.

  2. Interrogée le 19 avril Agnès Buzyn, a affirmé sur Europe 1que les médications homéopathiques sont remboursées « comme tous les médicaments qui ont un service médical rendu faible à 15 % ».
    En fait elle est remboursée à 30 %, l’homéopathie, SMR modéré.
    N’importe qui travaillant en pharmacie le sait.
    Si elle a vraiment dit ça, la ministre, elle n’y connait pas grand chose…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s