Enfer et politique : combien de temps les soignants de psychiatrie pourront-ils tenir ?

 

Bonjour

Titre : « La psychiatrie publique est devenue un enfer ». C’est une tribune qui fera date. Elle est publiée dans Le Monde (daté du 13 juin) et signée du Dr Daniel Zagury. On ne présente plus cet expert à toutes celles et ceux qui s’intéressent aux rapports médiatisés entre justice et psychiatrie. Mais c’est une autre voix que porte aujourd’hui ce chef de service dans un hôpital psychiatrique de Seine-Saint-Denis.

Aujourd’hui le Dr Zagury décrit un désastre et nous parle depuis un espace hospitalier qui se transforme en enfer. Une voix qui suit la grève de la faim des soignants de l’hôpital du Rouvray. Une voix qui s’adresse directement à Agnès Buzyn, Emmanuel Macron et cette galaxie réunie sous le nom de « pouvoirs publics ». Une voix, aussi, qui précède une révolte dont nul ne connaît encore les mille et une formes qu’elle pourra prendre. A ce titre cette tribune du Monde est, aussi, un coup de semonce. Extraits :

« Au regard de l’histoire de la psychiatrie française, comme au regard de la force de la vocation de ceux qui choisissent de venir en aide aux plus vulnérables, qui sont souvent les plus démunis, on peut gager que les soignants en psychiatrie ne quitteront pas silencieusement le navire en perdition et qu’ils feront connaître, par tous les moyens, l’état de délabrement honteux du soin en psychiatrie publique.

« L’insatisfaction professionnelle n’est pas le pire. Il faut y ajouter la honte de ce qu’ils sont contraints de faire chaque jour, la culpabilité de tourner le dos au métier qu’ils avaient choisi, la rage de constater la surdité et l’aveuglement des puissances tutélaires qui ne les protègent plus, mais se retournent contre eux, souvent avec cynisme et cruauté. Ils savent que c’est à eux que l’on imputera le moindre incident, alors même qu’ils dénoncent des conditions d’activité globalement dysfonctionnelles (…)

« A force de cracher des injonctions normatives, des guides de bonnes pratiques, des recommandations, des protocoles dont tous les soignants savent qu’ils sont inapplicables, voire parfois franchement ridicules, la bureaucratie s’est interdit à elle-même d’y comprendre quoi que ce soit. (…) Il faut avoir le courage de regarder la vérité en face, comme le contrôleur des lieux de privation de liberté vient de nous le rappeler. Aujourd’hui en France, on abuse outrageusement de l’isolement et de la contention. Toutes les unités sont saturées et le dispositif global du soin est désarticulé. Le psychotique agité encombre les urgences. On presse le psychiatre de garde de l’hospitaliser. Il n’y a pas de lit disponible. On l’attache, parfois plusieurs jours, le temps qu’une place se libère. Les cadres infirmiers s’invectivent. Les médecins se disputent. Les patients sont catapultés, parfois sans le minimum de bilan clinique et biologique exigible. Le contexte n’est pas propice à la lucidité diagnostique. Des erreurs médicales graves sont commises (…)

« N’importe quel administrateur ou psychiatre de garde vous le confirmera : c’est devenu l’enfer. »

Situations indignes et révoltantes

Tout ceci n’est pas sans faire songer aux récentes déclarations à Slate.fr 1 du Dr Pierre Zangerpsychiatre et vice-président de SOS Addictions:

« Depuis des années, les atteintes gravissimes aux libertés fondamentales des patients en psychiatrie publique (enfermement, isolement et contention en premier lieu) sont dénoncées par les divers contrôleurs. Rappelons que les internements illégaux, qui se multiplient comme des petits pains dans la quasi-totalité des établissements de psychiatrie publique –y compris les plus prestigieux– sont assimilables au regard de la loi à un crime, à un kidnapping, une séquestration… (…)

 « On assiste à la multiplication des chambres d’isolement, honteusement rebaptisées chambres de “soins intensifs”, alors que c’est de rupture de lien, de solitude dont souffrent ceux qui y sont abandonnés. Or elles sont souvent aménagées le plus en périphérie des services, le plus à l’écart. La sangle ne remplace pas le lien humain. Des caméras en contrepartie pullulent comme des champignons, bientôt des gilets voire des matraques pour “protéger” les soignants, le fléau de la mise en chambre d’isolement et celui de la contention, sans même parler de la fermeture à clé des services, y compris ceux qui sont dits “libres”. Si les politiques et décideurs se souciaient réellement des soignés comme des soignants, nous ne serions pas dans la situation indigne et révoltante que connaît la psychiatrie française.»

Et maintenant ? Pour le Dr Zagury l’urgence est de « redonner aux soignants la vraie place qui est la leur ». Et il faut aussi, corollaire « limiter la bureaucratie aveugle dont le langage mécanique a métastasé jusque dans les esprits de certains soignants ».

« Est-ce trop demander à nos contrôleurs, nos superviseurs, nos décideurs de quitter leurs bureaux pour venir voir comment nous travaillons et dialoguer avec nous, questionne-t-il. Ont-ils à ce point peur de constater le gouffre entre leurs graphiques et la réalité vivante des services ? »

« Nicolas Sarkozy avait honteusement stigmatisé les malades mentaux au gré d’une instrumentalisation systématique de drames dans lesquels quelques-uns ont été impliqués, conclut le Dr Zagury.  François Hollande a eu au moins le mérite de ne pas instrumentaliser les faits divers. On attend d’Emmanuel Macron qu’il réconcilie avec le pays les malades mentaux et les soignants en psychiatrie. »

Une tribune qui fera date.

A demain

1 « La psychiatrie française est-elle inhumaine ? » Slate.fr, 6 mars 2018

3 réflexions sur “Enfer et politique : combien de temps les soignants de psychiatrie pourront-ils tenir ?

  1. Les usagers ne sont pas des « psychotiques agités ». Ils pétitionent et s’expriment à l’assemblée.
    Rien de ce qui nous concerne ne doit être décidés sans nous.
    Respect des droits des personnes en handicap psychosocial (Convention ONU CDPH)
    Abolition immédiate de la psychiatrie forcée.
    Arrêt immédiat de toutes les formes de torture psychiatrique.
    https://depsychiatriser.blogspot.com/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s