Si Big Tobacco doit disparaître, ce sera peut-être à cause des mégots de ses cigarettes

Bonjour

 « Mégot » :Bout de cigare, de cigarette non consumé. « Quand il avait fini une cigarette, il crachait son mégot devant lui et tentait à la volée, de le rattraper du pied » (Camus,Peste,1947, p.1413).

Peu connue du grand public Bruce Poirson, 35 ans, est secrétaire d’État auprès du ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire. Elle convoque ce jeudi 14 juin les industriels du tabac : le gouvernement veut les obliger à « collecter les mégots jetés dans la nature ». Mme Poirson s’en explique dans Le Parisien/Aujourd’hui en France (Frédéric Mouchon).

« J’ai convoqué un à un les cigarettiers pour leur demander de lutter contre une pollution qui est devenue un fléau : les mégots. C’est le principal déchet que l’on retrouve sur nos trottoirs et dans la nature. Il est aujourd’hui à la charge exclusive des villes. Rendez-vous compte qu’il se vend en France près de 50 milliards de cigarettes et que l’on estime que plus de 30 milliards finissent dans notre environnement. »

 Mme Poirson attend des géants de Big Tobacco qu’ils reconnaissent la pollution que génèrent les mégots de leurs cigarettes – et qu’ils  fassent des propositions d’engagements concrets avec des solutions efficaces d’ici septembre. « C’est à ce moment-là que je ramasserai les copies. Si je suis ferme sur les objectifs, je n’ai en revanche pas de religion sur les moyens d’y parvenir » assure-t-elle.

 Silence sur la cigarette électronique

 Le Parisien fait observer à Mme Poirson que Big Tobacco estime que ce n’est pas aux industriels de payer le coût lié au traitement des mégots. Retour de volée :

« Personne ne peut se défausser de sa responsabilité. Et sur ce dossier, le Premier ministre veut des résultats rapides. Certes il y a de l’incivisme de la part de fumeurs et cela doit changer. Mais les industriels du tabac ont à assumer une responsabilité qui va jusqu’au déchet de leur produit. Il leur appartient de se soucier de ce que deviennent les milliards de mégots qu’ils génèrent, tout comme le fabricant de votre machine à laver a la responsabilité de se soucier de ce que devient votre vieil appareil une fois que vous le jetez. Ça s’appelle la responsabilité élargie du producteur, ça fait presque trente ans que cela existe en France pour bon nombre de produits. »

Et gare aux géants qui ne voudraient pas mettre d’emblée la main au porte-monnaie ! Ils seraient alors soumis au principe de la responsabilité élargie des producteurs et devraient contribuer financièrement, comme les autres industriels, à la collecte et au traitement des déchets issus des produits qu’ils ont vendus. « Aujourd’hui, c’est l’environnement qui trinque et ce sont d’abord les contribuables qui paient pour le balayage des mégots à travers leurs impôts locaux, dit encore Mme Poirson. Ce n’est plus tolérable. »

 Tolérable ou pas, l’affrontement risque d’être frontal. Dans un communiqué publié à la veille de la rencontre Big Tobacco a opposé un non catégorique. « Ce n’est pas aux industriels, aux fumeurs ou aux citoyens de payer, par des taxes ou des impôts supplémentaires, le coût lié au traitement des mégots, estime ainsi le porte-parole de British American Tobacco Eric Sensi-Minautier. Les incivilités commises par une minorité ne doivent pas porter préjudice à la majorité ». Quant à créer une « éco-contribution » sur le prix du paquet de cigarette, cela « déresponsabiliserait les consommateurs inciviques, sans régler le problème à sa source ».

 À Paris, où 350 tonnes de mégots sont ramassées par les agents de la ville chaque année, la maire Anne Hidalgo appelle les cigarettiers à les ramasser et à les recycler. « Il est aujourd’hui possible de valoriser les mégots, souligne l’élue, en les transformant en mélasse capable d’accroître le pouvoir calorifique des fours à haute température où sont incinérés les déchets dangereux. » Mme Hidalgo n’a rien dit sur la cigarette électronique.

«Mégot(t)ier» : Ramasseur, vendeur de mégots; p. ext., clochard, mendiant; individu qui lésine ou qui fait preuve de mesquinerie. « Les mégottiers sont une corporation qui a son marché place Maubert » (Ch. Virmaitre, Dict. arg.,Suppl., 1899, p.136).

A demain

2 réflexions sur “Si Big Tobacco doit disparaître, ce sera peut-être à cause des mégots de ses cigarettes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s