L’affaire Lupuzor®, poule aux oeufs d’or et conflits d’intérêts (Canard Enchaîné)

Bonjour

Le 17 avril dernier le CNRS diffusait un communiqué de presse national : « Efficacité clinique démontrée pour le Lupuzor®, premier traitement contre le lupus sans effets secondaires ». Un communiqué qui, officiellement, n’existe plus, n’a jamais existé.

C’était, sous un sceau officiel et prestigieux, la suite d’une histoire médiatique commencée en 2006  , puis poursuivie en 2008 sans oublier 2013. Une affaire médicalement intéressante laissant espérer une thérapeutique efficace et sans danger du lupus « maladie auto-immune handicapante qui touche cinq millions de personnes dans le monde – une trentaine de milliers en France ».

Deux mois plus tard il faut brutalement déchanter – et ce à cause du Canard Enchaîné. Dans son édition du 20 juin l’hebdomadaire satirique, sous la signature d’Isabelle Barré, vient dire une autre vérité : « Le CNRS a vanté un médicament bidon à coups de ‘’fake news’’ ». C’est là une histoire qui vaut d’être contée. Extraits du communiqué « disparu » du 17 avril :

« L’étude pivot internationale de phase III du Lupuzor® vient de s’achever avec des résultats positifs : ce candidat-médicament a été efficace pour 68,8 % des patients ayant suivi la phase d’essai jusqu’au bout. Le Lupuzor® est le premier traitement spécifique non immunosuppresseur contre le lupus, une maladie auto-immune handicapante qui touche 5 millions de personnes dans le monde.

 « Découvert par l’équipe de Sylviane Muller, chercheuse CNRS alors au Laboratoire d’immunopathologie et chimie thérapeutique du CNRS à Strasbourg, ce peptide a fait l’objet d’un brevet du CNRS (délivré en 2001) puis de phases d’essais cliniques réglementaires gérés par ImmuPharma-France. Débutée en décembre 2015 aux Etats-Unis, l’étude-pivot internationale de phase III du Lupuzor® a été étendue ensuite en Europe et menée sur 202 patients répartis en deux groupes : le premier s’est vu administrer le Lupuzor®, tandis que le deuxième recevait un placebo.

 « L’ensemble des patients recevait également d’autres médicaments comme des stéroïdes, des antipaludéens, du méthotrexate, etc. Parmi eux, 153 ont mené l’essai clinique à son terme. Malgré ce nombre relativement limité, cette phase d’essai a permis de démontrer l’efficacité du peptide découvert par Sylviane Muller, chercheuse au CNRS : le Lupuzor®, associé aux traitements de fond, s’est montré efficace pour 68,8 % des patients qui le recevaient. »

Jusqu’ici, rien à signaler. Puis la suite :

« A noter que 59,2 % des patients recevant le placebo et les traitements de fond ont également réagi positivement, un taux particulièrement élevé. Le Lupuzor® s’avère donc au moins aussi efficace que le seul traitement existant à ce jour. Mais contrairement à celui-ci, le Lupuzor® n’est pas immunodépresseur, il ne diminue pas les défenses immunitaires des patients : la phase III a confirmé son innocuité exceptionnelle, aucun effet indésirable grave n’ayant été signalé (…) Ces résultats renforcent l’intérêt potentiel de ce candidat-médicament dans le traitement d’autres maladies auto-immunes comme le syndrome de Sjögren (maladie des yeux secs) ou la maladie de Crohn (une maladie auto-immune à l’origine d’une inflammation chronique de l’intestin). »

 Légalité et conflits d’intérêts

Au final, donc, 68,8 % contre 59,2% sur un total de 202 participants dont 153 seulement sont allés au terme de l’essai … Et un communiqué de presse triomphant ne citant pas la revue où ces résultats étaient publiés…. Personne, jusqu’ici, ne s’était ému. Jusqu’au Canard Enchaîné qui, bien informé, est entré dans les coulisses du sujet : une histoire d’intérêts, de brevet et de détenteurs siégeant (en toute légalité) au conseil scientifique de la société ImmunoPharma. Des liens évoqués en avril dernier :

« Lupuzor® candidat-médicament développé par ImmuPharma : cette start-up possède une licence exclusive sur les brevets protégeant cette famille de peptides, tous propres au CNRS ou déposés en copropriété. Après le succès de cette phase III, ImmuPharma vise la commercialisation du Lupuzor® et poursuit les discussions en cours avec un certain nombre de grandes sociétés pharmaceutiques. »

Sans oublier ceci :

« Parallèlement, suite à la demande de médecins et de patients, la société a initié une phase supplémentaire permettant à tous ceux qui avaient participé à l’étude de phase III de recevoir Lupuzor® pendant six mois (…) Contre le lupus on ne dispose aujourd’hui que de traitements palliatifs, la plupart non spécifiques : des corticoïdes et des immunosuppresseurs, qui affaiblissent le système immunitaire dans son ensemble. S’ils font cesser l’agression auto-immune, ils rendent aussi les patients très sensibles aux multi-infections. Il était donc urgent de développer une thérapie plus ciblée. »

Cibler ? Le Canard révèle que la Pr Nathalie Costedoat-Chalumeau, spécialiste de médecine interne (hôpital Cochin, AP-HP) vient, avec une vingtaine de ses collègues affûtés sur le sujet, d’écrire au CNRS en lui demandant, d’urgence une « clarification » : en substance dire que l’essai a permis de démontrer, contre placebo, l’inefficacité du Lupuzor®.

Dans le sillage du Canard nous avons interrogé la « direction de la communication » du CNRS. Réponse :

« Le CNRS ne fera pas de mise au point concernant cet article. Je rappellerai simplement que le CNRS a écrit à tous les journalistes qui avaient reçu notre communiqué sur le Lupuzor pour leur signaler son retrait : tout l’inverse d’un ‘’voile pudique’’ ou d’un ‘’retrait discret’’, comme l’écrit la journaliste du Canard Enchaîné, que nous avions pourtant informée de cette démarche de notre part. »

 Passons sur « voile pudique » et « retrait discret », et allons à l’essentiel : le vieux et prestigieux CNRS a-t-il ou non cédé aux insoutenables sirènes du « conflits d’intérêts » ?

A demain

 

 

 

Une réflexion sur “L’affaire Lupuzor®, poule aux oeufs d’or et conflits d’intérêts (Canard Enchaîné)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s