Diabète et épuisement des stocks : l’opaque alliance de la France et du géant Abbott

Bonjour

Rappel : FreeStyle Libre® est un système d’autosurveillance du glucose commercialisé par le géant pharmaceutique Abbott. Il est indiqué chez les patients atteins d’un diabète de types 1 ou 2 (adultes et enfants âgés de plus de 4 ans) traités par insulinothérapie (administration par pompe à insuline, ou ≥ 3 injections par jour). Ce dispositif est constitué d’un capteur placé sur la face externe du bras, qui mesure et enregistre les résultats de glucose interstitiel, et d’un lecteur, qui scanne les résultats à partir du capteur. Le capteur est porté pour une durée maximum de 14 jours ; il permet ainsi de mesurer le taux de glucose en continu.

En France FreeStyle Libre® est  remboursé par l’Assurance maladie depuis un an. Et sans surprise, depuis un an, le nombre de personnes diabétiques utilisant ce dispositif FreeStyle libre « a considérablement augmenté ».

C’est pourquoi l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) prend aujourd’hui la parole. D’abord pour informer les professionnels de santé et les patients des « signalements » reçus : il s’agit principalement de réactions cutanées (allergies, irritations), de « valeurs de glucose discordantes » ou de « dysfonctionnement du capteur ».

Et l’ANSM de faire savoir qu’elle « suit attentivement ce dossier » et qu’elle a demandé au fabricant Abbott « la mise en place d’un rapport de sécurité semestriel permettant d’identifier et d’évaluer de manière globale les principales réclamations qu’il reçoit ». La même ANSM communique moins, en revanche, sur ce qu’elle nomme, pudiquement, « difficultés d’approvisionnement » :

« En raison de la commercialisation et d’accords de remboursement dans de nombreux pays dans le monde, le fabricant Abbott rencontre des difficultés à livrer les pharmacies en quantité suffisante. Les délais de livraison pouvant dépasser 15 jours ouvrés, il a donc mis en place des mesures de contingentement. Les pharmacies ont été informées de cette situation. (…) Le fabricant a pris des mesures pour ramener cette situation à la normale le plus rapidement possible, et au plus tard fin août 2018. »

En savoir plus ? Surtout ne pas compter sur « Abbott Diabetes Care France » (0800 10 11 56 appel gratuit à partir d’un poste fixe ; ou 01 45 60 34 34 ; service.clients.adc@abbott.com).

Poker menteur

L’absence de transparence n’est pas nouvelle. Avant la décision de remboursement le « pack de démarrage » FreeStyle Libre® (un lecteur et deux capteurs pour le premier mois) était facturé 169,90 euros par Abbott. Pour continuer à l’utiliser il était bien évidemment nécessaire d’acheter des capteurs supplémentaires. Soit 120 euros par mois… Grâce à l’accord trouvé plus de 300 000 patients insulinotraités sous multi-injections ou pompe, allaient, en théorie, pouvoir bénéficier de ce dispositif innovant.

« On aimerait, bien évidemment, connaître le dessous des cartes politiques et financières, écrivions-nous alors. Qui était à la table des négociations ? A quel prix Abbott a-t-il accepté de signer ? Avec quelles contreparties ? Et pourquoi tout cela doit-il secret ? ». En mai dernier ces questions étaient réapparues.  « Depuis plusieurs mois les pharmacies peinent à s’approvisionner en capteurs FreeStyle Libre®, et de nombreux diabétiques de type 1 sont obligés de revenir aux bandelettes et aux piqûres au bout des doigts, écrivait Bertrand Burgalat, musicien, chanteur, diabétique et lanceur d’alerte sur le site diabeteetméchant.org. Comme d’habitude, il est impossible de recevoir une information décente de la part du fabricant et des associations subventionnées  et les pharmaciens eux-mêmes sont menés en bateau par le service commercial d’Abbott qui, lorsqu’ils parviennent à le joindre au téléphone, évoque des ‘’problèmes de transport’’ depuis l’étranger, laissant imaginer que des 38 tonnes gorgés de capteurs sont bloqués dans le tunnel de Fourvières. »

Pour Bertrand Burgalat il n’est pas incompréhensible qu’Abbott se sente lésé et trahi face à la prise en charge d’appareils de contrôle en continu six fois plus chers (et plus invasifs) au moment où ils baissent le prix de leur procédé de ‘’lecture flash’’. « Il n’est pas non plus anormal que leur innovation de rupture soit imparfaite, qu’elle provoque des allergies ou se dérègle lorsqu’elle est exposée à certains rayons, ajoute-t-il. Ce qui est honteux, c’est le silence, l’opacité et l’impolitesse qui règnent, entretenus par l’affairisme et l’incompétence des gardiens du troupeau diabétique. »

Un mois plus tard, l’insupportable est toujours là : rien n’a changé dans l’opacité d’Abbott et de l’ANSM quant aux véritables raisons des ruptures de stock. « Nous en sommes réduits aux conjectures, résume Bertrand Burgalat. La Corée du Nord est une agence de pub à côté du service com’ d’Abbott. Et l’ANSM ne nous renseigne en rien, car ces « problèmes de circulation’’ sont éprouvés par la plupart des utilisateurs. C’est un peu comme si, quand quelqu’un meurt, on vous disait que son coeur ne bat plus. Cela donne, finalement, assez peu d’indications sur ce qui s’est passé… »

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s