Flambées d’IST à gonocoque et Chlamydia : pourquoi le préservatif n’est-il  plus utilisé ?

Bonjour

C’est donc un combat qui n’en finira pas. Santé publique France vient de publier les derniers chiffres disponibles concernant les infections sexuellement transmissibles (IST). Bilan : le nombre de nouveaux diagnostics d’infections à Chlamydia et à gonocoque est en très nette augmentation – enquête LaboIST.

Cette enquête révèle notamment que les jeunes de 15-24 ans restent particulièrement touchés par ces IST souvent asymptomatiques mais aux conséquences parfois lourdes. Les données montent que le nombre de diagnostics d’infection à Chlamydia et à gonocoque en 2016 a triplé par rapport aux estimations de l’année 2012.

Pourquoi ? « La forte augmentation des diagnostics de ces infections constatée en 2016 peut être due à plusieurs facteurs. Elle peut s’expliquer tout d’abord par une sous-estimation des cas diagnostiqués en 2012 mais aussi par une intensification du dépistage et l’amélioration de la sensibilité des tests utilisés et enfin, par l’augmentation de l’incidence de ces IST elles-mêmes. » précise Florence Lot, responsable de l’unité VIH/sida, hépatites B et C, IST à Santé publique France.

Reste une certitude : chez les moins de 25 ans, la prévalence élevée des infections à Chlamydia et à gonocoque est la conséquence d’un nombre de partenaires plus important couplé à une « utilisation non systématique du préservatif » (sic). « Si la plupart des jeunes utilisent un préservatif lors du premier rapport sexuel avec un partenaire, 48 % des étudiants et 20 % des lycéens déclarent ne pas en utiliser à chaque rapport sexuel, selon l’enquête de la mutuelle Smerep sur la santé des étudiants fin juin citée par Le Monde. De plus, 71 % des étudiants et 80 % des lycéens ne se font pas systématiquement dépister lors d’un changement de partenaire, et même jamais pour respectivement 41 % et 62 % d’entre eux. »

La gratuité pour réduire les risques

Il faut aussi compter avec la résurgence de la syphilis et la poursuite des contaminations par le VIH – environ 6 000 personnes ont découvert leur séropositivité en 2016, selon Santé publique France. Le même phénomène est observé au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Et selon l’OMS plus d’un million de personnes contracteraient, chaque jour, une IST dans le monde.

Que faire d’autre que repartir au combat ? Et, un jour prochain, reposer publiquement la question de la gratuité au nom de la réduction des risques. Pour l’heure Santé publique France lance,  jusqu’au 18 août, une « campagne digitale » pour « promouvoir l’utilisation du préservatif auprès des jeunes ».

« En phase avec leurs codes, cette campagne repose sur le concept du « life hacking », des astuces et des techniques que l’on partage pour faciliter le quotidien, qui sont très répandues sur Internet et très prisées des jeunes. La campagne met en scène de manière ludique le préservatif en démontrant ses qualités intrinsèques (résistance, imperméabilité…). Le but est de faire de lui l’accessoire indispensable du quotidien.

« La campagne se décline sous forme de vidéos dans lesquelles les jeunes pourront découvrir en quelles circonstances, autre que l’acte sexuel, le préservatif peut s’avérer utile comme par exemple : allumer un feu, maintenir ses objets aqua phobiques au sec, faire bouillir de l’eau… Et sous forme de posts créatifs relayant en mode ‘’survie’’ des messages informatifs sur le préservatif et les infections sexuellement transmissibles. Ces « Life cards » seront postées sur Instagram et Facebook pendant l’été dans l’objectif de faire réagir les jeunes. »

Slogan : « Un préservatif ça peut te sauver la vie. Gardes-en toujours sur toi ».

Jusqu’à quand ?

A demain

Une réflexion sur “Flambées d’IST à gonocoque et Chlamydia : pourquoi le préservatif n’est-il  plus utilisé ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s