Troll et « fausses nouvelles » : comment contrer le militantisme anti-vaccinal de Facebook ?

Bonjour

C’est un euphémisme glané sur Slate.fr : « Facebook ne fait rien pour limiter la diffusion de la propagande anti-vaccin » (repéré par Claire Levenson).

« Si vous faites une recherche pour le mot «vaccin» ou «vaccination» sur Facebook aux États-Unis, la plupart des groupes en première position dans les résultats sont anti-vaccins. On trouve sur ces pages des informations erronées sur la dangerosité des vaccins, y compris l’idée qu’il ne faut pas faire confiance aux médecins sur cette question car ils n’en savent pas assez. »

 Où l’on apprend que des pages comme The Truth About Vaccines (La Vérité sur les Vaccins) ou Stop Mandatory Vaccination (Stop à la Vaccination Obligatoire) ont plus de 100.000 followers et expliquent que les enfants non vaccinés sont en meilleure santé que ceux qui ont été vaccinés.

« Un journaliste du Daily Beast a demandé à Facebook pourquoi il était si facile de tomber sur des groupes anti-vaccins dans les recherches et pourquoi rien n’était fait pour limiter la diffusion de ces idées, mais la direction du réseau social a refusé de commenter cette question » rapporte Slate.fr.

Le temps des cliques

 « En 2017, deux chercheurs australiens ont montré à quel point Facebook était essentiel à la diffusion du message anti-vaccin. Le réseau social permet en effet de connecter très rapidement des gens qui ont les mêmes préjugés sur la vaccination, alors qu’il serait beaucoup plus difficile pour eux de se retrouver sans Facebook.

Les utilisateurs se regroupent en cliques, autour de thématiques comme la défiance des médias et des autorités publiques, et leurs membres partagent leurs connexions avec les autres, ce qui accélère la propagation des idées. »

 Et Slate.fr de rappeler que diffusion d’informations erronées sur la dangerosité des vaccins a des conséquences bien réelles: il existe désormais aux États-Unis des zones de résistance croissante à la vaccination, notamment à Portland, Detroit et Houston.

Où l’on en vient, au-delà de Facebook et des Etats-Unis, à soulever la question de la riposte. Le pouvoir exécutif, les autorités sanitaires, doivent-ils user des multiples canaux des « réseaux sociaux » pour contrer la diffusion d’informations « erronées » quand il ne s’agit pas de véritables opérations mensongères ?

User des mêmes armes que la partie adverse ? Relire L’Art de la Guerre ? Qui, aujourd’hui, s’intéresse à ce grand sujet de santé publique ? Qui calcule le rapport entre les éventuels risques et les possibles bénéfices ?

A demain

4 réflexions sur “Troll et « fausses nouvelles » : comment contrer le militantisme anti-vaccinal de Facebook ?

  1. Enfin quelqu’un , un journaliste…qui réfléchit et ne restitue pas les publi-rédactionnels
    J’ai moi-même réalisé un fichier avec le même titre « Le BIO ..un leurre » dont quelques lignes ici et même au niveau écologie ce n’est pas un must !
    https://www.test-achats.be/forum/Topic/550557
    C’est une mauvaise réponse à un VRAI problème et qui est identique en médecine où la grande majorité des sites sont sponsorisés, même pour le VIDAL:
    Les laboratoires payent en effet l’insertion et l’espace qu’ils occupent. L’inscription d’un médicament coûterait entre 10.000 et 15.000 euros par an. Ne sont donc présents dans le Vidal que les médicaments des laboratoires qui acceptent de payer. Et tous ne le font pas.
    http://www.allodocteurs.fr/se-soigner/histoire-de-la-medecine/les-dessous-du-vidal-la-bible-des-medecins_9055.html

  2. Alors, on va prendre les choses dans l’ordre.

    Taper sur facebook parce qu’ils permet aux gens de se relier en ‘cliques’ est croquignolet. En effet prenons par exemple l’ordre des médecins qui POURSUIT les médecins qui font entendre une voix dissonante. Ce qui est une forme de création de ‘clique’ totalitaire avec mesures coercitives, mais cela ne dérange personne. Cela ne dérange personne que l’ordre des médecin protège un violeur (tout le monde sait de qui on parle) et tente de radier un médecin qui demande des vaccins sans aluminium. Nous sommes au stade au dessus des réseaux sociaux et personne pour s’en émouvoir.

    La question est de savoir pourquoi on trouve plus de groupe de sceptiques que de groupes pro. D’abord, c’est une fake news, un mensonge, de la propagande pour faire croire que les anti-vaccins ne racontent que des conneries, et c »est toujours cela de pris. il y a autant de groupes pour de que groupes contres. Mais effectivement on trouve facilement les contres. Le truc c’est que les groupes pour racontent que des conneries et les contres pointent vers des études, c’est compliqué.

    On peut imaginer que le nombre de personnes qui font face, ou ont des connaissances qui font face, à des soucis après une vaccination est juste énorme. Je suis près à penser que dans le lot, il y a des véritables coïncidences. Ainsi le bébé qui reçoit son vaccin et meurt en tombant de la table à langer à peu de risque que cela soit dû directement au vaccin. MAIS le bébé qui fait une très forte fièvre le lendemain, et meurt faute de soins appropriés parce que le dogme que les vaccins c’est anodin est tellement répandu chez les médecins que cela ne leur vient même pas à l’esprit que cela peut être causal (petite incise, combien de méningites foudroyantes après 15 jours de consultations et prescriptions de doliprane ?) . EDans la même veine, ce dogme pousse à rejeter tous les effets secondaires comme des coïncidences et décrédibilise la parole médicale.

    Effectivement, au 18ème siècle, cela pouvait passer, les gens mourrait en silence dans les campagnes des erreurs de la médecine, au 19ème siècle les journaux et médias relayait la parole sacrée, cachaient les informations pour ne pas affoler, traînaient dans la boue les voix dissonantes (cela continue, pas de panique) mais il y a des médias alternatifs qui enfin sortent les affaires. Et là ça fait peur n’est-ce pas ? Panique chez les larbins. Comme on dit au samu, ‘faut bien mourir un jour’.

    Parce que pour être honnête, tout le monde sait qu’en médecine il y a des risques, l’homme n’est pas une simple machine, il peut mourir d’une erreur d’appréciation (tiens encore une vieille de 70 ans qui meurt dans d’atroces souffrances d’une péritonite après 10 heures d’attentes aux urgences. Tien pas beaucoup d’articles là dessus, quelle coïncidence), il peut mourir d’un traitement défectueux (je vais pas dresser la liste, il y en a tellement), il peut mourir d’une erreur médicale, il peut mourir car il sert de cobaye sans le savoir (coucou les onco)…. Elle peut se faire retirer un sein alors qu’elle n’avait rien de grave… sacré Mammographie, la reine des amazones.

    il faut le rappeler ici, 2 faits sont tus (probablement un complot des anti-vaccins) et sont tétus:
    1 – l’espérance de vie après un plateau est en train de chuter.
    2 – La iatrogénie est devenu le premier facteur de morbi-mortalité.

    Alors à partir de ce constat, comment lutter contre les fake news en matière médicale (et pas que celles sur les bénéfices des traitements anti cancer, ou les avantages des traitements anti Alzheimer, ou des dépistages en tout genre, ou de la prévention médicamenteuse ).

    A) PUBLIER les études ayant conduites aux AMM, intégralement
    B) PUBLIER les résultats des suivis de tolérance, intégralement
    C) PUBLIER en temps réel le suivi de pharmacovigilance
    D) PUNIR les médecins qui refusent de faire une déclaration (nous sur 3 médecins, aucun n’a voulu le faire)

    E) PUNIR à des peines de prison fermes les personnes occultant les faits en suivi de pharmacovigilance, et pas juste en changeant de nom du comité Théodule qui s’occupe de sécurité médicale.
    F) PUNIR de peines prison fermes les personnes trompant les autorités sanitaires.

    Avant de chercher à faire taire les opposants, il suffit de montrer qu’ils ont tort. Ainsi les ‘complotistes’ qui pensent que la terre est plate sont en nombre très très restreint, parce qu’il y a de VRAIES preuves qu’elle ne l’est pas. Le soucis c’est que le mensonge est de mise dans de nombreux champs médicaux. Et il est difficile de faire tenir un mensonge. Même en se moquant des voix dissonantes, le barrage finit toujours par céder.

    Par exemple le pandermix était sans danger, mensonge. par exemple le premier vaccin hebB de 95 était sans danger, mensonge, par exemple les vaccins sont sans danger, mensonges.

    Aux US, un bébé à 72 vaccins, ce pays les 33 ème en terme de mortalité infantile. Dans ce pays, 1 enfant sur 59 est autiste. Ce sont des FAITS.

    Dire que les anti-vaccins sont des complotistes incultes est une OPINION.

    Pour éviter de passer pour un crétin, il vaut mieux regarder les faits plutôt que de colporter des opinions. Ce que j’en dis.

    Enfin, les vrais anti-vaccins sont peu nombreux, ils restaient dans leur coin sans trop faire de bruit. Lorsque big pharma à réussit à obliger à faire 11 vaccins (c’est bon pour la croissance), ils se sont retrouvés acculés et mordent. Alors ils se mettent en réseaux, font le travail des autorités sanitaires et compilent des données (lorsque l’on est 10 000 – 50 000 personnes avec de la volonté, on arrive à chercher profond et faire des liens), recensent les accidents vaccinaux, obtiennent des documents confidentiels, et MONTRE AU GRAND JOUR (effet vampire) ce qu’il en est. Et là, c’est le drame, le mythe du tout vaccinal s’effondre. (autre incise, la france est mal classé – ou bien suivant le regard sur l’on a) dans la liste des pays ou la corruption est présente. Est-ce que ce lien n’est qu’une coïncidence là aussi ?

    Pour terminer, et pour casser un peu l’ambiance, il y peu d’anti-vaccinalistes, mais il y a énormément d’utilisateurs de l’homéoppathie. Ce que les lobbys, journaleux crétins, et société savante (les même qui disaient il y a pas si longtemps que le tabac et l’amiante étaient inoffensifs) sont en train de faire la même chose : créer un groupe de combat contre l’allopathie. Ils paieront leur homéopathie, mais feront sortir toues les affaires sur les médicaments allopathique. Et là, c’est tirer sur une cible facile. Oui ils sont nécessaires parfois, mais à des ordres de grandeurs inférieurs à ce que les médecins prescrivent.

    Là ca va faire mal. la bonne affaire est d’investir dans le pop corn.

    ps : pas beaucoup de journalistes pour s’émouvoir de l’affaire de la dépakine… eh ce n’est que 15 000 victimes à la louche, même pas le nombre de mort de iatrogénie annuel. c’est une non-nouvelle, pas comme les 2 morts de la rougeole.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s