L’exécutif feint de l’ignorer mais la e-cigarette est le premier outil de ceux qui veulent arrêter

Bonjour

Qu’attend le gouvernement pour se saisir, enfin, du levier anti-tabagique électronique ? Pourquoi, sur ce dossier, Agnès Buzyn est-elle médiatiquement absente ? Pourquoi le nouveau Directeur général de la Santé a-t-il rompu les ponts construits par son prédécesseur avec les révolutionnaires du vapotage ?

Le site des buralistes français reprend, sur le thème de la lutte contre le tabagisme, les commentaires du Pr Bertrand Dautzenberg qui ,sur le thème de la lutte contre le tabagisme, était, le 10 août, interrogé sur France 5. Et ce spécialiste atypique de rappeler ces vérités, trop souvent passées sous silence par les autorités sanitaires :

« Il faut savoir que la cigarette électronique est le premier recours des Français pour arrêter de fumer.

« D’ailleurs, selon moi, il faut absolument l’intégrer au parcours d’arrêt du tabac, tout comme le sont déjà les substituts nicotiniques, car c’est un moyen d’arrêter de fumer par plaisir et non par effort. L’arrivée de la cigarette électronique a aussi eu un impact positif sur les jeunes … »

La cigarette électronique premier recours pour lutter contre la première cause de mortalité évitable en France… La e-cigarette, achetée par ses utilisateurs, loin devant les substituts nicotiniques – ces substituts qui commencent (enfin) à être pris en charge par la collectivité. Pr Dautzenberg:

« Le remboursement intégral des substituts est une excellente mesure selon moi pour encourager les patients à arrêter. Il suffira d’aller à la pharmacie avec sa carte vitale et sa carte de mutuelle, sans aucun reste à charge. Je pense que cette mesure aura un impact immense notamment sur les plus gros fumeurs … »

 La cigarette électronique qui, en toute logique, devrait venir compléter un dispositif politique associant le paquet neutre et l’augmentation (trop) progressive des prix.

Les chiffres incomplets de la Douane française

 La Direction générale de la Douane vient de publier les chiffres officiels du marché du tabac pour la France continentale  (les livraisons en volume aux buralistes pour lee mois de juillet) :Cigarettes : -2,40 % ; Tabac à fumer (à rouler et à pipe) : -0,23 % ; Cigares et cigarillos : + 7,16 % ; Tabac à priser et à mâcher : + 9,01 %.  Soit un marché total du tabac se situant aux alentours de -1,85 %. Tendance en cumul, depuis le début de l’année, sur sept mois pour la totalité du marché total : -9,2 %.

Des chiffres qui doivent toutefois être rapprochés de ceux du dernier rapport KPMG sur la contrebande et la contrefaçon du tabac en Europe. Un rapport élaboré en collaboration avec le think tank britannique RUSI (Royal United Services Institute). Il précise que le marché parallèle en France (achats frontaliers plus contrebande et contrefaçon) représente 24,6 % de la consommation de tabac, la France étant pays constitue, en volume, le plus gros marché européen de tabac et de contrefaçon. Commentaire de British American Tobacco (BAT) France:

« La France reste championne d’Europe du marché parallèle avec 24,6% des cigarettes consommées en dehors du réseau officiel des buralistes en 2017. À la suite de la politique de choc de prix mise en place en 2018, la situation risque de s’aggraver cette année. Les résultats préliminaires des études « ramasses paquets » de 2018 indiquent d’ailleurs un regain de la contrebande de 9% au second semestre et de 15,6% de l’ensemble des achats hors réseau ». KPMG souligne d’ores et déjà̀ que la tendance à la baisse observée en 2017 s’inverse au regard des hausses fiscales menées par le gouvernement. »

Au-delà des mafias, de Big Tobacco  et de la contrebande qu’attend le gouvernement pour se saisir, enfin, du levier anti-tabagique électronique ? Pourquoi, sur ce dossier, Agnès Buzyn est-elle médiatiquement absente ? Pourquoi le nouveau Directeur général de la Santé a-t-il rompu les ponts construits par son prédécesseur avec les révolutionnaires du vapotage ?

A demain

 

 

 

4 réflexions sur “L’exécutif feint de l’ignorer mais la e-cigarette est le premier outil de ceux qui veulent arrêter

  1. Je crois au vapotage par experience based medicine partagée (danger) mais y-a-t-il une ou des preuves d’efficacité pour un sevrage à moyen terme ?

    • Dans chaque territoire où le vapotage est relativement libre, la prévalence du tabagisme baisse plus que la tendance passée, le nombre d’ex-fumeurs vapoteurs ou ex-vapoteurs réguliers augmente en proportion, et l’initiation au tabagisme recule. Dans chaque territoire où le vapotage est banni ou fortement limité, la prévalence du tabagisme stagne.
      Il y a aussi quelques études montrant qu’un usage contraint (médicalisé, sans choix/support) a une efficacité équivalente aux substituts.
      Cela confirme des faits largement démontrés depuis des décennies
      1/ qu’une part importante des fumeurs souhaite surtout consommer de la nicotine, et se tourne vers la cigarette quand c’est la source la plus promue ;
      2/ qu’il vaut mieux éviter ou reculer l’initiation au tabagisme ;
      3/ que les citoyens font des choix relativement rationnels quand les éléments d’information leur sont donnés (le discours irresponsable des acteurs de santé publique influe fortement sur les catégories late-adopters et conservateurs, divisant par deux l’efficacité en switch complet) ;
      4/ que la nicotine n’est pas le seul facteur d’initiation et de maintient dans le tabagisme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s