Cannibalisme, spiritueux et Pernod Ricard : légalisé le cannabis liquide sera-t-il alcoolisé ?

Bonjour

La publicité est déjà trouvée : « Un cannabis récréatif, sinon rien ! ». Et le pitch expliquera que la gamme s’ouvre du  vieux jaune jusqu’au nouveau vert. L’affaire est rapportée par Le Monde (Laurence Girard) et reprise sur le site des buralistes. Soit les confidences soupesées d’Alexandre Ricard, 46 ans, patron de Pernod Ricard, numéro deux mondial des spiritueux, derrière le britannique Diageo et devant Bacardí-Martini.

Il faut pour comprendre disposer de quelques éléments d’un contexte mouvant qui voit des géants brasseurs parier sur la légalisation progressive du cannabis récréatif. Le Monde :

« Le propriétaire de la bière Corona, le groupe de spiritueux américain Constellation Brands, en pince pour le cannabis. Il a créé la surprise, mi-août, en déboursant près de 4 milliards de dollars (3,4 milliards d’euros) pour monter au capital de la société canadienne Canopy Growth et en détenir 38 %. Il avait pris un premier ticket de 10 % des parts en 2017. Un montant à la hauteur du pari. En s’alliant à cette entreprise spécialisée, à l’origine, dans le cannabis thérapeutique, il compte bénéficier de la légalisation de son usage récréatif. Un cap que va franchir, le 17 octobre, le Canada. Il espère que les Etats-Unis et d’autres pays lui emboîteront le pas.

« Constellation Brands n’est pas le seul groupe de spiritueux à miser sur cette plante. Le brasseur Molson Coors a annoncé, également en août, la création d’une coentreprise avec le producteur canadien The Hydropothecary Corporation. Son objectif : proposer des boissons non alcoolisées à base de cannabis. La brasserie californienne Lagunitas, détenue par le groupe néerlandais Heineken a, elle, déjà lancé, cet été, une eau pétillante infusée au cannabis, sous la marque Hi-Fi Hops. Cette coproduction avec le spécialiste de la feuille verte CannaCraft, n’a, pour l’instant, qu’une diffusion limitée à la Californie. »

Cognac Martell prisé en Chine

Dans ce paysage Pernod Ricard ne peut être absent. Et il le fait savoir. « Nous regardons de près ce marché. Même si, à ce stade, il est encore difficile de se prononcer, confie Alexandre Ricard. Mais il y a une vraie question à se poser. Est-ce que la légalisation du cannabis peut avoir un impact de cannibalisation de la consommation des spiritueux premium ? Il n’y a pas d’évidence que ce soit le cas. Nous restons prudents et continuons nos analyses.»,

Pour l’heure le groupe français triomphe : selon les résultats publiés mercredi 29 août, le groupe français a vu son chiffre d’affaires progresser de 6 % à taux de change constant. De même, son résultat opérationnel affiche une hausse de 6,3 %, à taux de change constant. Le résultat net affiche une progression de 13 %, à 1,57 milliard d’euros. De quoi augmenter la part versée aux actionnaires sous forme de dividendes. En remerciant le cognac Martell qui, prisé en Chine, décroche la palme avec une augmentation de 14 % des ventes.

« Nous poursuivons notre stratégie d’acquisitions ciblées » confie encore  M. Ricard. « Le cannabis sera-t-il un jour dans la cible ? » demande Le Monde et les buralistes. Sans obtenir de réponse.

Une autre question devra être posée. Pourquoi faudrait-il, demain, en rester à des « boissons à base de cannabis non alcoolisées » ? A quel titre, et de quel droit, interdirait-on l’association ?

A demain

Une réflexion sur “Cannibalisme, spiritueux et Pernod Ricard : légalisé le cannabis liquide sera-t-il alcoolisé ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s