Journalisme et vérité : faut-il exécuter celles et ceux qui créent de l’anxiété généralisée ?

Bonjour

Le premier qui ne dira pas la vérité vraie devra être exécuté. Didier Raoult, 66 ans, est un biologiste, professeur de microbiologie, spécialiste des maladies infectieuses et des virus atypiques. C’est aussi un invité régulier de l’hebdomadaire généraliste Le Point – il y signe des chroniques acidulées tendant généralement à bousculer les priorités médiatiques sur des sujets aux frontières de ses compétences scientifiques.

Aujourd’hui la chronique du Pr Raoult est intitulée «  Et si on lançait un délit de création d’anxiété ». C’est une mise en abyme qui ne cite pas clairement sa cible prioritaire : une petite catégorie de journalistes, ceux qui jouent (ou relaient) les lanceurs d’alerte – des lanceurs systématiques ne hiérarchisant jamais ou presque leurs lancements. Face à eux, et au vu de leurs méfaits, le Pr Raoult juge que le moment est venu de créer un nouveau délit en France, « pays qui doute de lui-même et qui consomme énormément d’anxiolytiques ». Ecoutons un instant ce biologiste se piquant de journalisme et de justice.

« L’angoisse et l’anxiété tuent. Dans les pays développés, les causes de mortalité qui augmentent, et plus particulièrement aux Etats-Unis dans la population d’origine européenne, ce sont les suicides et la consommation excessive de dérivés d’opium pour calmer les douleurs et les inquiétudes. La France est l’un des pays qui consomment le plus d’anxiolytiques. L’alcool est partiellement utilisé aussi pour calmer les angoisses. Notre société est terriblement anxiogène. Les peurs maniées par les puritains et par une certaine presse (sic) ajoutent à l’angoisse généralisée. Certains ont tellement été marqués par ces peurs et par les notions de l’absence de seuil à l’exposition, comme pour l’amiante, qu’ils ont porté plainte maintenant pour délit de création d’anxiété. Pourtant le risque de contracter un cancer en passant dans une pièce où il y a de l’amiante à cause de cette exposition est nul. Je pense que ce délit, pour être nouveau, devrait effectivement faire l’objet d’une loi. »

 Ravages médiatiques écologiques

Il explique encore que tous les jours, de « fausses alertes », propagées par des « scientifiques approximatifs », des angoisses écologiques, ou des peurs d’épidémies, ont leur lot d’inquiétudes propagées à la vitesse d’Internet, sans jamais recevoir de vérification. « Dans mon monde, qui est celui des maladies infectieuses, les différentes ‘’crises’’ concernant le bioterrorisme, la maladie de la vache folle, les deux grippes aviaires, le chikungunya et Ebola ont fait, dans notre pays, moins de dix morts en l’espace de vingt ans » précise-t-il.

« Tous les jours, nous lisons comme étant des certitudes que l’ensemble des pesticides ou herbicides qui nous sont proposés constituent des dangers reconnus par tout le monde, mais cela est faux, ceci représente une partie de l’opinion, et certainement pas celle des scientifiques les plus rigoureux (…) qui, pour l’instant, ne considère pas le bisphénol comme étant toxique ni le glyphosate comme étant cancérigène, et l’influence des lobbys chimiques dans ce domaine semble bien moins forte que celle de la peur écologique. »

Le Pr Raoult connaît bien les corrélations entre la peur et les audiences médiatiques. En 2015 ce microbiologiste atypique avait publié un livre sur ce thème :  « Votre Santé Tous les mensonges qu’on vous raconte », Michel Lafon). C’était à l’époque de la sortie d’un ouvrage de deux de ses collègues, les Prs François Bricaire et Jean-Philippe Derenne, « Pandémie : la grande menace de la grippe aviaire » (Editions Fayard)

Aujourd’hui, nouvelle étape dans ce chemin de croix : « créer une loi pour poursuivre ceux qui ont suscité une angoisse caractérisée sans avoir les éléments pour pouvoir le faire ». Qui le suivra ?

A demain

 

5 réflexions sur “Journalisme et vérité : faut-il exécuter celles et ceux qui créent de l’anxiété généralisée ?

  1. Nous vivons un monde merveilleux.

    Les entreprises qui tuent des gens ne risquent rien parce qu’on a pas de preuves « solides » (comment pourrait-il y en avoir, la médecine n’est pas une science mais une pratique) et lorsque l’on regarde en arrière les pratiques qui étaient admises on s’aperçoit qu’elles sont parfois (souvent ?) délétères.

    Par contre il faut abattre celui qui ‘créé’ de l’anxiété (mais seulement contre les entreprises), parce que la rougeole, la grippe H1N1, la grippe aviaire, la grippe porcine, le cancer du col, le cancer du sein…. ça se sont des bonnes anxiété, celles qui nous protègent … contre les baisses de dividendes…

    Mais celui qui doutaient de l’amiante qui était défendu par les sociétés savante, probablement même l’académie de médecine, probablement par des ‘scientifiques’ tel ce monsieur, ceux là doivent être mis au pilori. Le monde scientifique n’est devenu que le marigot qui défend l’ordre établit parce qu’il n’y a pas besoin de preuves pour ce que l’on a l »habitude de faire (on a toujours fait comme ça) par contre si on veut changer l’ordre des mots dans un dépliant on nous demande des milliers de preuves solides que l’on va critiquer jusqu’à plus soif, parce que cela remet en cause son propre discours. Il suffit d’écouter les discours d’un aurélien barrau qui explique que dans le péril climatique, le capitalisme n’est pas l’acteur majeur et qu’il va falloir restreindre les libertés individuelles. trop choupinou ce petit facho en herbe.

    Pendant 15 ans les médecins ont tué des bébés en préconisant de les coucher sur le ventre. Il a fallut 15 ans pour admettre que l’on s’était trompé et pendant ces 15 ans 1000 bébés de plus sont morts de mort subite tous les ans. 15 000 bébés mais pensez-vous que la médecine va balayer devant sa porte ? que neni. Et je suis cool je ne parle pas de dépakine, parce qu’on ne critique pas une entreprise qui réussi (à mutiler des bébés). Elle accouche de tristes sires comme celui-là qui se permet de caricaturer ceux qui se plaignent d’avoir été sciemment mis en danger.

    « Pourtant le risque de contracter un cancer en passant dans une pièce où il y a de l’amiante à cause de cette exposition est nul. » On lui demanderais bien une preuve scientifique solide de son affirmation, mais je crois que ce n’est pas la peine. Il s’est juste déconsidéré tout seul. D’ailleurs j’ai bien une théorie, lorsque l’on balance un inconnu sur le devant de la scène pour en faire un prophète, ce qu’il raconte est au mieux un truisme au pire de la propagande. Alors on le monte sur le podium du GRAND scientifique (mais z’ont jamais eu un nobel quand même) et on se doit d’écouter ses fadaises. qu’il peut proférer SANS FOURNIR UNE SEULE ÉTUDE. Cela fait de ce qu’il dit non une vérité, mais une opinion. qui a chaque fois est compatible avec la démarche du pouvoir qui actuellement est en train d’enterrer les lanceurs d’alertes, et de s’allier avec les médias pour promouvoir la propagande d’état de vérités alternatives en coupant la parole ou en la reléguant au fin fond d’internet.

    https://www.les-crises.fr/lors-dune-audience-au-senat-facebook-sengage-a-remplacer-les-mauvais-discours-par-des-faits-alternatifs-par-andre-damon/

    mais c’est vrai je n’ai pas de prives scientifiques solides.

    • Ah, ce cher Hervé02 qui sévit un peu partout et qui n’a rien compris au débat. Raoult ne dit pas que l’amiante n’est pas cancérigène : c’est une évidence. Il dit que l’on n’attrape pas un mésothéliome en passant dans une pièce qui en contient. Que les expositions exceptionnelles ne doivent pas etre comparées aux expositions massives.

  2. Didier Raoult est le scientifique français jouissant de la meilleure réputation internationale. C’est un original, une grande gueule, et j’aimerais qu’il continue à tailler des croupières à tous ces crétins et ces crétines qui vivent de la peur qu’il vendent. Il y a des lanceurs d’alerte, mais aussi des vendeurs d’alerte. Il a tellement raison.

  3. ah ce cher docteur dupagne qui prend les autres pour plus bête que lui.

    Pensez-vous que je crois que l’on puisse attraper un cancer en circulant dans une pièce ? Pensez-vous que je pense que les expositions exceptionnelles sont identiques aux expositions massives ? Il faudrait être un crétin pour le croire.

    D’ailleurs puisque nous parlons d’octobre rose, on ne peut pas comparer les radiations d’une mammographie réalisés une fois tous les 2 ans avec l’exposition à des radiations d’une centrale qui explose. Et donc, que ces mammographie sont inoffensives et donc que ces expositions exceptionnelles ne peuvent pas être responsable de cancers n’est-ce pas ?

    Non, je ne « sévis » pas un peu partout, je lis quelques blogs (de moins en moins d’ailleurs). Oui il y a des vendeurs de peur, par exemple ceusses qui vendent les mammographie, ceusses qui vendent la vaccination, ceusses qui vendent les dépistages en tout genre et ceusses qui vendent la prévention à tout va.

    Ce que je trouve dommage c’est que l’on trouve facilement un bon client pour dénoncer la peur anti-industrie et personne pour dénoncer la peur pro-industrie. C’est le sens de mon propos, qui vous a échappé. Je vous rappelle toutefois que la médecine a défendu pendant longtemps l’amiante. Comme elle a défendu le couchage des bébés sur le ventre. comme elle a défendu le médiator, l’hormone de croissance, la dépakine….

    Bien sur que j’ai compris le débat, ce que vous ne semblez pas vouloir comprendre c’est que ce débat pose une question sous-jacente : pourquoi on peut vendre de la peur ? arriveriez vous à vendre de la merde à un quidam ? non. La peur peut être vendu parce que la science officielle ment, parce que les organes de contrôles mentent, parce que les politiques mentent, parce que les médecins mentent de bonne foi. Dès lors s’il n’y a plus de confiance possible, pourquoi croire l’un plutôt que l’autre ? Pourquoi croire ceux qui ont défendu pendant des années l’amiante plutôt qu’un individu qui prétend que même les expositions non massives peuvent être dangereuse ? Pourquoi ? Il est là le fond du problème que vous ne voulez pas voir.

    Pour ridiculiser un tel vendeur d’alerte, il suffirait de produire une étude sérieuse sur les seuils d’expositions et les maladies. Le truc le plus facile pour un scientifique : faire une étude. D’ailleurs elle a été faite mais je ne trouve pas le lien. Vous l’avez à me le proposer ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s