«PMA sans père»: la famille LR prépare la guerre contre le président et le gouvernement

Bonjour

Non. Contrairement à ce que souhaitait Emmanuel Macron il n’ y aura pas de « débat apaisé » sur la « PMA pour toutes/sans père ». Si nul n’en connaît encore l’intensité un fait est acquis : l’affrontement sera là, politique et sociétal, idéologique et frontal. Le gouvernement vient de faire savoir que bien évidemment cette mesure figurerait dans le projet de loi de révision de la loi de bioéthique. Et, tout naturellement ou presque, l’un des  camps adverses affûte ses lames.

Premier coup de semonce : une tribune dans Le Figaro 1 – papier signé de la brochette des principaux responsables de la famille « LR » : Laurent Wauquiez, Christian Jacob, Bruno Retailleau, Franck Proust et Jean Leonetti 2. Que nous disent-ils ? Quelques vérités et une forme d’embarras à venir, quand il faudra croiser le fer. Cela donne sinon de jeunes puedurs du moins des précautions de vieux sioux devant la caravane En marche :

« Les questions dites sociétales soulèvent des enjeux éthiques lourds que les revendications légitimes pour l’égalité, le bonheur ou l’amour ne sauraient évacuer. Souvent sensibles dès lors qu’elles touchent à notre intimité, elles n’en sont pas moins des questions politiques exigeant de nous, non pas les seuls bons sentiments, mais «un cœur intelligent»: tout ce qui est scientifiquement possible est-il pour autant humainement souhaitable? Tous les désirs individuels doivent-ils être satisfaits par la technique? La marche du progrès signifie-t-elle la négation des limites? En résumé, de quelle société voulons-nous ?

 « Gardons bien ces questions en tête lorsque est proposée l’instauration de la PMA sans père.   Aussi bien intentionné soit-il, ce projet ouvre la voie à des dérives qu’il faut mesurer avec lucidité. N’y a-t-il pas de risque à nier ainsi délibérément le rôle et la représentation du père dans l’éducation de l’enfant ? »

Trahison

Et nos sages sioux de scruter l’horizon :

« De plus, dans la logique égalitariste à l’œuvre, ce nouveau droit constitue une étape vers les mères porteuses et la marchandisation du corps de la femme. Un engrenage est à l’œuvre: comment refuser demain aux couples d’hommes ce que l’on accorderait aux couples de femmes ? »

LR  garde aussi la mémoire, vivace, d’une récente trahison : « Il y a cinq ans, l’actuel Premier ministre s’engageait à ‘’s’opposer résolument’’ à la PMA sans père. Sa résolution fut de courte durée. Il dirige aujourd’hui un gouvernement qui souhaite la mettre en œuvre, tout en se disant ‘’très défavorable à la GPA’’. Qu’en sera-t-il dans cinq ans ? »

Edouard Philippe répondra-t-il à ses anciens compagnons de lutte ? Quand et comment ?

Enfin les signataires reprennent l’argument, contingent mais essentiel, de la menace d’une pénurie de dons de sperme anonymes et gratuits. De ce point de vue, comme le souligne le Comité consultatif national d’éthique, l’extension de la pratique de la PMA par insémination artificielle avec sperme de donneur ouvre la voie à une marchandisation croissante des gamètes et, plus largement, des éléments du corps humain. « Elle risque d’accompagner une dérive eugéniste dont témoigne le site Internet de Cryos, la plus grande banque de sperme du monde: ses clients y choisissent leurs gamètes selon une douzaine de critères dont la couleur de la peau ou des yeux ; le panier de commande – habituellement représenté par un Caddie – y est illustré par un landau » écrivent les auteurs de la tribune du Figaro – sans redouter les conséquences de leur antonomase 3.

Orwell et Bové

« Nous semblons entraînés par une injonction au mouvement perpétuel, par un dépassement incessant des frontières, par une extension infinie des droits oublieuse de nos devoirs. Le philosophe Jean-François Mattei relevait que «le tragique de l’existence occidentale tient à la dérive de sa mesure naturelle dans un déchaînement de démesure». Se développe aujourd’hui une idéologie, le transhumanisme, promouvant un «homme augmenté» et même «la résolution du problème de la mort». La médecine traitant les pathologies laisserait ainsi place à une technique toute-puissante au service de tous les désirs et de tous les fantasmes repoussant sans cesse plus loin les frontières de l’éthique. »

Et Laurent Wauquiez, Christian Jacob, Bruno Retailleau, Franck Proust et Jean Leonetti de citer, étrangement, George Orwell: «Quand on me présente quelque chose comme un progrès, je me demande avant tout s’il nous rend plus humains ou moins humains ».  Et les mêmes de citer José Bové 4: « Une certaine écologie politique se soucie à raison de protéger la planète, l’alimentation, les océans, les végétaux, les animaux, mais pas l’enfant à naître. Faisant exception, José Bové a courageusement décrit l’extension de la PMA comme ‘’la boîte de Pandore vers l’eugénisme et l’homme augmenté’’ ; preuve que cette question échappe aux clivages politiciens. » Et, pour finir ,cette envol :

« Si la liberté d’entreprendre et d’innover a fait notre prospérité, l’extension illimitée du domaine du marché n’est pas souhaitable: nous n’accepterons pas que l’être humain soit déraciné et marchandisé. Il est illusoire de réduire le débat en un clivage simpliste et imaginaire: le nouveau monde contre l’ancien monde, les gentils progressistes contre les méchants réactionnaires. Ce n’est pas la meilleure manière d’aborder des questions à la fois si complexes et si essentielles. La courbe des sondages ne nous dictera pas l’idée que nous avons de la société et de l’être humain. »

 A demain

@jynau

 1 « Pourquoi Les Républicains s’opposeront à la PMA sans père» Le Figaro du 3 novembre 2018

2 Respectivement président de LR, président du groupe LR à l’Assemblée nationale, président du groupe LR au Sénat, président de la délégation française au groupe du Parti populaire européen (PPE) du Parlement européen et président du Conseil national de LR.

3 Wikipédia : Aujourd’hui, le nom « caddie » est couramment utilisé pour désigner tous les types de chariots en fil métalliques, quelle que soit leur marque. Il s’agit d’un cas particulier d’antonomase du nom propre. Cet usage est cependant risqué car le nom a été déposé par la société « Les Ateliers réunis Caddie SAS », qui possède donc la propriété intellectuelle de la marque, et fait régulièrement valoir ses droits. Elle a notamment obtenu à plusieurs reprises la condamnation de journaux pour un tel usage- dont Libération et Le Figaro

4 Sur ce thème : « José Bové est un néo-chrétien : anti-PMA et contre toutes les manipulations de l’humain » Journalisme et santé publique, 5 mai 2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s