«Recertifiés» les médecins français auraient-ils été meilleurs que ceux du passé ?

Bonjour

Voici un beau rapport. Destiné à remplir l’un des innombrables tiroir des bureaux en acajou du pouvoir. On le retrouvera ici (69 pages) : « Mission de recertification des médecins » Et ici ses auteurs 1. Accompagné d’un communiqué de presse transmis aux journalistes par la ministre des Solidarités et de la Santé. Le Dr Agnès Buzyn rappelle à ses confrères  qu’elle avait demandé à Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation « une mission permettant de  définir une procédure  pour l’actualisation régulière des compétences des médecins ». Et ce rapport a été remis aujourd’hui même aux deux ministres.

Rien de bien révolutionnaire ici. Ni de bien contraignant. Chaque docteur en médecine connaît par cœur l’article 11 de son bréviaire de déontologie. Il dispose depuis toujours que « tout médecin entretient et perfectionne ses connaissances dans le respect de son obligation de développement professionnel continu ». « Cette notion de formation et de mise à jour régulière des connaissances et compétences professionnelles est chaque jour un peu plus d’actualité : on estime que 50% des connaissances médicales ont évolué au bout de cinq ans – « rendant impérative une poursuite de la formation au-delà de la délivrance du diplôme » fait souligner le Dr Buzyn.  Un certain nombre de pays anglo-saxons et européens ont d’ailleurs adopté des procédures de certification et de recertification des médecins. » Et la France ?

« Prendre soin »

On se reportera ici, dans l’avenir, au précieux rapport : il préconise une certification et une valorisation périodique du parcours professionnel et des acquis tous les six ans. Et ce pour tous les médecins, et tous les modes d’exercices. « Plus qu’un contrôle, la procédure proposée se veut un exercice de promotion et de valorisation, voire d’évolution des compétences » tempère toutefois le document – et une « démarche » qui  s’appliquerait à « tous les médecins diplômés à partir de 2021, dans le cadre du 3ème  cycle rénové des études médicales ». Qui plus est cette mesure serait entièrement dématérialisée, « chaque professionnel disposant d’un espace personnel numérique, et qu’elle repose en grande partie sur l’auto-évaluation ».

« La certification pourrait reposer sur cinq critères d’évaluation et un critère de valorisation. Parmi les critères d’évaluation, le rapport inclut deux éléments spécifiques : le médecin doit montrer qu’il s’inscrit dans une démarche d’amélioration de la relation médecin-patient. C’est le ‘’prendre soin’’ qui est ici valorisé. La procédure donne également une place à la qualité de vie et à la santé du professionnel. »

Que tous les médecins se rassurent : ce précieux rapport (69 pages) est désormais bien rangé dans l’un des innombrables tiroir des bureaux en acajou du pouvoir.

 A demain

@jynau

 1 Composition de la « mission Recertification » : Président : Pr Serge Uzan, doyen honoraire de la Faculté de Médecine de Pierre et Marie Curie, Assesseur : Pr Yves Matillon, Université de Lyon, Pr Djillali Annane, vice-président de la conférence des doyens de facultés de médecine, Mr Jean-Baptiste Bonnet, président de l’Intersyndicale nationale des internes (Isni), Dr Patrick Bouet, président du Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM), Pr Michel Claudon, président de la conférence des présidents de CME de CHU, Pr Pierre-Louis Druais, président du Collège de la Médecine Générale (CMG), Pr Olivier Goëau-Brissonnière, président de la Fédération des Spécialités Médicales (FSM), Pr Dominique Le Guludec, présidente de la Haute Autorité de Santé (HAS), Mr Samuel Valero, puis Mr Thomas Iampietro, Association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf), Mr Maxence Pithon, président de l’Intersyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale (Isnar-IMG)Mme Claude Rambaud, vice-présidente du Lien, Dr Jean-François Thébaut, président du haut conseil du Développement Professionnel Continu (DPC), Pr Jean-Pierre Vinel, président de l’université de Toulouse.

 

 

 

 

 

 

Une réflexion sur “«Recertifiés» les médecins français auraient-ils été meilleurs que ceux du passé ?

  1. Bonjour, j’ai commencé médecine il y a bientôt 40 ans et l’on parlait déjà de recertification, etc…Quand j’ai fait mes premiers remplacements fin des années 80, cela faisait bien « rigoler » les confrères qui parlaient de « serpent de mer » .Ils seraient en retraite qu’on en parlerait encore et je pense que d’ici-là je serai en retraite qu’on en parlera toujours …Et je n’évoque pas toutes ces cotisations obligatoires pour la FMC alors qu’il est dit qu’il n’y a pas d’argent pour que les médecins puissent continuer à se former…Qui va payer cette recertification?
    cdt.
    Dr A G.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s