« Des tonnes de vitamine B2 contaminées » selon Le Monde. Cette alerte sera-t-elle justifiée?  

Bonjour

« OGM : alerte sur une bactérie résistante aux antibiotiques dans des aliments pour animaux ». Selon les informations du  Monde (Stéphane Mandard)  « plusieurs tonnes » d’une « vitamine contaminée par un OGM interdit » ont été « répandues à travers l’Europe ». Elle serait « jugée à risque » par les autorités sanitaires. Et Le Monde de parler de ce qui « pourrait devenir un nouveau scandale sanitaire ».

« Selon des documents confidentiels auxquels Le Monde a eu accès, des organismes génétiquement modifiés (OGM) interdits ont été retrouvés en grande quantité dans des aliments pour animaux d’élevage dans plusieurs pays européens. Cette découverte est d’autant plus inquiétante que les micro-organismes impliqués sont résistants aux antibiotiques et représentent donc un risque à moyen terme pour la santé animale et humaine.

Substance incriminée :  la vitamine B2 (riboflavine)  – additif utilisé dans la nourriture de nombreuses espèces animales (porcs, volailles, bovins…). L’inquiétude porterait cette fois sur  son mode de fabrication – les premières traces de micro-organismes résistants aux antibiotiques ayant été retrouvées dans un lot provenant de Chine en 2015 par un laboratoire de recherche allemand. Le Monde :

Chômer ou ne pas ?

« Mais il aura fallu attendre trois ans et un avis de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), le premier signalant un risque spécifique lié à la présence d’un OGM, pour que la Commission européenne décide d’interdire la vitamine B2 produite à partir de ladite bactérie. Rendu le 8 mars, celui-ci conclut que la vitamine présente un « risque » à la fois pour « les animaux, les consommateurs, les utilisateurs et l’environnement ». En cause, « la propagation de cellules génétiquement modifiées viables contenant [quatre] gènes de résistance à des antibiotiques importants du point de vue de la santé humaine et vétérinaire ». »

Et Le Monde d’expliquer  « avoir eu accès » à une note de synthèse des services de contrôle néerlandais datée du 14 novembre dernier – note qui permettrait « de retracer une partie de la contamination et d’en mesurer l’ampleur ». « L’enquête n’en est qu’à ses débuts, ajoute encore Le Monde.  Selon les informations des services néerlandais, des lots contaminés ont aussi été distribués en Allemagne, Norvège, Russie, Finlande, Islande et France. »

Pour le quotidien français, dans les prochains mois; « les services de répression des fraudes européens ne devraient pas chômer ». Mais qui, dans les prochains mois, pourrait s’offrir le droit de ne pas travailler ?

A demain

@jynau

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s