Drogues et équilibre des finances : bienheureux comme le marché du cannabis en France

Bonjour

Heureux concours de circonstances qui nous aide à prendre la mesure de l’absurdité désinvolte de l’exécutif et du législatif français confrontés à la question de santé publique du cannabis.

26 novembre 2018, en direct des bourses mafieuses : « Le cannabis continue à bien s’apprécier sur le marché français ». C’est le dernier bilan en date du  volet « drogues illicites » du « Baromètre santé » (sic) publié par Santé Publique France (SPF) et l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). Le travail 1 résulte de l’analyse des réponses aux questions posées à plus de 20 000 personnes âgées de 18 à 64 ans.

Où l’on apprend que le cannabis demeure le produit illicite de très très loin le plus « expérimenté » en France. Près de la moitié (45 %) des adultes en ont déjà consommé et un adulte sur 10 (11 %) est « usager dans l’année ». On dénombre 3,6 % d’usagers réguliers (au moins dix usages dans le mois). Quant à l’usage quotidien il concerne pour sa part 2,2 % des 18-64 ans. Vous avez bien lu « usage quotidien » d’un produit illicite».

« L’enquête souligne le maintien d’une prédominance masculine dans ces usages et le fait que les jeunes générations consomment davantage. Plus du quart des 18-25 ans déclarent un usage au cours de l’année (27 %) et 8,4 % d’entre eux un usage régulier. Toutefois, le profil des consommateurs de cannabis se diversifie intégrant davantage de trentenaires et d’actifs en emploi. En 2017, l’usage régulier atteint 6,3 % chez les 26-34 ans et 3,3 % chez les 35-44 ans. Dans le même temps, l’usage dans l’année des actifs occupés s’établit à 9,6 % alors que celui des chômeurs se stabilise à 16 %. »

On peut le dire autrement : les chiffres 2017 « s’avèrent être les plus élevés depuis vingt-cinq ans ». Soit un échec massif de la « politique française » en matière de cannabis. Ajoutons que près des deux tiers des usagers déclarent avoir eu recours au marché noir pour s’approvisionner. Et que 7 % des disent, avec l’âge et l’embourgeoisement, pratiquer l’auto-culture de la plante stupéfiante.

23 novembre 2018, en direct de l’Assemblée nationale : « Cannabis : pour pouvoir fumer en paix il vous faudra désormais donner 200 euros à l’Etat ». Les députés ont voté dans la soirée du vendredi 23 novembre la création d’une amende forfaitaire de 200 euros pour « mieux sanctionner l’usage illicite de stupéfiants, jusqu’alors réprimé uniquement par une peine de prison et une forte amende, peu souvent prononcées ». L’article a été adopté par les députés par 28 voix contre 14 (vous avez bien lu) lors de l’examen en première lecture du projet de réforme de la justice. Cette disposition « entend répondre (re-sic) à l’augmentation constante du nombre de consommateurs de cannabis ».

L’amende forfaitaire prévue était initialement de 300 euros. Elle avait été revue à la baisse en commission à 200 euros « pour ne pas se heurter à l’insolvabilité des usagers » (re-re-sic).

Depuis le mois de mars 2018 le gouvernement d’Edouard Philippe et d’Agnès Buzyn repousse la publication du « plan national de mobilisation contre les addictions 2018-2022 » – un plan censé définir les stratégies qu’il entend déployer en matière de tabac, d’alcool et de cannabis ces quatre prochaines années. On observera que l’année 2018 est d’ores et déjà passée à la trappe d’un exécutif qui, loin de la santé publique et  à l’image des mafias sans frontières, ne semble percevoir l’addictif que comme une source de profits.

A demain

@jynau

1 Auteurs : Stanislas Spilka, Jean-Baptiste Richard, Olivier Le Nézet, Eric Janssen, Alex Brissot, Antoine Philippon, Jalpa Shah, Sandra Chyderiotis, Raphaël Andler, Chloé Cogordan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s