Médicaments bientôt plus chers : Agnès Buzyn recommande de ne plus acheter de «marques »

Bonjour

Invitée ce 27 novembre sur France Inter Agnès Buzyn a confirmé l’information donnée la veille par Le Parisien (Sébastien Lernould et Daniel Rosenweg). Certaines complémentaires santé refuseront à partir de janvier 2019 de prendre en charge les « honoraires de dispensation » des pharmaciens. Ce sera donc au patient de payer la différence.

Le Spasfon®, des sirops pour la toux, des sprays nasaux, des somnifères… Autant de médicaments de la vie courante, souvent prescrits par les médecins généralistes. Le Parisien :

« La faute à une réforme de 2017, qui va entrer progressivement en application à partir du mois de janvier. Depuis 2015, les pharmaciens perçoivent des « honoraires de dispensation » pour compenser la baisse de leur marge, causée par la baisse forcée du prix des médicaments remboursables. Jusqu’au 31 décembre, lorsqu’ils vendent une boîte de médicaments prescrite, les pharmaciens touchent 1,02 € fixe. Mais le patient n’y contribue pas : c’est l’Assurance maladie, pour les deux tiers, et les complémentaires pour le tiers restant, qui règlent la note. »

« Dans certains cas, le patient va devoir mettre la main à la poche. ‘’L’Assurance maladie nous l’a confirmé lors d’une réunion de travail le 14 novembre : si leurs contrats ne prévoient pas de rembourser les médicaments à 15 % ou 30 %, les complémentaires santé ne participeront pas aux honoraires du pharmacien’’, révèle Philippe Gaertner, président de la FSPF (Fédération des syndicats pharmaceutiques d’officine). Ce sera donc au patient de régler  »s’étrangle-t-il. »

4,31 euros pour une boîte de Stilnox®

Calcul du Parisien à l’attention de ses lecteurs : en 2020, année de la dernière étape de la réforme, si le patient insomniaque entend se faire rembourser sa boîte de Stilnox® , celle-ci lui coûtera beaucoup plus cher qu’aujourd’hui. En comptant la franchise médicale (0,46 €), le prix de la boîte avec la part Sécu (2,63 €) et ce que le patient doit régler aux pharmaciens à la place de la complémentaire (1,22 €), il sera contraint de payer au total 4,31 €. Soit 64 % de plus…

Paradoxe : s’il veut moins débourser, le patient aura intérêt à… ne pas demander de remboursement ! L’explication ? Avec la réforme, les « honoraires de dispensation » ne seront déclenchés qu’en cas de de demande de remboursement. « Il aura donc intérêt à ne pas le faire », résume Philippe Gaertner. En effet, la boîte lui reviendra à 3,09 €. Et le pharmacien ne percevra pas, alors, ses honoraires.

Interrogée par Le Parisien, l’Assurance maladie n’a pas donné suite. Mais Agnès Buzyn a répondu : les Français doivent, en substance, abandonner les « marques » et toujours préférer les génériques.

La ministre des Solidarités et de  la Santé a aussi annoncé, au micro de Nicolas Demorand et de Léa Salamé, le remboursement à venir d’une marque de préservatifs – sur prescription médicale – à la suite à d’un avis favorable rendu par la Haute Autorité de Santé et de négociations serrées sur le prix. . Les journalistes lui demandent, naturellement, le nom de cette spécialité remboursée. La ministre l’avait oublié…. La preuve, dit-elle en souriant, qu’elle ne s’intéresse vraiment pas aux « marques ».

A demain

@jynau

 

Une réflexion sur “Médicaments bientôt plus chers : Agnès Buzyn recommande de ne plus acheter de «marques »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s