Les subtiles techniques de Medtronic pour infiltrer le tissu français de l’Assurance-Maladie

Bonjour

Gilets Jaunes ou pas, la France conserve encore de bien beaux joyaux. Des entités qui suscitent les appétits capitalistes d’outre-Atlantique. Ainsi le géant familial Ricard qui, nous dit Le Monde (Laurence Girard) fait l’objet d’une agression caractérisée du fonds activiste américain Elliott qui vient de débourser 1 milliard d’euros pour acquérir 2,5 % du capital du géant jaune – Pernod Ricard aussitôt défendu par le gouvernement tricolore.

Et puis, plus original, ce lièvre levé par France Inter (Laetitia Cherel), la cellule investigation de Radio France et ses partenaires du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ). Début d’explication de texte ce 14 décembre : « Medtronic : comment le n°1 mondial des implants cherche à transformer notre système de Sécurité sociale ». Le sujet sera développé samedi 15 décembre à 13h20 dans Secrets d’info – une enquête sur un concept marketing qui permet à Medtronic d’augmenter le prix de ses prothèses.

France Inter avait déjà révélé de quelle manière  Medtronic, géant mondial des implants, prend pied dans les hôpitaux français à l’aide de méthodes offensives: il finance des équipements coûteux en échange de contreparties. Cette fois il s’agit d’un concept autrement plus ingénieux : la « Valeur en Santé » (« Value-based healthcare« ). Voici comment Medtronic s’explique :

« Chronicisation des pathologies, accès à l’innovation, évolution du rôle du patient et soutenabilité financière : notre système de santé – à l’image de beaucoup d’autres à travers le monde – est aujourd’hui confronté à des défis de taille qui mettent en péril sa pérennité. En tant qu’acteur responsable, Medtronic entend contribuer à la transformation nécessaire de notre système afin de mieux soigner, à moindre coût et dans le respect des attentes des patients.

« Notre réponse réside dans la Valeur en Santé, une approche qui propose de mettre en regard les résultats qui importent aux patients et les coûts nécessaires à l’atteinte de ces résultats. Basée sur les travaux de Michael Porter autour des conditions qui permettent de créer une concurrence saine et productrice de Valeur, la Valeur en Santé est d’abord une vision au centre de laquelle se trouvent les attentes des patients. 

« La Valeur en Santé, c’est aussi une ambition, d’ores et déjà adoptée par certains pays européens et outre-Atlantique, qui prend en compte trois éléments majeurs mais faisant aujourd’hui défaut à notre système de santé : le passage d’une logique de soins à une logique de santé ; la prise en compte du temps long ; la dynamique de parcours. »

La firme le dit autrement : la « Valeur en Santé », c’est surtout une méthode qui consiste à mesurer pour comprendre et donc améliorer ce qu’est la mission première des acteurs de santé : la réponse ajustée aux besoins de chaque patient.

Revoir à la hausse le prix des airbags

Pour Anne Chailleu, présidente du Formindep, association qui défend l’indépendance de l’information médicale, « La Valeur en Santé » est surtout un moyen pour Medtronic de facturer ses implants plus chers : « La ‘’valeur’’ du produit – et non plus son prix – c’est tout ce qui va permettre d’économiser au système de santé sur la vie entière du patient. C’est un peu comme si un vendeur d’airbags, au lieu de vendre l’airbag au prix des coûts plus des marges, se mettait à le facturer au prix de la vie qu’il sauve lors de son usage. »

France Inter : « Pour convaincre les hôpitaux d’accepter ses offres commerciales, Medtronic met les moyens. « Il y a beaucoup d’argent dépensé en interne pour former un nombre incroyable de cadres du marketing et de cadres commerciaux », assure une ancienne salariée qui a suivi une de ces formations internes. « On nous dit : si vous rencontrez le directeur d’un hôpital dans un ascenseur, vous lui faites un « elevator speech » sur la valeur en santé (ndlr : un argumentaire pour convaincre un temps éclair). Après cette formation, on va en faire la promotion dans les ministères, dans les agences régionales de santé, ou à l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris. »

Pour promouvoir cette idée dans les hôpitaux, Medtronic a créé « La valeur en santé – Cercle de réflexion » : un think tank qui réunit une vingtaine de membres non rémunérés. On y trouve beaucoup de praticiens et de dirigeants d’hôpitaux, dont certains ont passé des partenariats avec la firme. Medtronic France n’a pas souhaité répondre aux questions de France Inter.

Quant à Éric Le Roy, directeur général du Syndicat national de l’industrie des technologies médicales (SNITEM), réagissant à l’enquête « Implant Files » du consortium international des journalistes d’investigation il a dit regretter des «inexactitudes» et des « énormités». Éric Le Roy fait toutefois une concession « Nous devons collectivement améliorer les bases de surveillance pour un système vertueux ».

 A demain

@jynau

 

2 réflexions sur “Les subtiles techniques de Medtronic pour infiltrer le tissu français de l’Assurance-Maladie

  1. Implant + air bag = ?
    Bon, mesurer la valeur en santé c’est compliqué car le marché de la santé n’est pas libre, mais c’est très bien de l’etudier.

Répondre à Dsl Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s