Gilets Jaunes et les sapeurs-pompiers de Paris. Etats d’esprit entre violences et résilience 

Bonjour

15 décembre 2018. A quoi s’attendre sur le front des Gilets Jaunes ? Vont-ils quitter leurs ronds-points 1 pour gagner les villes et lorgner les vitrines des magasins ?  Les médias en boucle vont-ils encore diffuser sans fin de nouvelles violences citadines ? Tout ceci va-t-il (grande inquiétude sans cesse médiatisée) continuer à impacter les échanges marchands (ceux qui réclament plus de pouvoir d’achat réduisant les volumes habituels des commerces) ?

Que sera cet « Acte V » des mobilisations de fin de semaine puisque les annonces – promesses d’Emmanuel Macron n’ont pas, loin s’en faut, calmé tous les Gilets Jaunes ?

Dans l’attente les médias généralistes ne cessent d’ausculter les « forces de l’ordre ». Ce ne sont que gendarmes, policiers et CRS fatigués, lassés, usés. Pour sa part le Dr Michel Bignand, 51 ans, médecin chef de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) s’est confié au Quotidien du Médecin (Marie Foult).

Il explique qu’en temps normal entre 2 000 et 2 200 pompiers de Paris sont mobilisés chaque jour (sur un effectif total de 8 500 pompiers de la brigade). Mais avec les « manifestations parisiennes » les effectifs ont été augmentés : de 350 à 600 pompiers supplémentaires mobilisés entre le 24 novembre et le 8 décembre.

« En tout, la brigade est intervenue sur plus de 544 feux dont plus de 230 feux de véhicules ! Nous avons pris en charge 250 blessés légers et quatre personnes en urgence absolue. Il y a eu beaucoup d’intoxications légères dues aux gaz lacrymogènes, des traumatismes des membres, du thorax et de la tête, dont des plaies de l’extrémité céphalique liées à l’utilisation de pavés ou de Flash-Ball. Il faut souligner qu’il n’y a pas eu de morts et peu de blessés graves malgré l’intensité graduelle de la violence. »

Médecine militaire et vandalisme

Les troupes sont rodées : les pompiers de Paris sont entraînés aux violences urbaines depuis les émeutes de 2005 survenues dans les banlieues françaises ; et les équipes médicales y sont aussi préparées.

« Nous appliquons en réalité les mêmes principes que la médecine militaire – la moitié des 55 médecins urgentistes de la brigade sont issus du service de santé des armées. L’objectif est d’extraire rapidement les blessés, tout en protégeant l’équipe. Le service médical attend en dehors de la zone ‘’chaude’’. Lorsque des victimes sont signalées, une équipe médicale est engagée, sous couvert des forces de police. On récupère la victime, on l’extrait de la foule, puis on la met à l’abri. On ne la traite pas directement au sein de la zone chaude, sauf s’il y a des gestes urgents à pratiquer. On l’évacue ensuite dans un deuxième temps. S’il y a un point de regroupement des victimes, un médecin peut faire le tri selon la gravité des blessures. »

Et, à la demande du Quotidien du Médecin, le Dr Michel Bignand accepte de lever le voile sur l’état d’esprit au sein de la brigade :

« Les pompiers sont résilients. Mais ceux qui étaient sur place ont ressenti une violence particulière. Des camions ont été caillassés, des tuyaux arrachés, ça reste du vandalisme, mais du vandalisme violent. Avec toujours le risque du mouvement de foule qui peut dégénérer.  En interne, on essaie de faire tourner les équipes mobilisées et nous avons un plan de rappel. Mais il y a une vraie mentalité du service public ! Même fatigués, les pompiers se portent volontaires, ils se sentent vraiment impliqués. Après il ne faudrait pas que ça dure des mois… C’est épuisant, non seulement physiquement, mais aussi psychologiquement. »

Acte V. Epuisement.

A demain

@jynau

1 Sur ce thème on conseillera l’original : « Avec les ‘’gilets jaunes’’, le rond-point français accède à la conscience de place. Les ‘’gilets jaunes’’ ont détourné la fonction des carrefours giratoires, transformant ces connecteurs froids de l’ère automobile en lieux de vie éphémères. » Jean-Laurent Cassely (Slate.fr— 14 décembre 2018)

Et, plus classique : « ‘’Gilets jaunes’’ : ‘’ La révolte des ronds-points ‘’ » Florence Aubenas (Le Monde – 15 décembre 2018).

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s