Lariboisière : on pensait que la femme retrouvée morte au sein des urgences avait …«fugué»

Bonjour

Deux nouveaux éléments dans une affaire dramatiquement édifiante et qui devrait connaître de futurs prolongements. Tout d’abord la prise de parole d’Agnès Buzyn. Il y a cinq ans Marisol Touraine resta longtemps silencieuse dans l’affaire de la morte des urgences de Cochin. Aujourd’hui le ministre des Solidarités et de la Santé parle. Invitée du journal national de France 3 elle vient de déclarer qu’il y a eu « défaillance dans la prise en charge de cette patiente ».

C’est une évidence. Car quelle que soit la cause de la mort (qui sera prochainement établie par une autopsie médico-légale) il est acquis que cette femme est restée douze heures sans être examinée – ni a fortiori de recevoir de soins. Et ce « après avoir été accueillie par l’infirmière d’accueil et d’orientation et enregistrée dans le circuit de prise en charge du service »

Interrogé par Le Parisien (Marc Payet) le Dr Patrick Pelloux, président de l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF) donne quelques détails. « Elle souffrait de céphalée et de fièvre, et n’avait pas réussi à trouver un médecin en ville, dit-il. Il est sûr en tout cas qu’elle n’a pas vu de médecin.».

Des heures sans être vus

Agnès Buzyn attend désormais les conclusions des différentes enquêtes en cours qui devront se pencher sur les modalités d’organisation et le respect des procédures. Mais que sait-elle, d’ores et déjà ? «Il y a une organisation en dépit du bon sens, a confié à Libération (Eric Favereau) un anesthésiste (anonyme) de l’AP-HP. A Larib, quand les patients arrivent, ils sont certes bien vus par une infirmière. Ils sont ensuite conduits dans une salle de soins. Et là, rien. Il n’y a aucune surveillance. On peut y rester des heures, sans être vu. Je l’ai expérimenté. C’est incompréhensible. La direction de l’hôpital le sait, l’administration est tout aussi responsable car elle laisse faire. Elle a toutes les statistiques d’attente. Or, cela continue comme cela. En plus, il est écrit que les personnes accompagnantes ne peuvent pas rester. Absurde, dangereux, et non réglementaire.»

Une accusation qui pèsera dans l’instruction du dossier.

Autre élément nouveau, et semble-t-il d’ores et déjà confirmé : dans la nuit, cinq heures après son admission, cette femme « a été appelée », et « il n’y a pas eu de réponse ». Elle aurait alors été considérée comme « ayant fugué ».  Son décès a ensuite été constaté  par le personnel des urgences – et ce au moment du changement d’équipes. Elle était morte sur son brancard. Il était 6h20.

A demain

@jynau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s