Richard Ferrand, ancien journaliste, a-t-il le droit de faire taire un confrère sur Twitter ?

Bonjour

Tout craque dans l’étrange. Et le Nouveau Monde auto-proclamé par Emmanuel Macron prend chaque jour un peu plus, un peu mieux, les vieux traits de l’Ancien. Ainsi cette affaire rapportée par notre antique et toujours vespéral Le Monde (Alexandre Berteau). Une première en France.

« La justice va devoir déterminer si un responsable politique peut empêcher un journaliste d’accéder à son compte Twitter. En l’occurrence, si le président de l’Assemblée nationale est en droit de bloquer le journaliste indépendant Guillaume Tatu sur le réseau social. Proche de La France insoumise (LFI), ce dernier a porté plainte, vendredi 4 janvier, contre Richard Ferrand pour ‘’discrimination’’ en raison de ses ‘’ opinions politiques’’..

Guillaume Tatu, jeune journaliste prometteur a découvert, en septembre dernier, qu’il ne pouvait plus lire ni commenter les tweets du président siégeant au Palais Bourbon. Un blocage qu’il interprète comme une réaction aux nombreux articles de presse relayés sur Twitter par M. Tatu au sujet de l’affaire des Mutuelles de Bretagne dans laquelle le puissant Richard Ferrand est impliqué au premier chef..

Dans sa plainte (que Le Monde a pu consulter) le journaliste déplore « une restriction à sa liberté d’être informé et de pouvoir informer » et ce au motif que le fil twitter du président de l’Assemblée nationale relevant, selon lui, d’un « profil d’intérêt général ».

Expressions cadenassées

« On parle du quatrième personnage de l’Etat, qui tweete de façon exclusive et à longueur de journée sur ses activités parlementaires », a déclaré au Monde l’avocat de M. Tatu, Me Arash Derambarsh. Ce dernier estime que son client « se voit entravé dans son travail de journaliste » (même si un utilisateur bloqué peut encore voir les publications de l’intéressé en naviguant sur Twitter sans se connecter à un compte). Et au-delà des seuls détenteurs d’une carte de presse, les publications de M. Ferrand sur le réseau social « doivent être accessibles à tous les citoyens », estime M. Tatu dans sa plainte.

Conseiller médias de Jean-Luc Mélenchon pendant la dernière campagne présidentielle et ex-journaliste du Média, la web-télé proche de LFI, le journaliste Guillaume Tatu a été « bloqué » par M. Ferrand en tant qu’«opposant politique », estime l’avocat du journaliste. Dans l’entourage du ponte de l’Assemblée nationale on pointe que « cette plainte permet à M. Tatu de se faire une publicité extraordinaire ».

Elargissant sa focale Le Monde conclut qu’outre-Atlantique, se prononçant sur une plainte déposée par sept citoyens contre Donald Trump, une juge fédérale de New York avait estimé, en mai 2018, que le président américain n’avait pas le droit de bloquer ses détracteurs sur Twitter, au titre de la liberté d’expression protégée par le premier amendement.

Vies antérieures

Le Monde ne nous dit pas que Richard Ferrand, dans une vie antérieure, exerça la profession de journaliste, notamment pour Le Monde. C’était avant Twitter, comme l’explique Wikipédia. Né à Rodez le 1er juillet 1962 Richard adhère au PS à l’âge de 18 ans et  commence sa vie professionnelle comme journaliste en collaborant à Centre PresseAuto MotoCirculerVie publiqueLa Dépêche du Midi , et Le Monde.

En 1988, à l’âge de 26 ans, il devient directeur associé d’une agence de graphisme de presse qu’il dirige jusqu’en 1990, date à laquelle il se lance, comme tant d’autres, dans le « conseil en communication ». En 1991, il devient « conseiller en communication » de Kofi Yamgnane, alors secrétaire d’Etat. Dès 1992, il demande à Kofi Yamgnane s’il peut « s’installer en Bretagne et continuer le travail pour le ministère ». L’épouse de Kofi Yamgnane lui trouve une maison à Hanvec, où il s’installe en famille.

Battu aux législatives de 1993, Kofi Yamgnane fait entrer Richard Ferrand aux Mutuelles de Bretagne, via un de ses amis qui en est alors président. Richard Ferrand devient directeur général des Mutuelles de Bretagne en 1998. En mars de la même année, il obtient son premier mandat politique en étant élu conseiller général du Finistère dans le canton de Carhaix-Plouguer.

La suite est connue. Sera-t-il bientôt interdit de la narrer ?

A demain

@jynau

 

 

 

 

Une réflexion sur “Richard Ferrand, ancien journaliste, a-t-il le droit de faire taire un confrère sur Twitter ?

  1. Un « journaliste » de LFI a-t-il pour pur et seul objectif de donner des informations ?
    Par ailleurs, je pense que celui-ci est mal venu de se plaindre de ce que son chef (JLM) promeut à longueur de colonne : pourrir la vie des journalistes. Le chat se mort la queue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s