Gilets Jaunes et trésors de la langue française : aujourd’hui « cagnotte» et vipère au poing

Bonjour

Post-Jactance. A l’heure où nous écrivons ces lignes (8 janvier 2019, midi) la « cagnotte du boxeur » aurait engrangé « plus de 114 000 euros » – 8 000 donateurs . Un trésor en forme d’épine irritative du politique, un abcès puisant sa sève dans le numérique et la colère épidémique 1.

Mais encore ? Certains parlent d’un « élan de solidarité » envers le boxeur Christophe Dettinger – ex-sportif désormais célèbre pour avoir « perdu son sang-froid » . Un citoyen placé en garde à vue (puis relâché) pour avoir « boxé » des représentants des forces de l’Ordre, lors du dernier Acte parisien en date des Gilets Jaunes. Avant de s’expliquer/excuser de ses gestes.

« Solidarité » numérique ou « indignité » numérisée ?  Pour Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat au Numérique l’affaire est entendue. « Apparemment, ça rapporte de frapper un policier. Quand l’attrait de l’argent vient s’ajouter à la haine et à la violence, je n’ai que du dégoût, écrit M. Mahjoubi sur Twitter. Tout le monde doit être responsable : cette cagnotte est indigne. »

Complicité

« Soutenir cela, c’est être complice de cet acte et encourager [les violences] », avait argué Marlène Schiappa, invitée de Franceinfo. Interrogée sur la même chaîne, la ministre des transports, Elisabeth Borne, avait pour sa part déclaré:  « Est-ce que c’est normal de vouloir apporter un soutien à ce monsieur qu’on a vu frapper un policier à terre, qu’on a vu boxer un policier ? […] Je pense qu’il faut aussi que chacun reprenne un peu ses repères. »

Face à la polémique, la plateforme Leetchi (qui hébergeait la cagnotte) a décidé de la clôturer à la mi-journée. Dans un communiqué, Leetchi « s’engage à ce que les fonds collectés sur la cagnotte de soutien à Christophe Dettinger servent uniquement à financer les frais de justice conformément à nos CGU[conditions générales d’utilisation] et à la législation en vigueur ».

Cagnotte, donc. Jadis « petite cuve utilisée dans certains départements du sud de la France pour écraser le raisin ». Puis, par analogie, récipient (cassette, corbeille, plateau, etc.) destiné à recevoir l’argent que les joueurs paient dans des circonstances convenues. La cagnotte des jeux; mettre, verser de l’argent dans la cagnotte.

Par extension : « Caisse commune d’une association, d’un cercle ou de tout autre groupe de personnes, alimentée par des cotisations, des amendes, des dons… » ;  « Boîte, cassette, qui renferme les économies d’une personne, d’une famille » ; somme d’argent recueillie dans une cagnotte; fonds d’une association, d’un cercle de jeu.  Mais c’était aussi un « argent économisé petit à petit ».

« Folcoche trichait, lésinait maintenant sur tout. Elle se constituait une cagnotte(H. Bazin, Vipère au poing,1948, p. 241). Soixante-dix ans plus tard, un gilet jaune et une vipère au poing.

A demain

@jynau

1  Sur ce thème: « Au bout de la colère, réflexion sur une émotion contemporaine » de Michel Erman (Plon)

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s