L’étrange histoire de la pipette de Dépakine® à retirer du marché : hasard ou vraie fatalité ?

Bonjour

Hasard ou fatalité ? Et bien étrange retournement de situation. Hier le géant français accusait les autorités sanitaires françaises d’être responsables, sinon coupables, de l’affaire-scandale Dépakine®. Aujourd’hui voici que ces mêmes autorités annoncent l’embarras dans laquelle se trouve ce même géant avec cette même Dépakine®. Cela prend la forme d’un communiqué de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) : « RAPPEL du lot N° 013097 de Dépakine 200mg/ml et de Valproate de sodium Zentiva 200mg/ml ».

Ce rappel concerne le lot n°013097 (péremption 08/2020) – un lot étrangement commun aux spécialités Dépakine®  200mg/ml solution buvable et Valproate de sodium Zentiva 200mg/ml, solution buvable. Et un rappel « réalisé par le laboratoire Sanofi-Aventis France en accord avec l’ANSM » et ce « suite à la découverte, dans une boite, d’une pipette destinée à un autre dosage (300mg/ml au lieu de 200mg/ml) ». En pratique l’administration du médicament avec cette pipette de 300mg/ml au lieu de la pipette 200mg/ml peut entraîner un sous-dosage en valproate et donc une baisse de l’efficacité du traitement antiépileptique.

« Il est donc demandé aux patients de rapporter les boîtes et pipettes du lot 013097 à leur pharmacie pour échange. Dans cette attente, les patients ne doivent pas arrêter leur traitement. »

Les 88 000 boîtes du lot 013097

Etrange situation quand on sait que la pipette mentionne un dosage à 300mg/ml alors même que ce dosage n’est pas commercialisé en France. Précision : selon le laboratoire Sanofi-Aventis France, ce défaut « ne concerne que quelques-unes des 88 000 boîtes du lot 013097 distribuées en France entre février et août 2018 ». Combien ? Le géant ne le dit pas. Et Sanofi-Aventis France, en accord avec l’ANSM, a demandé aux pharmaciens d’officines et des établissements de santé, de contacter, « par tous les moyens dont ils disposent », les patients susceptibles de détenir et/ou d’avoir utilisé les spécialités des lots concernés par ce rappel.

« Les patients ne doivent en aucun cas arrêter leur traitement. Il est demandé aux patients en possession de boîtes de Dépakine 200mg/ml, ou Valproate Zentiva 200mg/ml, du lot n°013097 de les rapporter, avec la pipette, à la pharmacie dans les plus brefs délais. Les patients peuvent vérifier, s’ils le souhaitent, si les boîtes contiennent ou non la bonne pipette. Il pourront ensuite se faire délivrer gratuitement une boite d’un autre lot.»

Pour simplifier le tout, les pipettes de 300mg/ml et de 200mg/ml ont la même taille et la même couleur. L’effet du hasard, ou la manifestation de la fatalité.

A demain

@jynau

 

Une réflexion sur “L’étrange histoire de la pipette de Dépakine® à retirer du marché : hasard ou vraie fatalité ?

  1. Dans le même style : un nouveau scandale en cours d’étouffement par nos zotorités : les machines Haemonetics de don de sang/plasma/plaquettes lâcheraient des particules cancerogènes que l’on réinjecteraient aux donneurs… Mais l’ansm veille : le bénéfice-risque pour le donneur reste positif. une forme particulière de pensées complexes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s