Cher confrère médecin : oseras-tu, toi aussi, faire entendre ta voix dans le Grand Débat ?

Bonjour

Une fois n’est pas coutume. Nous reproduisons ci-dessous le courrier à nous adressé par le Dr Patrick Bouet, président du Conseil national de l’Ordre des Médecins. Ce sera notre contribution, confraternelle, au Grand Débat dont ne cessent de parler, plus moutonniers que jamais, l’ensemble des médias généralistes. Une initiative pour laquelle, métaphorise Le Monde (Virginie Malingre) « le gouvernement cherche des pistes d’aterrissage ».

Où l’on croit, déjà, entendre « Mayday, Mayday, Mayday » – qui, comme chacun sait est la transposition phonétique du « M’aider ! » français. Inventée un siècle avant le Brexit. Mais, pour l’heure, parole à l’Ordre.

« Chère consœur, Cher confrère,

 « L’année 2019 est une année cruciale, pour notre pays comme pour notre système de santé. Au moment où l’accès aux soins est au cœur des inquiétudes de nos concitoyens, qui l’expriment avec force dans le cadre du Grand débat national, le Gouvernement a présenté le 13 février en Conseil des ministres son projet de loi « Ma Santé 2022 ».

 « Tous les jours, dans nos cabinets, nos services, aux urgences, dans le colloque singulier avec nos patients, nous sommes les témoins de leurs craintes, voire de leur colère, face aux difficultés dans l’accès aux soins. Tous les jours l’engagement qui est le nôtre, la passion pour notre métier, sont confrontés à un exercice rendu difficile par les pesanteurs d’un système de santé sclérosé. Tous les jours, malgré ce contexte épuisant, nous continuons à le porter à bout de bras. C’est aujourd’hui grâce à nous qu’il répond aux attentes des Français ; mais combien de temps encore pourrons-nous remplir ce rôle, si une véritable réforme de notre système de santé n’intervient pas ?

 « Conscient des difficultés auxquelles nous faisons face, conscient de l’importance du rôle des médecins auprès des patients, je veux vous inviter dans ce moment charnière à prendre pleinement part au Grand débat initié par le Gouvernement, en participant aux réunions organisées dans vos territoires pour y parler des médecins et du système de santé dans les valeurs éthiques et de dévouement qui nous rassemblent. Portons, ensemble, la voix des médecins au cœur des débats !

 « Le Conseil national de l’Ordre est pleinement mobilisé à cette fin. Nous avons organisé, le 12 février, un débat intitulé « Ma santé 2022 : des paroles aux actes ». Celui-ci a réuni les acteurs du monde de la santé. Une synthèse des échanges sera versée au Grand débat national, pour qu’émergent les propositions des acteurs de terrain à quelques semaines de l’examen du projet de loi à l’Assemblée nationale. Nous souhaitons que tous les médecins puissent aussi s’exprimer librement sur l’avenir du système de santé. Nous avons pour ce faire créé un espace d’expression en ligne, accessible à tous les médecins, à l’adresse suivante : « https://www.conseil-national.medecin.fr/vos-propositions

 Je vous encourage à utiliser cet outil pour faire entendre votre voix. Comme en 2015, vos contributions viendront enrichir le travail du Conseil national de l’Ordre auprès du Gouvernement et de nos parlementaires dans les mois à venir. Médecins élus par nos pairs, dans l’indépendance nous porterons haut et fort la voix de la profession devant les pouvoirs publics.

 « Veuillez agréer, chère consœur, cher confrère, l’expression de mes sentiments confraternels les meilleurs. »

 A demain

@jynau

 

Une réflexion sur “Cher confrère médecin : oseras-tu, toi aussi, faire entendre ta voix dans le Grand Débat ?

  1. Le corporatisme médiéval de cette démarche, qui ne peut que décrédiliser un peu plus l’image des médecins, est hélas le reproche qui va être fait par ceux à qui elle est destinée.
    Cela révèle, hélas encore car je ne m’en réjouis aucunement, le vide idéïque de nos élus ordinaux en matière de construction d’une médecine qui ne court pas après la deshumanisation galopante.
    Chaque médecin est un citoyen libre ou non de participer, et à la façon qu’il choisit, à un grand débat national sans avoir à se mettre à l’abri du troupeau des blouses blanches.
    Mayday, trois fois (pourquoi?) dites-vous, Jean-Yves Nau , je vous réponds : S.O.S, S.O.S., S.O.S.
    French translation : Sauvez nos âmes, sauvez nos âmes, sauvez nos âmes . Oui comme la sainte trinité catholique, ne faisant qu’un. Rien moins que ce danger terrifiant en ligne de mire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s