Ordre et probité : après le Canard Enchaîné, la «stupeur» du premier syndicat médical français

Bonjour

Comme annoncé hier Le Canard Enchaîné a publié ses révélations comptables concernant l’Ordre des médecins (80 millions d’euros de cotisations anuelles – non augmentées cette année). Cela donne, en tête de page 3, « La Cour des comptes envoie l’Ordre des médecins en soins intensifs » (Didier Hassoux). Un long développement avec des exemples individuels mais anonymisés. Qui est donc ce Dr G., pneumologue qui entre février 2016 et septembre 2018 a participé, avec la bénédiction de l’Ordre national, à 11 congrès internationaux tous organisés par une même boîte spécialisée dans l’assistance respiratoire (séjours financés à hauteur de 27 500 euros) ? Qui sont ces « quinze médecins » cardiologues, ophtalmologues et oncologues, qui « participent chaque année à plus d’une dizaine de congrès » ?

On connaît la réponse du Conseil national qui, ici, botte en touche et accuse, non sans raison, le pouvoir exécutif :

« Depuis 2010, l’Ordre des médecins a pris clairement position en faveur d’une transparence totale des relations entre les médecins et les industriels. L’Ordre a été de l’avis de tous les observateurs en pointe sur ce dossier, et a régulièrement sollicité le Conseil d’Etat pour le faire avancer. Pour ce faire, l’Ordre a alerté le gouvernement à plusieurs reprises sur la nécessité de publier le décret d’application permettant d’assurer le contrôle de toutes les déclarations de liens d’intérêt entre le corps médical et l’industrie de la santé (communiqué de presse du 30/03/16).

 « Or, ce décret n’a toujours pas été publié. Les suspicions actuelles de conflits d’intérêts de certains praticiens auraient pu être évitées si nos recommandations avaient été entendues. La section « relations médecins-industrie » du Conseil national de l’Ordre des médecins est d’ores et déjà prête à faire face aux nouvelles responsabilités qui lui incomberont quand le décret sera publié. L’Ordre ne peut assumer que ses responsabilités, et il le fait. Il ne peut assumer le reste : sans publication du décret, la transparence souhaitée par l’Ordre ne pourra être pleinement effective. »

De la probité et des dangers qu’il y aurait à en manquer

L’affaire ordinale va-t-elle prendre de l’ampleur dans un monde médical habituellement confraternellement feutré ? Rien n’interdit de le penser. Premier symptôme du défeutrage, la réaction de la Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF) 1. Son président (le  Dr Jean-Paul Ortiz, néphrologue) dit « avoir pris connaissance avec stupeur d’un article paru ce jour dans un journal satirique concernant le Conseil national de l’Ordre des médecins ».

« Si les faits s’avéraient exacts à l’issue de l’enquête définitive, ils seraient d’une extrême gravité et porteraient atteinte à l’honneur et à la probité de toute la profession médicale, que le Conseil de l’Ordre est censé défendre, ajoute-t-il. La CSMF espère que le rapport définitif ne confirmera pas ces allégations. La CSMF appelle le Conseil national de l’Ordre à tout faire pour défendre l’honneur et la probité de notre profession, puisqu’il s’agit là de sa mission centrale. »

Probité : « Droiture qui porte à respecter le bien d’autrui, à observer les droits et les devoirs de la justice ; Rigueur, exactitude appliquée à serrer la vérité, la justesse au plus près ».  Mieux vaut ne pas en manquer.

A demain

@jynau

1 Ce syndicat se présente ainsi : « Créé en 1928 la Confédération des Syndicats Médicaux Français est le premier syndicat de médecins français. Elle regroupe des syndicats de médecins libéraux généralistes et spécialistes et deux structures nationales, Les Généralistes-CSMF (médecins généralistes) et Les Spé-CSMF (médecins spécialistes). Elle fédère également 101 syndicats présents dans chaque département de métropole et d’outre-mer, les médecins à exercice particulier (MEP) et les médecins hospitaliers exerçant en libéral.

 Elle défend et représente ses membres dans les différentes négociations, tables rondes auprès des institutions publiques notamment. Elle contribue tout au long de leur pratique à la formation permanente et les accompagne tout au long de leur parcours. Dans ses valeurs, la CSMF revendique l’indépendance et la probité de la médecine, défend un contrat avec la société et l’esprit conventionnel. Elle soutient une médecine « libérale et sociale », véritable acteur économique, d’innovation et de progrès. Elle assure la défense syndicale individuelle et collective de tous les médecins libéraux. Elle est présidée par le Dr Jean-Paul Ortiz, médecin néphrologue, depuis mars 2014.».

Une réflexion sur “Ordre et probité : après le Canard Enchaîné, la «stupeur» du premier syndicat médical français

  1. De l’ordinal à l’ordonné – entendre aussi or donné- même l’ordination de nos prêtres, rien ne semble plus obéir aux trompeuses et ruineuses dispositions anti désordres…
    Mensonge, mensonge, tu es le roi du monde.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s