Une « prime Macron » de 500 euros pour les soignants hospitaliers de Confolens : oui ou non ?

Bonjour

0,5% : est-ce un geste « historique », comme s’en félicite Agnès Buzyn ?  Cette hausse des tarifs va-t-elle, comme l’affirme la ministres des Solidarités et de la Santé desserrer l’étau permanent qui asphyxie les hôpitaux publics français ?

«C’est un signal positif et la contrepartie des efforts fournis ces dernières années par les hôpitauxa poursuivi Frédéric Valletoux, ancien journaliste qui préside la puissante Fédération hospitalière de France. Cela va donner un peu d’oxygène au système, même si cela doit n’avoir que peu d’impact sur le déficit global des hôpitaux publics, qui est prévu autour d’un milliard d’euros fin 2019.»

« Ce coup de pouce est aussi diplomatique, observe Libération. Il intervient alors que commencent les discussions autour de la prochaine loi santé, qui devrait être débattue avant l’été. » Une loi portée par Agnès Buzyn, si elle n’a pas d’ici-là  quitté le gouvernement pour gérer les affaires européennes – loi qui devrait revoir, entre autres, la « carte hospitalière » et organiser la « labellisation »  de plus de quatre-cent « hôpitaux de proximité », sujet hautement politique au sein des déserts médicaux.

Courrier adressé à Agnès Buzyn

Hôpital de proximité, précisément, que celui de Confolens (Charente), 2 800 habitants. Vincent You , directeur du Centre hospitalier de Confolens réclame à l’État la possibilité de verser une « prime Macron » de 500 euros par personne pour les 310 salariés de son établissement. Une affaire peu banale rapportée par Le Quotidien du Médecin qui cite les témoignages recueillis par FR3.

« Prime exceptionnelle Macron » : hors de l’ordinaire, défiscalisée et désocialisée (absence de charges sociales jusqu’à trois SMIC), elle peut être versée jusqu’au 31 mars par les entreprises volontaires du secteur privé. Elle s’inscrit dans le cadre des mesures annoncées en décembre, en pleine crise des Gilets Jaunes, visant à donner un coup de pouce au pouvoir d’achat des salariés.

Dans ce contexte, , le directeur Vincent You  a écrit, avec les élus locaux, une lettre à Agnès Buzyn pour réclamer l’ouverture de cette prime  à la fonction publique hospitalière. Pour justifier ce type d’intéressement, il met en avant les bons résultats de l’hôpital en 2018 (600 000 euros d’excédent budgétaire) et le sens du sacrifice des soignants. Les salariés appuient sa requête. A Confolens, au confluent de la Vienne et du Goire, on attend patiemment la réponse ministérielle.

A demain

@jynau

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s